Marseille témoignage photo 355Sophie est intervenue, invitée par le responsable de la pastorale, Raphael Janiec, au lycée de Marseille, pour parler de son expérience de volontariat aux Philippines devant des jeunes de BTS - a priori peu ouverts aux questions d'engagement. Les élèves sont sortis impressionnés. En témoigne Jean–Nicolas : « C'est le genre de témoignage qui donne envie d'agir pareil, d'aider son prochain? C'est formidable. Tout était positif dans cette rencontre».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Je suis partie 9 mois aux Philippines après avoir passé mon bac S (la voie banale après la S était médecine ou prépa...), mais j'avais vraiment envie de voyager, de découvrir le monde, un autre pays que le mien. Ensuite je voulais faire ça pour Dieu. Puis j'avais un grand désir de « faire de l'humanitaire », de changer le monde, de participer à réparer les injustices de cette Terre, de « sauver des enfants »...

« Moi qui voulais changer le monde,
je me suis retrouvée à nettoyer des toilettes...»

 

Moi qui voulais changer le monde, sauver des enfants, je me suis retrouvée à nettoyer des toilettes... vous imaginez ! J'y suis restée 5 mois. Au début, je me sentais hyper inutile, je m'imaginais au centre social, je me disais que j'aurais pu faire des choses tellement plus intéressantes et utiles ! Puis, quand j'ai compris que j'allais y rester un petit moment, je me suis mise à essayer de vivre chaque instant de façon pleine, de ne pas être à deux endroits en même temps, de donner dans l'instant tout mon cœur, toute mon énergie, toute ma pensée pour mon travail. C'est comme ça que j'ai compris petit-à-petit que je n'étais pas moins utile là qu'au centre social. Que ce n'était pas ce que je faisais qui comptait mais la façon dont je le faisais. Si je balaye une pièce avec toute mon attention pour le prochain visiteur qui sera content de trouver une pièce propre, je serai aussi utile qu'au centre social.

 

« J'ai eu droit à une grosse leçon d'humilité »


Puis j'ai finalement travaillé au centre social Bukas Palad, à Tagaytay et à Manille. Là, ça a été une expérience très importante : ce n'était pas du tout comme je m'y attendais. J'ai eu droit à une grosse leçon d'humilité. J'avais encore l'idée de l'humanitaire à l'occidentale : moi, je suis blanc, riche, cultivé, et je viens te donner à toi, philippin qui n'a rien, tout. ils n'avaient rien de moins que moi. Je n'avais rien à leur donner. Mon travail a donc consisté à me mettre au service, à faire des petites tâches nécessaires, à être attentive aux petites choses que je pouvais donner. Mais honnêtement, le centre n'aurait pas été moins opérationnel sans moi ! Donc je dessinais Dora et Diego pour afficher dans la classe des enfants, je leur lisais une petite histoire en anglais, je les aidais à écrire, à compter...

 


Aujourd'hui, je dis haut et fort que cette expérience m'a apporté énormément : humainement, elle m'a faite grandir en autonomie, en maturité. Elle m'a permis d'avancer dans la recherche de moi-même, qui je suis, qui est Dieu dans ma vie : je ne vous cache pas que j'ai trouvé là-bas beaucoup de réponses. Puis elle m'a ouvert l'esprit : rien que le fait de savoir qu'il existe une autre réalité ailleurs, qu'il n'y a pas que la France ou l'Europe, que des gens peuvent penser et vivre différemment que nous, ça change la vision du monde ! »

 

 

TEMOIGNAGES de JEUNES

Alexandre : « J’ai trouvé son témoignage très intéressant, plein de découverte et ça me donne une autre perception de la vie. Le temps du volontariat, c’est une bonne façon d’aider les autres personnes. »

Sylvain : « J’ai trouvé ça intéressant, très intéressant car elle a su nous faire découvrir de nouvelles cultures et une autre façon de vivre ».

Bastien : «  Son expérience était très intéressante, ça lui a permis de voir plein de monde, de voir une nouvelle culture mais je pense que le retour en France était beaucoup plus dur que le départ ».

Jérémy : « Son volontariat est une très bonne démarche, très positif et je suis content qu’elle ait partagé avec nous son aventure ».

Alexandre : « J’ai trouvé ça démarche très courageuse. »

Lucas : « En allant à la rencontre, je ne savais pas à quoi m’attendre mais c’était une belle rencontre, sa démarche était très intéressante et je suis content qu’elle l’ait partagé avec nous. Le volontariat, c’est quelque chose de magnifique et extrêmement précieux, j’en sais quelque chose, je suis scout. Je voudrais lui dire toute simplement de continuer et continuer, ça donne envie aux autres d’apporter leur aide aux autres. »

Guillaume : « Il faudrait plus de personnes comme elle sinon c’était très bien. Je savais qu’il y avait des pauvres et des miséreux mais pas dans une telle situation. Cela m’a aidé pour mon futur.

 

 

 Raphaël Janiec

Animateur en pastorale

Lycée Don Bosco de Marseille

16 janvier 2014

 

Pour aller plus loin

Vous souhaitez recevoir un témoignage dans votre établissement ? N'hésitez pas à contacter le V.I.D.E.S. Soeur Marie-Bé Sherperel, responsable de l'accompagnement des jeunes volontaires vous mettra en lien avec un jeune de votre région. Contact. Vidès France : www.vides-france.com
 

 

 

 


Mot du jour

« Aujourd’hui, émerveille-toi ! » Qu’est-ce à dire ? “ Pierre Bourdieu dit : « Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m’émerveiller des vrais miracles.” 

Notre société nous propose tant de choses comme indispensables à notre bonheur, tant de ces « faux enchantements » que nous tombons souvent dans le panneau. Equipements technologiques dernier cri, voyages à l’autre bout du monde … Et si nous essayions de nous émerveiller « des vrais miracles » : un jeune en échec scolaire qui trouve sa voie et se lance avec enthousiasme dans une formation, un pardon accordé, la générosité d’adolescents révoltés qui font des maraudes auprès des SDF ou du soutien scolaire auprès de migrants, les exploits des sportifs du handisport…

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite