MCAS0036 355x248px« Maintenant, on ne voit plus la pauvreté pareil » dit Clément à son retour de Madagascar, après quinze jours d'immersion, avec deux autres jeunes du lycée de Ressins. Le projet a été porté par l'association « Amitié Marhabata » qui regroupe une dizaine d'élèves du lycée de Ressins et Alain Perrot, frère salésien. Ce voyage préparé tout au long de l'année a été pour les jeunes une véritable initiation aux problématiques du développement.

 

 

C'est ainsi que les trois lycéens de Ressins, Océane Jaffre (BTS PA), Marie-Elise Cottin (BTS TC) et Clément Vollot (Term S), sont partis deux semaines à Madagascar pendant les vacances de février. Pour tous les trois, ce séjour n'était pas un simple échange avec un pays étranger, encore moins un voyage touristique, il s'agissait de comprendre et de participer à un projet de développement, explique Alain Perrot, frère salésien en charge du petit groupe.

 

« Nous sommes partis en toute humilité avec de petits moyens »

« Nous sommes partis en mission de reconnaissance pour voir quelle aide éventuelle nous pourrions apporter les prochaines années » explique Frère Alain. Un projet bien ciblé à construire, réclamant des attentions particulières : « On ne peut pas débarquer à dix ou vingt dans un tel projet », explique Marie-Elise. « Quand on connaît le prix du billet d'avion, ce serait de la provocation ! » ajoute-t-elle. Clément, pratique, observe que pour se déplacer en brousse, « le 4x4 est obligatoire car les pistes sont en trop mauvais état ». Avec un grand groupe, Il faudrait avoir plusieurs véhicules, avec pour conséquence un coût du voyage très alourdi.

 

MCAS0069 355x248pxA Madagascar les agriculteurs travaillent uniquement avec des zébusLes jeunes ont suivi une préparation intensive

Il faut être cohérent : « Si là-bas on nous voit débarquer en grand groupe, les gens vont penser que nous avons beaucoup de moyens ; si on ne finance que deux zébus, ils ne vont pas comprendre et être déçus. Or nous somme là pour un tout petit projet, en rapport avec nos moyens limités. Nous avons bien répété que les billets d'avion nous avaient été offerts », commente Clément.

 

 

L'autre gros avantage de partir peu nombreux est pointé par Océane « Au cours de nos rencontres, les jeunes se montraient timides. Si on était davantage, on ne pourrait pas avoir de contact. A quelques-uns, c'est plus facile d'écouter, on est obligé de faire un pas vers l'autre, on ne s'enferme pas dans le groupe, on n'est pas ''suffisants'', alors qu'en grand groupe on est moins attentifs ».

 

 

La rencontre avec Monique Mougenot, intervenue pour une association qui s'occupe d'orphelins, a été décisive. Elle montre des photos, donne des adresses, communique beaucoup de petites choses pratiques et utiles qui aident à trouver des points de repère dans un pays que l'on ne connaît pas et prodigue des conseils judicieux « elle nous a vraiment donné envie d'y aller » s'enthousiasment les jeunes.

 

 

MCAS0034 355x248pxUne relation de confiance s'installe avec la communauté paysanneLa communauté paysanne accueille les jeunes

Arrivé sur place, le groupe craint de se perdre au contact de la très grande organisation Caritas, alors qu'« Amitié Marhaba » est tout petit. La grosse question qui se pose alors au groupe est bien de savoir quelle place il peut prendre. La rencontre avec le père Justin, directeur de Caritas, est déterminante. « On sentait qu'il était du milieu agricole qu'il avait envie d'aider les paysans, qu'il se mettait à la hauteur des gens » explique Benoît, « Il a facilité les contacts, compris tout de suite notre démarche. C'est un homme de terrain, dynamique, avec lequel une relation de confiance s'est créée très vite ».

 

 

Trois jours après leur arrivée, les jeunes visitent les organisations paysannes dans un rayon de vingt kilomètres autour d'Antsirabe. « Partout l'accueil est chaleureux avec chants, prières, mais aussi maïs cuit avec un bol de lait de zébu pour nous restaurer. Les gens parlent de leur vie quotidienne, nous font visiter leur maison ».

 

 

Un accompagnement de 3 ans se met en place

Touchés par l'accueil, confiants dans le sérieux du père Justin, le groupe décide à l'unanimité d'affecter 800 € à deux organisations paysannes, pour acheter deux zébus, une charrue, et du matériel agricole. « Nous avons un reçu pour l'argent versé, c'est vérifiable, nous savons le prix d'un zébu, le prix d'une charrue et nous savons que nous pouvons suivre l'opération dans le temps » explique Marie-Elise. Un accord est également passé pour l'année prochaine à hauteur de 1 200 €. Après avoir demandé conseil, nous avons choisi d'aider une ou deux organisations de façon plus conséquente, quitte à faire un projet de plus longue durée si on veut aider ensuite les autres organisations.

 

Avec cette expérience forte, qu'auront retenu les trois jeunes sur le développement ? Ils témoignent : « Il faut comprendre et écouter avant d'agir, être présent sur le terrain au contact de la population pour ne pas faire d'erreur dans l'aide à apporter ; c'est un partenariat ». Ils ont noté sur leur carnet « j'ai grandi », « j'ai découvert ce qu'est la compassion », « cela fait relativiser ma vie sur beaucoup de points », « on ne voit plus la pauvreté pareil ! ».

 

 

MCAS0070 355x248pxAlain Perrot, le père Justin, Benoît Sion, et Clément, Océane, Marie Elise qui se sont montrés particulièrement responsablesPour les jeunes : « Il faut écouter avant d'agir »

Pour tous, la plus grosse difficulté reste la confrontation avec la misère, affronter les regards de détresse, en se disant qu'il faut faire des choix. Grosses villas neuves et Porsches Cayenne côtoient pousse-pousse et bidonvilles, c'est le choc de « ce pays qui a tout, richesse du sous-sol, diversité des paysages, possibilités agricoles, mais c'est si mal réparti... ». Pour autant, « il ne faut pas avoir pitié, mais les encourager encore et toujours, parce que nous avons rencontré des gens qui travaillent, qui essaient de s'en sortir et pour qui ce n'est pas une question de vie, mais de survie ».

 

Un contrat a été passé avec les communautés de paysans pour trois ans. A Ressins, des opérations seront menées tout au long de l'année, pour financer l'achat de zébus (pour mémoire un zébu coûte 200 € et une charrue 35) et participer ainsi concrètement au développement de ce pays si attachant.

 

 

 

Alain Perrot,
Salésien de Don Bosco

Lycée de Ressins
Propos recueilli par Agnès Sion

8 mai 2014

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 

 

 

 


Mot du jour

« L’ignorance est pourvoyeuse d’étonnement ». C’est par cette phrase que se conclut la remontrance de Don Bertinetti au jeune adolescent qu’est alors Jean Bosco, accusé de faire ses tours de magie. Le brave prêtre vient de récupérer son porte-monnaie et sa montre à gousset qu’il croyait volatilisés par le diable. Jean lui explique : « C’est une affaire d’observation, de dextérité, d’intelligence exercée ou alors quelque chose de préparé. »

Alors moi je plaide pour l’ignorance, celle qui permet de s’émerveiller de ce qui advient. Pour notre jeunesse instruite, augmentée d’une intelligence technicienne, quel émerveillement reste possible ?

Si l’amour est une histoire de chromosomes, si la fraternité est le rapport du « don et contre don »… Comment se laisser surprendre par un lever de soleil ?

Tant mieux si les camps d’été se passent dans une nature non encore disséquée par le savoir, je n’aurais pas la tentation d’aller chercher l’étonnement dans des sensations extrêmes et nuisibles à ma propre vie.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Pari pour la paix : les salésiens et les enfants soldats de Colombie

      paix colombie 02 Les salésiens de Colombie ont joué un rôle important dans les accords de Cessez-le-feu intervenus en janvier 2017 entre les guérilleros de la FARC et le gouvernement : depuis plus de 15 ans, ils accueillent les enfants-soldats pour les réhabiliter, les réintégrer dans leurs familles et dans la société.

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite

    • Une sélection de films pour l’été

      film ete 2018 Alors que nous commençons les vacances d’été, Don Bosco Aujourd’hui vous propose une sélection de films à voir après la plage, en famille. Voici quelques coups de cœur de la rédaction, proposés par Florent Leruste, salésien de Don Bosco.

      Lire la suite

    • « Va à la pompe ! » L’éducation selon Don Bosco

      education don bosco 03 Lorsque des éducateurs se plaignaient auprès de Don Bosco de ne pas être écoutés par les jeunes et de ne pas savoir comment les prendre, Don Bosco disait : « Va à la pompe ». Il y avait, dans la cour du Valdocco, une fontaine autour de laquelle il y avait toujours un attroupement de jeunes qui se bousculaient pour boire ou pour ramollir la pagnote trop dure du petit déjeuner. C’est là que l’éducateur, en se mêlant à la file, pouvait entendre les conversations, connaître les centres d’intérêt des garçons, leurs préoccupations du moment. L’éducateur était ainsi en prise directe sur leur culture et pouvait sentir l’atmosphère générale. Don Bosco suggérait aussi à l’éducateur d’être moins dur, moins rigide, de « ramollir » son quotidien.

      Lire la suite

    • Monseigneur Luigi Fransoni et Don Bosco - Défenseurs de l’Eglise et du Pape

      Illustration 1862 gravure Mgr Luigi Fransoni archeveque de Turin Dès les débuts de l’Oratoire, Luigi Fransoni comprit l’importance de la mission de Don Bosco et il se fit le défenseur de l’œuvre de Don Bosco. Il la soutint de son autorité et de ses aides généreuses avec une affection paternelle.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Monseigneur Luigi Fransoni et Don Bosco - Défenseurs de l’Eglise et du Pape

      Illustration 1862 gravure Mgr Luigi Fransoni archeveque de Turin Dès les débuts de l’Oratoire, Luigi Fransoni comprit l’importance de la mission de Don Bosco et il se fit le défenseur de l’œuvre de Don Bosco. Il la soutint de son autorité et de ses aides généreuses avec une affection paternelle.

      Lire la suite

    • Venue du P. Angel Artime, 10è successeur de Don Bosco, en février 2019 en France et Belgique-Sud

      SAVE THE DATE* !!! Le 10è successeur de Don Bosco, le Père Angel Artime, rendra visite à notre province salésienne France-Belgique Sud en février 2019. Il sera en région PACA le 21 février, à Lyon le 22 février, à Paris le 23 février et à Bruxelles le 24 février. Quelle joie de l'accueillir parmi nous ! Cela n'arrive pas tous les ans !!! Faisons de cette occasion une fête. Profitons de sa venue pour nous rassembler avec les jeunes en famille salésienne et en réseau Don Bosco. Certes, la date prévue n'est pas sans doute pas idéale, mais nous dépendons de son calendrier bien chargé... Soyons créatifs pour rendre chaque journée inoubliable et refléter fidèlement l'actualité du charisme de notre fondateur bien vivant en France et en Belgique Sud. (* Réservez la date !)

    • 5 lieux de rassemblement pour les premières rencontres des Couleurs Salésiennes

      couleurs salesiennes 2018 04 C’est à Liège et Le Passage (1ère mai), Paris (22 mai) et Lille (30 mai), qu’ont eu lieu les journées régionales des Couleurs Salésiennes. L’objectif est de renforcer l’esprit de famille entre les différentes branches de la Famille Salésienne et d’ouvrir les horizons. Une belle occasion d’inviter les proches, les parents d’élèves… Le pari a été réussie ! Découvrez les témoignages de participants hauts en « Couleurs salésiennes » de Paris et de Liège !

      Lire la suite

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2018 ?

      activites jeunes ete 2018 Vous recherchez un séjour spirituel, éducatif, ou ludique ? La famille salésienne de Don Bosco offre une large palette de propositions. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?... Et si vous avez une question à poser en dehors de tous ces contacts, en voici un, commun à tous : contacter la pastorale des jeunes.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite

  • Société

    • Carnet d’exil, le voyage de Khairollah

      Khairollah Karl Joseph 1 Émus par le témoignage de Khairollah, jeune réfugié Afghan de 15 ans, une classe de Bac Pro en Aquaculture de l’ISETA de Poisy (établissement d'Annecy associé au réseau Don Bosco) a décidé de faire de son récit un livre. Leur but ? Toucher le lecteur avec cette histoire qu’ils ont partagée avec émotion.

      Lire la suite

    • « Mon enfant croit tout ce qu’il lit sur internet »

      desinformation internet Deux informations : « Un mauvais perdant joue au Monopoly avec ses amis… bilan : 2 morts et 4 blessés » (source : Nordpresse) - « Le Monopoly a fêté ses 80 ans avec de vrais billets » (source : Les échos) Quelle information semble la plus plausible ? Si les jeunes prennent les sites d’informations parodiques comme Nordpresse en Belgique ou Legorafi en France pour argent comptant… il y a de quoi s’inquiéter ! Alors comment éduquer nos enfants à bien utiliser internet ? Don Bosco Aujourd’hui a interrogé Benoit Deseure, journaliste à La Voix du Nord. Voici ses six conseils à donner aux jeunes.

      Lire la suite

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite