P Aupetit 355Pourquoi l'Eglise s'occupe-t-elle de bioéthique ? Qu'a-t-elle à dire ? C'est à cette question que Mgr Michel Aupetit, récemment nommé évêque de Nanterre, a répondu devant une salle comble à la paroisse St Jean Bosco, le 15 mai dernier.

 

 

 

Les questions que pose la bioéthique

Le débat essentiel concernant la bioéthique aujourd'hui est anthropologique, c'est-à-dire qu'il relève de visions différentes de l'homme. Au cours de sa conférence Mgr Aupetit développa tour à tour deux visions anthropologiques : la vision mécaniste et la vision personnaliste, deux conceptions de l'homme bien différentes ; l'une toute biologique et l'autre ne réduisant pas l'homme à la matière.

Le conférencier, médecin de formation, exprima avec clarté la position de la science, légitimement en quête d'efficacité, d'amélioration des techniques et de compréhension de causes des maladies et des handicaps pour les guérir. Les espoirs soulevés par des découvertes récentes semblent pousser la société à vouloir aller vers un contrôle de la naissance, de la maladie et de la mort, vers la perfectibilité de l'être humain. Où se trouve la frontière entre ce que l'on peut faire et ce que l'on pourrait être capable de faire ? Quelle est celle à ne pas franchir au-delà de laquelle on porte atteinte à l'être humain ? Les technologies vont en s'accélérant. Mais peut-on tout faire ? A-t-on le droit de tout faire ? Est-ce que tout est autorisé ? Peut-on tout programmer de la naissance à la mort ? Peut-on prétendre à « l'enfant programmé », à l'enfant idéal ?

 

P Aupetit 3 355L'avis de l'Eglise

L'Eglise a-t-elle quelque chose à dire en la matière et son avis en bioéthique est-il pertinent ? Mgr Aupetit s'attachera à dire que, si aujourd'hui tout devient possible, tout pour autant n'est pas autorisé. Au nom du respect et de la dignité de l'homme, tout ne devra pas être autorisé. Le rôle de l'Eglise sera donc d'éclairer la conscience de chacun. Le respect inconditionnel face à chaque être humain, à toutes les étapes de sa vie, est un principe universel. L'Eglise n'est pas opposée à la science. C'est précisément au nom de ce respect qu'elle encourage avec force la recherche pour de nouvelles thérapies.
Dans la Bible, la vie est sacrée et appartient à Dieu. Avec force, Mgr Aupetit affirmera que l'enjeu est ici la dignité de chaque personne humaine. S'attaquer aux éléments les plus faibles et les moins conformes d'une société, c'est s'attaquer à la valeur de chacun des membres de cette société, au-delà des victimes directes. Et c'est la qualité de la vie humaine qui perd. Il insistera aussi sur la notion de vulnérabilité qu'il faut prendre en considération. On parle aujourd'hui beaucoup d'une éthique de la vulnérabilité, du respect du plus vulnérable, et de la responsabilité qui en découle.

 

La personne humaine

Au-delà d'un agglomérat de cellules organisées en une multitude de fonctions constituant un être humain, il y a une personne. St Exupéry disait qu'une « cathédrale est bien autre chose qu'une somme de pierres ». Il en est ainsi en l'homme, comme en tout être, quelque chose que n'expliquent pas les matériaux qui le composent. On ne peut réduire l'homme à la matière. L'homme n'est pas qu'un paquet de neurones, bien ou mal programmé. L'homme est un être doué de raison et de liberté. Sa conscience lui permet de faire des choix. Des questions nous interpellent.
Aux Etats-Unis des budgets colossaux sont consacrés à créer un autre homme (« l'homme augmenté »), quittant la branche humaine actuelle, pour en créer un autre, de toutes pièces ! La parole de l'Eglise catholique, qui tient compte des recherches scientifiques et de la dignité de la personne humaine est hautement recevable. On peut y adhérer ou non.

 

Aucune science ne trouve en elle-même sa propre signification. Elle doit se confronter à d'autres pour aborder la question de leur sens et des conséquences des progrès scientifiques pour l'avenir. La place de l'Eglise est de participer à cette réflexion.

 

 

Père Job Inisan, salésien de Don Bosco
curé de la paroisse Saint Jean Bosco, Paris
5 juin 2014

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 


Mot du jour

« L’amour est une danse dont personne ne m’a appris le pas » (Pat Conroy, Beach music). A quoi ça ressemble l’amour ? Comment fait-on ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les mots ? Qui nous dira le secret ?

Celui qui veut le mode d’emploi, la pleine conscience, restera sur sa faim. On ne maîtrise pas l’amour, c’est une chose dont il ne faut pas trop se préoccuper. Laissons venir l’amour, il trouvera son chemin, le moment venu.

Même Jésus ne nous dit pas exactement ce que nous devons faire. Pas de doctrine, sauf des formules fulgurantes : « Coupe ta main, arrache ton œil », « retire-toi », « parfume-toi », « donne » et « pardonne ». Pas de solution, mais une invitation à prendre la voie ouverte. L’amour naît de l’Esprit lors de chaque rencontre, face à chaque événement. L’amour est liberté.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Mission à Tournai
Le groupe Agape et leurs animations
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le témoignage de Margaux (de Grenoble)
Voir l'article

« Chers confrères, et chère famille salésienne »
Message du Supérieur mondial de salésiens
(ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Mineurs migrants : l’accueil dans le réseau salésien de Belgique

      mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

      Lire la suite

    • Dramane, migrant du Mali à l’Espagne

      mineurs migrants temoignage dramane 001 Qui est le jeune Dramane ? Qu’est-ce qui l’a décidé à quitter sa famille ? Son pays ? Quelle est son histoire ? Comme beaucoup d’autres, Dramane est un jeune mineur à avoir frappé à la porte d’une maison salésienne en Espagne. Il témoigne.

      Lire la suite

    • L’établissement N.D. des Minimes accueille trente migrants

      migrants n d minimes lyon 001 « Cette rencontre a été une claque pour moi et m’a fait prendre du recul » s’exclame Coline, lycéenne aux Minimes, à Lyon après la rencontre organisée par la Pastorale du lycée et la cellule « migrants » du diocèse de Lyon. Pour de nombreux lycéens, ce fut une expérience cruciale qui les aide à sortir des clichés. Témoignage de Fabienne Laumonier, animatrice en pastorale scolaire.

      Lire la suite

    • A Sury-Le-Comtal, une sanction-réparation réussie

      st andre sury sanction 001 Des élèves ont commis un acte de bizutage contre un autre élève. Comment les sanctionner ? Comment les aider à prendre conscience de leur acte ? Comment les aider à changer ? C’est la question que s’est posée l’équipe éducative du lycée Saint-André à Sury-le-Comtal en demandant aux élèves de s’engager dans un acte de réparation qui a du sens.

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2017 ?

      que faire cet ete 2017 001 L'aventure salésienne vous intéresse ? Alors n'hésitez pas à découvrir les propositions salésiennes de l'été ! Et si des jeunes veulent devenir animateurs, prenez contact. La famille salésienne offre une large palette de propositions ouvertes à tous. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Mineurs migrants non accompagnés

      nouveau dba 990 Nous ne baisserons pas les bras ! Parfois des décisions politiques sur l’accueil des migrants posent question, mais rien n’arrêtera l’élan de générosité que nous observons partout autour de nous. Dans le réseau des salésiens, il s’agit de faire ce que Don Bosco faisait en son temps : l’accueil inconditionnel.

      Lire la suite