Gabriel TardyEn 1868, Camille Costa de Beauregard ouvre à Chambéry une maison pour enfants, l’Orphelinat du Bocage. En 1954, les Salésiens de Don Bosco en prennent la responsabilité. Aujourd’hui, la maison d’enfants fait partie de la Fondation du Bocage. Gabriel Tardy est depuis 2007 directeur de cette maison qui accueille près de quatre-vingt jeunes de 6 à 22 ans. Un directeur imprégné des valeurs de Don Bosco.

 

 

 

 

DBA : Votre établissement accueille des jeunes de tous ages. Comment êtes-vous organisés ?

Gabriel Tardy : Nous sommes répartis en quatre unités : l’internat, le service d’hébergement externalisé et l’accueil de jour. L’internat est composé de quatre groupes :  Junior pour les 6-13 ans où nous assumons les tâches du quotidien et la scolarité ; le Prieuré, pour les 8-18 ans, situé dans un environnement rural ; l’Envol, adapté aux jeunes qui abordent l’adolescence où l’accompagnement est orienté vers la construction identitaire ; et Odyssée pour les 16-18 ans, où le jeune est soutenu dans chacune des étapes menant à la réalisation d’un projet professionnel.

 

 

DBA : Et l'accueil des plus jeunes majeurs ?

G.T. : Le service d’hébergement externalisé regroupe Horizon et Accueil Jeunes Majeurs (AJM), soit dix-neuf jeunes de 16 ans et demi à 21 ans, logés dans des appartements individuels ou collectifs répartis au centre-ville. Le groupe Émergence. accueille le jour des jeunes en rupture totale ou partielle avec la scolarité. L’approche est fondée sur la notion de projet, qu’il soit individuel ou collectif. La plupart accèdent à une formation professionnelle ou une réintégration scolaire à leur sortie.

 

 

bocage logoLa Fondation du Bocage à Chambéry administre, gère et anime : le lycée "Costa de Beauregard", lycée de l'horticulture, du paysage et des services ; le centre de formation continue (CFPC) ; des centres de vacances ; la maison d'enfants du Bocage.

DBA : Le Bocage est une maison salésienne. Sur quelles valeurs vous appuyez-vous ?

G.T. : Nous privilégions une approche globale de la situation du jeune, c’est-à-dire la prise en compte des facteurs significatifs de son parcours et leur interdépendance. Nous sollicitons autant que possible les familles, les partenaires sociaux et les personnes ressources afin qu’ils prennent une part active dans le processus d'évolution.

 

Notre travail quotidien, fondé sur la qualité de la relation, s’organise autour de quatre postures éducatives : la protection et la prévention, où nous accompagnons le jeune dans ses difficultés, ses projets et l’apprentissage du « vivre ensemble » ; la confiance où nous portons sur lui un regard bienveillant et nous invitons chaque jeune à développer ses capacités relationnelles, intellectuelles et adaptatives. Nous encourageons ses réussites par des paroles valorisantes, et nous le soutenons en cas d’échec pour lui permettre de croire en ses possibilités et de se projeter dans l’avenir ; l’Alliance, où il ne convient pas de faire « pour » le jeune mais « avec » lui ; et enfin l’animation, où nous nous efforçons de créer une ambiance conviviale, des espaces de rencontre et de partage pour développer la relation éducative. L’adulte ne se contente pas d’observer, il participe aux activités. C’est notre projet éducatif qui nous sert de référence.

 

 

DBA : Les jeunes du Bocage viennent de cultures différentes. Comment se passe la cohabitation ?

G.T. : Ce n’est pas toujours facile. Mais un moyen d’apprendre à respecter l’autre est de découvrir ou redécouvrir les fêtes religieuses, comme Noël, la fête de Don Bosco, Pâques, le Ramadan.
À l’occasion du Ramadan, une soirée a été organisée autour de la question des religions ; ce qu’est une religion ; les différences entre les religions ; les valeurs qui nous relient. Mohamed a dit une prière musulmane, et Monique une prière chrétienne. On s’attendait à avoir de la provocation mais les jeunes ont écouté. Ils étaient là, tous en silence. Puis on a chanté, dansé. Pour Noël, on fait une fête ; on invite un peu largement, on investit la chapelle, on change les bancs de place. Un groupe évangéliste vient animer notre veillée. On présente au début des vidéos, on parle du sens de Noël, un passage du film sur la nativité. Le Père Rojon parle de la nuit de Noël à partir de l’Évangile ; et après, ça se termine en musique et en danse. Pour la fête de don Bosco, on a interviewé l’évêque. Pour Pâque, on fait la fête de la solidarité, autour d’un tournoi de football, avec une petite participation financière ; et est l’argent reversé pour une œuvre caritative. À la fête de la mi-Carême, on insiste plus sur le partage du pain, des expériences, des mots.

 

Chacune des fêtes est une occasion de faire participer jeunes et éducateurs. Les jeunes sont demandeurs de fête. Par ce biais, on délivre un peu d’identité institutionnelle, chrétienne et musulmane. On redécouvre le sens du religieux, de ce qui nous relie. Tout est à construire. Les jeunes sont en attente de quelque chose, de l’ordre de ce qui relie, de la foi, du sens.

 

 

Gabriel Tardy, directeur de la Maison des Enfants,

Fondation du Bocage, Chambéry

interviewé par Vincent Grodiziski

22 mai 2014

 

 

Interview de Gabriel Tardy, directeur de la Maison d'enfants du Bocage

 

« Il y a toujours à inventer dans le lien entre l'école, les équipes de soutien et les familles »

 

Cette interview a été réalisée au cours du Congrès de l'éducation salésienne,
les 21 et 22 mars 2014.

 

 

 

 

odynal-1 355Odynal, la revue de la Maison des EnfantsSaïd, 16 ans : Merci Émergence

« Émergence était très difficile au début ; je n’arrivais pas à m’intégrer au groupe car j’étais très timide mais je me suis très vite intégré grâce à l’accueil des autres garçons et filles la plupart domiciliés au foyer du Bocage  et d’autres comme moi issus du quartier de la ZUP de Chambéry le haut. Actuellement, les choses pour moi se sont améliorées, je suis plus présent et je commence à trouver ma voie professionnelle : je vais faire un stage en entreprise placo. Ici on fait des maths, du français. On travaille sur les projets professionnels, nous avons fait un chantier éducatif à Toulon, le travail consistait à mettre en valeur les espaces verts d’un camping. L’ambiance était superbe, la motivation était là. Nous avons sué pendant trois jours. Le patron nous a fait part de ses remerciements et nous a donné une rémunération. Cet argent servira à réaliser un projet. De cette semaine, je n’en retiens que des bonnes choses. Voilà, je ne j’ai plus à me faire de soucis. Merci Émergence. »

Nathalie, 17 ans : j'ai trouvé une ambiance que j'avais perdue dans ma vie

« Horizon m’apporte beaucoup de choses. C’est-à-dire, j’ai retrouvé une ambiance que j’avais perdue dans ma vie. Vivre dans un appartement avec des filles, créer des relations, savoir vivre avec les gens, comment il faut éviter les problèmes, faire des sorties ensemble, découvrir d’autres villes, manger ensemble, parler de nos projets. Je suis contente d’avoir des éducateurs sympas, souriants, qui savent comment consoler les jeunes et trouver des solutions en cas de tristesse. Pour moi, Horizon n’est pas un foyer mais une grande famille qui a beaucoup d’amour et beaucoup de solidarité. »

 

 Gaby-Tardy-Boccage

 

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite