Petitfils 2 355x248pxCe que nous savons de Jésus, nous le tenons des Evangiles, de brèves notations chez des historiens romains et de découvertes archéologiques. La connaissance de l'époque et le recours à l'exégèse historico-critique éclairent l'ensemble. Enquête sur le Jésus de l'Histoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Christian Petitfils, historien réputé, spécialiste de l'Ancien Régime, a donné une conférence très enrichissante devant une salle comble à la paroisse Saint Jean Bosco de Paris 20ème arrondissement, le jeudi 21 février. Ecrire une vie de Jésus et en parler, n'était-ce pas un challenge pour un spécialiste des 17° et 18° siècles ? On ne peut pas raconter la vie de Jésus comme celle d'un personnage de l'époque moderne !

 

 

Une démarche historique et une recherche scientifique sérieuse

S'attaquer au sujet de Jésus peut paraître une ambition énorme et ardue. Il y a tant de livres sur Jésus et souvent les polémiques à leur égard ne manquent pas. A entendre l'orateur, nous devinons son long travail de recherche – quelque 25 années – pour resituer le Jésus de l'histoire. A l'écouter on connaît mieux l'enracinement historique et religieux de Jésus, et son enracinement palestinien.

 

Couv Petifils

Les évangiles canoniques nous livrent des faits et des discours globalement fiables, mais leurs rapports à l'Histoire ne sont pas identiques, commente Jean-Christian Petitfils. Les évangiles dits synoptiques (Matthieu, Marc et Luc) ne sont pas des témoins directs. En revanche, le quatrième est celui d'un disciple de la première heure, un témoin oculaire, Jean. Ce Jean ne serait pas le fils de Zébédée, le pêcheur du lac de Tibériade, mais un disciple de Jérusalem, portant le même nom et qui faisait partie du haut sacerdoce juif. C'est à la fois le plus mystique et le plus historique, poursuit notre historien. Tout en s'appuyant sur des recherches scientifiques rigoureuses son propos reste toujours ouvert sur le mystère de la foi chrétienne.

En guise d'épilogue : la question "qui suis-je ?" se pose encore

Jean-Christian Petitfils terminera sa conférence en disant « qu'il y a là un phénomène unique, que l'historien armé de sa seule science ne peut pénétrer. De ce point de vue le Jésus de l'histoire, auquel les disciples renvoient, reste une énigme, un mystère insondable. « Pour vous qui suis-je ? » leur avait-il demandé. Près de deux mille ans plus tard, la question se pose encore. A chacun, en conscience, d'y répondre ».


Avant de se quitter, Jean-Christophe Petitfils répondit aux questions des auditeurs, tant l'attention portée à ses propos avait été grande. Il dit aussi l'intérêt qu'il portait au linceul de Turin, au suaire d'Oviedo et à la tunique d'Argenteuil, trois reliques qui constituent une source très précieuse pour éclairer le déroulement de la Passion.

 

La fascination du public, croyant ou incroyant, pour le personnage de Jésus est profonde. Sans doute témoigne-t-elle d'une quête de sens et de spiritualité dans une société largement sécularisée, où s'effondrent les connaissances de base que dispensait naguère la catéchèse traditionnelle. C'est ce que donne à penser les propos et le livre « Jésus » de Jean-Christian Petitfils, un livre - qui plus est - écrit dans une langue claire, élégante et agréable !

 

Père Job INISAN, curé
28 février 2013

 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite