Taize-renc-europ-Strasbourg-002-355Rassembler 30 000 jeunes de 18 à 35 ans, à Strasbourg, pendant 5 jours pour prier pour la paix, n'est pas chose légère. Mais la communauté des frères de Taizé a cette habitude : pour chaque fin d'année, dans une ville d'Europe, elle fait cette proposition à laquelle ont répondu des jeunes des paroisses de Liège et de Paris, partis ensemble.

 

 

 

Se connaître pour vivre la paix

Taize-renc-europ-Strasbourg-004-355L'accueil en paroisse de diverses nationalitésC'est bien là tout l'objectif de ces rencontres : que les jeunes de différentes nations d'un même continent apprennent à se connaître. Ainsi, il est plus facile de comprendre ses différences et de s'accepter pour vivre ensemble. Un élément important colore ces rencontres : la foi. Tous ces jeunes sont chrétiens : orthodoxes, protestants ou catholiques. C'est donc au Nom du Christ que les jeunes sont invités à accueillir l'autre dans sa différence.

Pour cela, des moyens concrets sont mis à disposition des participants. Tout d'abord, les temps en petits groupes dans les paroisses d'accueil. Ces groupes mixent les nationalités et appellent les jeunes à partager leur foi, à dire comment ils la vivent chez eux, quels moyens ils se donnent pour la développer... Souvent pendant ces temps d'échanges, de véritables amitiés internationales se créent.

 

Taize-renc-europ-Strasbourg-003-355Dans le Hall des rencontres, les jeux internationaux Ensuite, il y a les carrefours sur la ville d'accueil, où chaque jeune individuellement choisit le sujet qui l’intéresse : l'économie et ses conséquences pour les peuples, visiter la grande mosquée ou la grande synagogue de Strasbourg, approfondir sa foi dans le silence ou par la musique. Autant de propositions qui serviront pour la réflexion et la découverte de chacun.

 

 

Enfin, il y a tous ces temps de rencontres informels autour d'une boite de conserve chaude, plat principal du menu du soir. Si le premier soir, les jeunes sont choqués par la simplicité du menu et l’horaire du repas (17h !), le dernier jour, cela ne leur pose plus de question. Ils sont même pressés de manger pour pouvoir partager des danses, des chants, des jeux avec quelques rudiments d'anglais et beaucoup de gestes pour se comprendre. Mickaël a dit : « je crois que c'est le meilleur moment de ce rassemblement : parler et chercher ensemble, montrer notre joie ! »

 

Une méthode de prière spécifique aux frères de Taizé

Taize-renc-europ-Strasbourg-001-355La croix de TaizéTout commence par deux chants d'Alléluia. Puis un chant, un texte biblique, un long temps de silence (à 5000), un commentaire de Frère Alloys... Le premier jour, les jeunes de Lièges et de Paris sont un peu perdus, avec ces chants qui se répètent, ce long temps de silence, cette liturgie qui n'a rien à voir avec une messe ! Mais au bout de 4 jours, plus besoin d'ouvrir le livret du pèlerin pour entonner les chants : ils sont simples, percutants dans leur message et faciles à retenir. C'est le style Taizé. Kevin a même dit : « quand les chants commençaient, cela me faisait un frisson dans tout le corps. Je crois que c'est là que j'ai rencontré Dieu. »

 

 

Trois immenses halls, plus la cathédrale certains soirs, ont servi de lieu de prière. Assis par terre, ou dans les gradins pour certains, le décors est simple et beau. Les visiteurs du village de Taizé sont habitués à cette couleur orange, ces bougies comme posées dans un mur, ces deux icônes et la fameuse croix de Taizé. Cette croix conclut la prière : les jeunes peuvent venir poser leur front dessus pour demander au Christ de les guérir de leur blessures et lui demander son Amour. Les chants, les textes et les interpellations de Frère Alloys insistent sur ces deux points : se savoir limité et aimé. Là encore, c'est une découverte pour les jeunes de Liège et de Paris. Mais, rapidement, ils adhérent à la proposition et quelques uns sont allés rencontrer le Christ sur sa croix.

 

La Fête des Nations

Taize-renc-europ-Strasbourg-005-355Toutes les nationalités se retrouvent dans le jeuCélébrer le réveillon du premier de l'an autrement. Après la dernière journée à Strasbourg, les jeunes sont retournés pour la dernière fois et le dernier jour de l'année dans leur paroisse d'accueil. Vers 23 heures, un temps de prière a été vécu pour confier la nouvelle année qui arrivait. Vers minuit, tous se sont retrouvés pour célébrer ce passage avec la « fête des nations ». Par une danse, un jeu, un chant, chaque nation présentait aux autres groupes et à leurs hôtes un divertissement. Là encore après 4 jours vécus ensemble, les différentes langues n'ont pas empêché l'expression de la joie et le partage de nos cultures.

 

Les jeunes étaient accompagnés par les père Rudy et Xavier de la paroisse de Liège, et par Sébastien de la paroisse de Paris.

 

 

 

 

 

Taize-renc-europ-Strasbourg-006-355Le gymnase avec une partie des participantsTaize-renc-europ-Strasbourg-007-355Le décor habituel de Taizé Taize-renc-europ-Strasbourg-011-355Les repas très simples mais dans une bonne ambianceTaize-renc-europ-Strasbourg-010-355L'accueil très chaleureux avant la fête des nations

Taize-renc-europ-Strasbourg-009-355Le père Xavier, salésien de Liège remercie pour l'accueil (Piotr traduit)Taize-renc-europ-Strasbourg-008-355Les difficiles au-revoir après 5 jours ensemble 

 

La prière du 30 décembre avec la commaunuté de Taizé à Strasbourg :

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Les méditations de Frère Aloys, précheur de la communauté de Taizé

Les vidéos des temps de prières à Strasbourg

 


Mot du jour

« […] Marche. Tes pas seront tes mots. Le chemin, ta chanson. La fatigue, ta prière. Et ton silence, enfin, te parlera. Marche, seul, avec d'autres. Mais sors de chez toi. Tu te fabriquais des rivaux, Tu trouveras des compagnons. Tu te voyais des ennemis, tu te feras des frères. Marche, ta tête ne sait pas où tes pieds conduisent ton coeur. Marche, tu es né pour la route, celle du pèlerinage. Un autre marche vers toi et te cherche. Pour que tu puisses le trouver au sanctuaire du fond de ton coeur. Il est ta paix, Il est ta joie. Va, déjà, Dieu marche avec toi ! » Saint Jean-Paul II

N’hésitons pas à prendre la route des vacances ou du travail, sûrement pleine de rencontres et d’échanges et à nous laisser toucher par la présence du Christ qui prend cette route avec nous !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Clara et de Medline
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Hugo
Voir l'article

Avis de recherche  - Award du meilleur film
étranger au FestiClip 2017 (Portugal)
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite