Gabriel TardyEn 1868, Camille Costa de Beauregard ouvre à Chambéry une maison pour enfants, l’Orphelinat du Bocage. En 1954, les Salésiens de Don Bosco en prennent la responsabilité. Aujourd’hui, la maison d’enfants fait partie de la Fondation du Bocage. Gabriel Tardy est depuis 2007 directeur de cette maison qui accueille près de quatre-vingt jeunes de 6 à 22 ans. Un directeur imprégné des valeurs de Don Bosco.

 

 

 

 

DBA : Votre établissement accueille des jeunes de tous ages. Comment êtes-vous organisés ?

Gabriel Tardy : Nous sommes répartis en quatre unités : l’internat, le service d’hébergement externalisé et l’accueil de jour. L’internat est composé de quatre groupes :  Junior pour les 6-13 ans où nous assumons les tâches du quotidien et la scolarité ; le Prieuré, pour les 8-18 ans, situé dans un environnement rural ; l’Envol, adapté aux jeunes qui abordent l’adolescence où l’accompagnement est orienté vers la construction identitaire ; et Odyssée pour les 16-18 ans, où le jeune est soutenu dans chacune des étapes menant à la réalisation d’un projet professionnel.

 

 

DBA : Et l'accueil des plus jeunes majeurs ?

G.T. : Le service d’hébergement externalisé regroupe Horizon et Accueil Jeunes Majeurs (AJM), soit dix-neuf jeunes de 16 ans et demi à 21 ans, logés dans des appartements individuels ou collectifs répartis au centre-ville. Le groupe Émergence. accueille le jour des jeunes en rupture totale ou partielle avec la scolarité. L’approche est fondée sur la notion de projet, qu’il soit individuel ou collectif. La plupart accèdent à une formation professionnelle ou une réintégration scolaire à leur sortie.

 

 

bocage logoLa Fondation du Bocage à Chambéry administre, gère et anime : le lycée "Costa de Beauregard", lycée de l'horticulture, du paysage et des services ; le centre de formation continue (CFPC) ; des centres de vacances ; la maison d'enfants du Bocage.

DBA : Le Bocage est une maison salésienne. Sur quelles valeurs vous appuyez-vous ?

G.T. : Nous privilégions une approche globale de la situation du jeune, c’est-à-dire la prise en compte des facteurs significatifs de son parcours et leur interdépendance. Nous sollicitons autant que possible les familles, les partenaires sociaux et les personnes ressources afin qu’ils prennent une part active dans le processus d'évolution.

 

Notre travail quotidien, fondé sur la qualité de la relation, s’organise autour de quatre postures éducatives : la protection et la prévention, où nous accompagnons le jeune dans ses difficultés, ses projets et l’apprentissage du « vivre ensemble » ; la confiance où nous portons sur lui un regard bienveillant et nous invitons chaque jeune à développer ses capacités relationnelles, intellectuelles et adaptatives. Nous encourageons ses réussites par des paroles valorisantes, et nous le soutenons en cas d’échec pour lui permettre de croire en ses possibilités et de se projeter dans l’avenir ; l’Alliance, où il ne convient pas de faire « pour » le jeune mais « avec » lui ; et enfin l’animation, où nous nous efforçons de créer une ambiance conviviale, des espaces de rencontre et de partage pour développer la relation éducative. L’adulte ne se contente pas d’observer, il participe aux activités. C’est notre projet éducatif qui nous sert de référence.

 

 

DBA : Les jeunes du Bocage viennent de cultures différentes. Comment se passe la cohabitation ?

G.T. : Ce n’est pas toujours facile. Mais un moyen d’apprendre à respecter l’autre est de découvrir ou redécouvrir les fêtes religieuses, comme Noël, la fête de Don Bosco, Pâques, le Ramadan.
À l’occasion du Ramadan, une soirée a été organisée autour de la question des religions ; ce qu’est une religion ; les différences entre les religions ; les valeurs qui nous relient. Mohamed a dit une prière musulmane, et Monique une prière chrétienne. On s’attendait à avoir de la provocation mais les jeunes ont écouté. Ils étaient là, tous en silence. Puis on a chanté, dansé. Pour Noël, on fait une fête ; on invite un peu largement, on investit la chapelle, on change les bancs de place. Un groupe évangéliste vient animer notre veillée. On présente au début des vidéos, on parle du sens de Noël, un passage du film sur la nativité. Le Père Rojon parle de la nuit de Noël à partir de l’Évangile ; et après, ça se termine en musique et en danse. Pour la fête de don Bosco, on a interviewé l’évêque. Pour Pâque, on fait la fête de la solidarité, autour d’un tournoi de football, avec une petite participation financière ; et est l’argent reversé pour une œuvre caritative. À la fête de la mi-Carême, on insiste plus sur le partage du pain, des expériences, des mots.

 

Chacune des fêtes est une occasion de faire participer jeunes et éducateurs. Les jeunes sont demandeurs de fête. Par ce biais, on délivre un peu d’identité institutionnelle, chrétienne et musulmane. On redécouvre le sens du religieux, de ce qui nous relie. Tout est à construire. Les jeunes sont en attente de quelque chose, de l’ordre de ce qui relie, de la foi, du sens.

 

 

Gabriel Tardy, directeur de la Maison des Enfants,

Fondation du Bocage, Chambéry

interviewé par Vincent Grodiziski

22 mai 2014

 

 

Interview de Gabriel Tardy, directeur de la Maison d'enfants du Bocage

 

« Il y a toujours à inventer dans le lien entre l'école, les équipes de soutien et les familles »

 

Cette interview a été réalisée au cours du Congrès de l'éducation salésienne,
les 21 et 22 mars 2014.

 

 

 

 

odynal-1 355Odynal, la revue de la Maison des EnfantsSaïd, 16 ans : Merci Émergence

« Émergence était très difficile au début ; je n’arrivais pas à m’intégrer au groupe car j’étais très timide mais je me suis très vite intégré grâce à l’accueil des autres garçons et filles la plupart domiciliés au foyer du Bocage  et d’autres comme moi issus du quartier de la ZUP de Chambéry le haut. Actuellement, les choses pour moi se sont améliorées, je suis plus présent et je commence à trouver ma voie professionnelle : je vais faire un stage en entreprise placo. Ici on fait des maths, du français. On travaille sur les projets professionnels, nous avons fait un chantier éducatif à Toulon, le travail consistait à mettre en valeur les espaces verts d’un camping. L’ambiance était superbe, la motivation était là. Nous avons sué pendant trois jours. Le patron nous a fait part de ses remerciements et nous a donné une rémunération. Cet argent servira à réaliser un projet. De cette semaine, je n’en retiens que des bonnes choses. Voilà, je ne j’ai plus à me faire de soucis. Merci Émergence. »

Nathalie, 17 ans : j'ai trouvé une ambiance que j'avais perdue dans ma vie

« Horizon m’apporte beaucoup de choses. C’est-à-dire, j’ai retrouvé une ambiance que j’avais perdue dans ma vie. Vivre dans un appartement avec des filles, créer des relations, savoir vivre avec les gens, comment il faut éviter les problèmes, faire des sorties ensemble, découvrir d’autres villes, manger ensemble, parler de nos projets. Je suis contente d’avoir des éducateurs sympas, souriants, qui savent comment consoler les jeunes et trouver des solutions en cas de tristesse. Pour moi, Horizon n’est pas un foyer mais une grande famille qui a beaucoup d’amour et beaucoup de solidarité. »

 

 Gaby-Tardy-Boccage

 

 

 


Mot du jour

Dans un groupe de musique, on entend d’abord la basse. Avec ses notes, elle aide les membres du groupe à se repérer, à jouer ensemble, puis elle se fond dans la masse quand les autres instruments arrivent. De la même façon, Dieu nous aide à nous repérer tout en se fondant dans notre vie quotidienne. 

La batterie, elle, sait se faire entendre quand il le faut. Au son de la grosse caisse, le public tape des mains. Dieu aussi sait se faire entendre et nous aider à savoir comment agir chaque jour.

Le pad (un son long, planant), avec ses nappes de violons, donne de la hauteur mais aussi de la profondeur au chant comme peuvent le faire la méditation ou la prière. 

La guitare électrique est, souvent, discrète. Il faut tendre l’oreille pour entendre ses notes. De même, parfois, il faut savoir tendre l’oreille pour percevoir la présence de Dieu dans nos vies. 

Enfin, la guitare : seule, elle est capable de jouer et d’animer. Dieu, de la même façon, est toujours là avec nous, et même lorsque l’on se sent seul, il continue à jouer.

Et toi ? Ton groupe de musique est-il au complet ? 

Écouter : Give Me Faith

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite