Rentree 01Quels sont les enjeux de la nouvelle organisation du rythme scolaire en primaire ? C'est l'objet de la recherche menée par les directeurs des établissements de Nice, Marseille et Briançon - sous l'égide du CJB. Cette recherche, financée par Formiris, concerne directement les maisons Don Bosco car elle interroge les convergences entre la réforme des rythmes scolaires et la pédagogie salésienne. Convergence ou concurrence ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quoi la réforme de l'organisation de la vie scolaire à l'école primaire est-elle une opportunité pour les établissements qui cherchent à mettre en œuvre la pédagogie salésienne ?

 

Les initiatives isolées dans le réseau se sont regroupées dans une commission de travail au sein du Centre de formation Jean Bosco. Les chefs d'établissement ont alors partagé leurs expériences, leurs questions. C'était la première fois que les écoles primaires du réseau faisaient un travail commun pour fédérer une recherche-action en lien avec la pédagogie salésienne.

 

Expérimentations pédagogiques et analyse des pratiques


TROIS ECOLES PILOTES

 

  • Ecole Sévigné à Marseille
  • Ecole Nazareth à Nice
  • Ecole Carlhian Rippert à Briançon.

 

MEMBRES DU GROUPE DE RECHERCHE

 

  • Françoise RAPPELIN de l'Ecole Sévigné
  • Françoise MONDEUX de l'Ecole Nazareth
  • Alain THIEBAUT de l'Ecole Carlhian Rippert 


ACCOMPAGNEMENT

  • Guy Avanzini, professeur en Sciences de l'Education
  • François Le Clère, Formateur CJB, directeur du Valdocco


REFERENCES

 

- Montagner H, L’arbre enfant. Une nouvelle approche de l’enfant, Ed. Odile Jacob

- Montagner H, « Les rythmes », in Accueil, accompagnement, rythmes et partenariat scolaires, INRP.

- Testu F., Brechon G., Clarisse R. Rythmes de vie et rythmes scolaires. Aspects chronobiologiques, Ed. Masson.

- Testu F., Fotinos G, Rythmes scolaires, rythmes de vie. Aménager le temps scolaire, Ed. Hachette.

Dés le départ, il a été noté que le mérite de la réforme était essentiellement de valider, d'autoriser, de faciliter, voire d'encourager les initiatives... ce que font en réalité les maisons du réseau salésien.


Il y a une convergence évidente entre l'esprit des textes de la réforme et le référentiel salésien. Les textes rendent licites des pratiques déjà en cours, même si la précarité des ressources en restreint l'exploitation et la diffusion qui, quant à elles, demeurent, comme naguère, subordonnées au dévouement et à l'implication des personnels et des divers partenaires de l'Ecole. 

 

Une brèche pour l'innovation

La réforme a ouvert une brèche pour l'innovation transformant ainsi la conception de l'école. Cette proposition créée une liberté qui invite à relire les pratiques et, surtout, à autoriser des changements. «Cela amène à penser les moments forts/faibles de la semaine, les moments efficaces.

 

Dans les expérimentations, nous voyons se dessiner une évolution d'un travail individuel vers une approche plus collaborative et mutualiste dans l'école. Des déplacements s'opèrent sur la définition et ce qui fait l'identité des enseignants : agencer les espaces et les rythmes en classe, organiser le temps scolaire en communauté éducative. Le remaniement de la journée amène à repenser leurs ressources et leurs potentiels et, de fait, les organisations horaires et les gestions de moyens. 

 

La pratique des équipes professionnelles est bousculée

Françoise Rappelin aimerait par exemple proposer le décalage des arrivées des enseignants en fonction des organisations mises en œuvre. Alain Thiebaut, quant à lui, interroge : la semaine des 4 jours n'a-t-elle pas attaqué la continuité entre les enseignants ? Ne donne-t-elle pas un tempo désorganisateur ? Cette réforme entraine en effet des conséquences que le texte lui-même ne prévoit pas, notamment dans le champ de la formation des enseignants.

 

La réforme vient bousculer la pratique des équipes de professionnels. Elle ne peut fonctionner que grâce à la détermination d'un chef d'établissement bénéficiaire d'une décharge. Signalons d'ailleurs que les trois directeurs engagés dans cette recherche le sont.


Le travail d'équipe est aussi indispensable pour penser le projet de l'école, animer et réguler ces remaniements induits par la réforme et le projet d'établissement. Le texte sur les 108 heures a permis l'augmentation du temps de rencontres des équipes. 

 

Rentree 02 355x248La réforme est un plus pour le réseau salésien

 Pour nous chefs d'établissement, la réforme a accru notre espace de liberté ; elle a facilité l'intégration des idées phares de la pédagogie de Don Bosco ; elle a donné de l'oxygène dans nos actions : les activités extra-éducatives ont trouvé leur place. Cette réforme n'est pas une fin en soi, elle ouvre des portes sur l'innovation, sur notre posture d' « enseignant-chercheur », sur le développement de nos échanges avec les associations-partenaires.

Don Bosco essayait de répondre aux défis de la société, n'hésitant pas à innover, à oser, pour être au maximum en adéquation avec les besoins des jeunes. Aujourd'hui, le parcours de formation des Maisons Don Bosco met en évidence la volonté de répondre aux défis de notre temps dans un esprit de confiance, d'espérance et de foi. La réforme donne aux équipes une occasion formidable d'adopter ces «réflexes» salésiens. 

 

L'analyse sur l'ensemble du réseau sera développée au congrès de mars 2014

 Ces travaux de recherche-action seront communiqués lors du Congrès de l'éducation organisé en 2014 par les AMDB. Ils permettront de mettre en discussion ses résultats et les initiatives pédagogiques qu'elle a permis. Nous voyons déjà s'ouvrir de nouvelles pistes de recherche et d'approfondissement à partir des thématiques récurrentes dans le groupe de travail :

  • L' « enseignant-éducateur ». Un nouveau métier ?
  • L'implication des équipes enseignantes et leurs engagements dans ce travail.
  • Le temps hors scolaire, la « cour de récré », lieu éducatif ?

 

Rendez-vous en mars au Congrès de l'éducation, 21-22 mars 2014 à Lyon.

 

 

Texte écrit à partir du document final réalisé par le groupe de travail.

Il sera publié dans son intégralité

sur le site du Centre de formation Jean Bosco dans le Vademecum.

 26 septembre 2013

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite