valdocco-19ans 1007A l'occasion de son passage de relais au Valdocco, voici un entretien avec Jean-Marie Petitclerc. Il y fait une relecture de cette aventure qui a commencé il y a 19 ans.

 

valdocco-19ans 1001F.X. Lescanne 1er président du Valdocco à Teamville (2005)Le Valdocco est né de la volonté des salésiens de Don Bosco d’assurer une « nouvelle présence » dans un quartier défavorisé de la banlieue parisienne, en réexpérimentant le modèle de leur fondateur.  Cela voulait être un retour à la rue, la présence salésienne s’étant fortement institutionnalisée en France. Une opportunité s’est présentée à Argenteuil, plus précisément dans le quartier de la Dalle, qui avait été traumatisé par la violence des émeutes urbaines du début des années 90 et avait vu une hémorragie du tissu associatif. Un collectif d’habitants, présidé par François Xavier Lescanne, qui fut le premier président du Valdocco, fit part aux salésiens de son inquiétude concernant le devenir de leurs enfants dans un contexte marqué par une telle violence. L’évêque, contacté par les salésiens, donna son accord pour la présence d’une communauté, mais souhaita qu’elle s’implique aussi dans l’animation de la paroisse St Jean-Marie Vianney.

Quelle est l’originalité du Valdocco par rapport aux différents étabissements sociaux ?

valdocco-19ans 1003L'animation de rue en Rhône-Alpes (2006)« Je crois qu’il y en a deux. Tout d’abord le travail social classique en France est assez cloisonné : il y a des éducateurs en AEMO, qui rencontrent le jeune dans sa famille ; il y a les travailleurs sociaux à l’école, qui rencontrent l’élève ; il y a les éducateurs de prévention spécialisée qui rencontrent le jeune dans la rue. Le Valdocco développe quant à lui une approche globale, rencontrant le jeune à la fois dans le champ de la rue (animation de rue, élaboration de projets de sorties et de camps), de l’école (accompagnement éducatif et scolaire) et de la famille (soutien à la parentalité, médiation familiale). Le concept clé de l’action est celui  de médiation Famille-Ecole-Cité.

« Deuxièmement, le zonage de la Politique de la Ville a conduit à développer des actions  menées dans les quartiers pour les jeunes des quartiers, ce qui n’a pas permis d’enrayer la spirale de ghettoïsation. Le Valdocco fonde son action sur l’éducation à la mobilité (faire sortir les jeunes des quartiers, faire entrer dans les quartiers des jeunes bénévoles issus du centre ville) et l’apprentissage de la mixité sociale (animation d’actions regroupant des jeunes des quartiers et des jeunes du centre ville).

En 2014, vous passez le relais à François Le Clère...

Les dates clés du Valdocco

1995 : création de l’association, et lancement des premières animations de rue avec Pierre Gernez et Paul Marie Tsakala. Le budget de fonctionnement de la première année s’élève à 5000 francs (moins de 1000 euros !)

1996 : création du service animation enfance jeunesse et du service d’accompagnement éducatif et scolaire

1997 : reconnaissance par les pouvoirs publics, le Valdocco ayant été retenu parmi les vingt premières associations innovantes partenaires du « Pacte de Relance pour la Ville » du gouvernement Juppé.

1999 : ouverture de l’Institut de Formation aux Métiers de la Ville, organisme de formation professionnelle du Valdocco développant des actions de formation à la Médiation sociale.

1999 : lancement de la première édition de Team Ville, challenge national de moto porté par l’association Valdocco, la Fédération française de moto et le Ministère de la Ville. Il y aura dix éditions.

2002 : obtention de l’agrément « Prévention spécialisée »

2004 : Jean Louis Borloo s’appuie sur l’expérience du Valdocco pour lancer le programme de Réussite éducative

2005 : ouverture de l’antenne du Valdocco grand Lyon, sur le V° arrondissement de Lyon, cités Janin et Jeunet

2006 : Reprise d’un atelier d’insertion par l’économique, qui devient ACIRPE : Atelier Chantier d’Insertion Récupération Projet pour l’Emploi, situé à Tassin la Demi Lune

2007 : lancement du Valdocco à Vaulx en Velin (cité des Barges, cité Marcel Cachin)

2008 : dixième et dernière édition de Team Ville sur le circuit Carole

2009 : création du foyer Laurenfance, foyer d’action éducative habilité par le ministère de la Justice et comportant un internat et un centre d’accueil de jour, situé à Tassin la Demi Lune.

2010 : ouverture de l’antenne lyonnaise de l’IFMV à Francheville

2012 : ouverture du Valdocco à Nice, avec des actions dans le domaine de la prévention du décrochage scolaire (action à l’intérieur du lycée Don Bosco et à l’extérieur sur le quartier Pasteur)

2014 : Préparation de l’ouverture du Valdocco Lille, avec la reprise des activités de l’association Jean Bosco créée par les sœurs salésiennes.

En 2014, le budget du Valdocco s’élève à 2 500 000 euros !

« Le Valdocco est maintenant structuré, avec une direction générale et des directions de territoires. L’équipe regroupe aujourd’hui plus de 50 salariés, une dizaine de jeunes en service civique, une dizaine de stagiaires de grandes écoles (Polytechnique, ESSEC) et d’instituts de formation de travailleurs sociaux, et près de 80 bénévoles.

« A partir du 1er février 2014, François Le Clère m’a remplacé à la direction générale, et le 31 juillet, Agnès Connan me remplacera à la direction lyonnaise, Valdocco Grand Lyon. François continue d’assurer également la direction d'Argenteuil et Emmanuel Besnard la direction du Valdocco Nice. Quant à moi, à partir du 1° août, je vais me recentrer sur la direction de l’IFMV, qu’il est nécessaire de développer et de structurer pour assurer sa pérennité. Je continuerai de travailler avec deux chefs de projets, l’une pour la région Ile de France (Christine Mary) et l’autre pour la région Rhône Alpes (David Rigaldies).

 

Qu’en est-il de la dimension pastorale ?

« Celle-ci est caractérisée par la devise salésienne : Evangéliser en éduquant et éduquer en évangélisant.

« Evangéliser en éduquant, au Valdocco, c’est fonder l’acte éducatif sur la trilogie constitutive de la démarche évangélique, celle du croire, espérer, aimer. Il s’agit de vivre la relation éducative dans la triple dimension du :

  • je crois en toi, à la manière dont le Christ croit en toi, à la manière dont j’expérimente que Christ croit en moi ;
  • j’espère en toi, à la manière dont Christ espère en toi, à la manière dont j’expérimente que Christ espère en moi ;
  • je t’aime, à la manière dont Christ t’aime, à la manière dont j’expérimente que Christ m’aime.

« Eduquer en évangélisant, au Valdocco, c’est évangéliser à la manière du Bon Pasteur (Jean, 10), qui permet à chaque jeune de construire sa propre identité (Il les appelle par leur nom) et le fait sortir de l’univers fusionnel de l’enfance, représentée par la bergerie, pour acquérir leur autonomie d’adulte. Rappelons que dans l’Evangile, Jésus ne fait ensuite que répondre aux questions de ses interlocuteurs. Les seules fois où il prend l’initiative du dialogue, c’est aussitôt pour leur rendre la parole « Donne-moi à boire » dit-il à la Samaritaine, « De quoi discutiez-vous en chemin ? » demande-t-il à ses disciples.

 

« La pastorale du Valdocco, c’est la pastorale du

  • " Donne-moi à boire " : mettre les jeunes en situation de donner 
  • " De quoi discutiez-vous en chemin ? " : s’intéresser à ce qui fait la vie des jeunes

valdocco-19ans 1002Une animation dans un parc à Argenteuil (2005)

 

valdocco-19ans 1004L'aide aux devoirs (2007)Que retenez-vous de cette expérience du Valdocco ?

« Je retiens la pertinence de la pédagogie de Don Bosco pour la jeunesse de ces quartiers qualifiés de sensibles.

Je garde en mémoire le visage de ces jeunes qui, à partir du Valdocco, ont construit un parcours de réussite éducative. Je songe à ces deux collégiens, qui, à la création du Valdocco, comptaient parmi les jeunes les plus chahuteurs du groupe et qui, aujourd’hui, après avoir intégré une grande école, travaillent comme ingénieurs !

« Je garde en mémoire le visage de ces jeunes camarades de l’Ecole Polytechnique qui, aujourd’hui, assurent de grandes responsabilités dans leurs entreprises, et qui ont été marqués par la découverte de ces jeunes des banlieues, au point que leur représentation en ait changé, ce qui leur permet aujourd’hui de dépasser les freins à l’embauche.

« Je garde en mémoire le visage de ces jeunes stagiaires, qui ont découvert Don Bosco grâce au Valdocco, et s’engagent aujourd’hui dans la Congrégation.

« C’est étrange : cette œuvre qui, parfois, est vécue dans la Province comme la moins pastorale, a suscité, ces dernières années, le plus de vocations salésiennes en France ! Le Valdocco, c’est cette présence salésienne dans la périphérie, si chère au pape François. »

Propos recueillis par Hélène Boissière
24 avril 2014

 

 

Pour aller plus loin

Les sites de référence :

  • Le Valdocco (et toutes ces antennes de Lille, Lyon et Nice)
  • La page Facebook du Valdocco
  • Les amis du Valdocco de Nice (page Facebook)

Livres :

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

  


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite