Babylaune 3-Plus d'un an après son lancement, la crèche d'application Babylaune, lieu de formation pour les lycéennes de l'établissement salésien du Puits de l'Aune à Feurs, a pris son rythme de croisière. Dix-huit enfants sont accueillis par une équipe composée de cinq professionnels et des jeunes en formation au lycée.

 

 

 

Elles s'appellent Marie, Charlène, Noémie, Céline. Leur point commun : suivre une formation SAPAT* au lycée du Puits de l'Aune à Feurs (Loire). Elles ont déjà réalisé un stage en maison de retraite et en crèche. Elles sont passionnées par le contact humain. Quel métier après cette formation ? Charlène pense devenir puéricultrice, Marie infirmière, Noémie travailler dans un hôpital pour enfants. Pour Noémie, son stage en maison de retraite l'a transformée : « J'avais des préjugés sur les personnes âgées. Ce stage a été très enrichissant et le contact s'est très bien passé. Ce qui m'a le plus touché, c'est leur histoire au moment de la guerre. » Auprès des enfants, sa formation est en cours : « Mon stage en crèche m'a permis de voir que je n'avais pas assez d'acquis auprès des enfants et que je manquais d'autorité. »

 

Babylaune 7-Ces stages sont des moments clés pour ces jeunes et la crèche d'application leur permet d'effectuer un va et vient entre la pratique et la théorie. Laurence, directrice adjointe du lycée, s'occupe de la formation initiale. Elle accompagne les élèves sur la crèche. « Les élèves interviennent avec des objectifs bien définis : le développement psychomoteur de l'enfant, les soins (biberon, changes) par exemple. Il y a beaucoup d'observation et quelques activités. Elles peuvent ainsi faire le lien avec leurs cours. En 1e, elles effectuent un stage d'une demi-journée par semaine sur quatre semaines. Au départ, elles venaient à deux. Maintenant elles viennent seules. On s'est rendu compte que cela leur permet d'être plus concentrées sur leur mission. »

 

 « Savoir parler à l'enfant, ça ne s'apprend pas dans les livres »

 

En première, Céline avait réalisé pour les enfants un tableau avec différentes matières afin que les enfants s'exercent sur le toucher : « L'activité durait quinze minutes. J'ai pu la créer avec les grands. Ils ont réalisé des trous, collé des rouleaux, des tissus et autres éléments sur le carton. Les enfants prenaient le temps d'apprivoiser les matières par le toucher. » Ainsi, en début d'année, les lycéennes choisissent une thématique avec des objectifs précis. Annie est enseignante en économie sociale et familiale. « Nous invitons les élèves à être curieux, s'intéresser, poser des questions, aller chercher l'info. Suite à leur activité en crèche, elles font un bilan, l'expliquent aux autres élèves. Elles donnent leur avis. Une discussion s'engage. C'est un travail qui n'est pas facile car elles s'exposent face aux autres élèves. C'est un bon exercice pour se connaître et apprendre à s'exprimer devant les autres. »

 

Babylaune 8-Enfants, parents, professionnels ensemble

Laurie Benoit est directrice de la crèche depuis février dernier. Elle a travaillé sur le projet, sur le choix d'aménagements éducatifs et pédagogiques : « Un élément important de notre travail est de créer du lien, de la cohésion, de l'innovation dans nos propositions et de la convivialité. L'équipe se soutient et a envie d'avancer dans le même sens. Nous proposons aussi des temps de débat et de réflexion avec les parents, un accompagnement à la parentalité où les parents sont de véritables acteurs au sein de la crèche, comment ils voient la crèche idéale. Nous ne prenons pas leur place dans leur tâche éducative mais nous ouvrons des échanges afin qu'ils puissent trouver des manières de faire auprès de leur enfant. » Dans cette structure, Laurie Benoit peut compter sur son équipe de quatre professionnelles.

 

 

Laure est auxiliaire puéricultrice. Elle travaille depuis janvier 2013. « Ce que je trouve intéressant c'est que c'est une crèche à taille humaine par rapport à d'autres structures où j'ai travaillé. J'apprécie aussi le côté application, le fait d'encadrer les élèves lycéens, leur donner des conseils, les informer, les confirmer dans leur choix. J'interviens en classe. L'enrichissement est réciproque : je leur transmets mes connaissances et eux m'apprennent des nouvelles techniques. Par exemple le change d'un bébé. Même si l'élève sait faire, ce ne sera pas suffisant. La parole a une place importante. Savoir parler à l'enfant, ça ne s'apprend pas dans les livres. » Ainsi les élèves découvrent les qualités requises pour un tel travail : la patience, l'observation, l'amour des enfants, savoir se remettre en cause, être capable de s'adapter et de travailler en équipe. Ils découvrent que c'est un travail où l'on ne s'ennuie pas, dès que l'enfant a passé la porte jusqu'au soir.

 

Crèche et territoire sont associés

Interview de Jean-Michel Mari, directeur du lycée

Au fil des mois, la crèche a su mettre en avant ses particularités. Jean-Michel Mari, chef d'établissement du lycée, et Jeanine Chavot, présidente de l'association, sont à l'origine du projet. Outre le fait que cette crèche soit d'application, celle-ci est bien ancrée dans le territoire : « Nous faisons partie du contrat enfant jeunesse de la communauté des communes », explique Jean-Michel Mari. Un comité de pilotage est constitué du médecin PMI*, de la CAF et aussi du président du comité des communes. Cela rend service à l'ensemble des familles de la plaine du Forez. Un autre aspect est celui du développement durable : au sein de la structure, des animations que l'on monte, sont toutes liées par rapport à cette spécificité, notamment écologique. Par exemple, la réalisation d'un sapin de Noël en bouteille. Le développement durable est aussi lié à l'alimentation. Nous sommes en train de réaliser un jardin potager.

 

Développer l'innovation grace aux liens entre le lycée et la crèche

Après plus d'un an de fonctionnement le bilan est positif. Cela crée une dynamique au sein de l'association ajoute Jean-Michel Mari : « permettre de donner du lien entre les différents pôles de l'association que sont le lycée, la formation continue, le pôle de ressources : c'est déjà bien parti, les enseignants, les formateurs se sentent chez eux. Et même l'association des anciens élèves va intervenir à la crèche pour faire notamment des lectures de conte. L'enjeu nouveau de la crèche : développer les synergies possibles entre l'enseignement et la structure de la crèche. »

 

 

 

Vincent Grodziski, sdb

19 juin 2014


* SAPAT : Services Aux Personnes et Aux Territoires
* PMI : Protection Maternelle et Infantile

 

LYCEE PROFESSIONNEL DU PUITS DE LAUNE

 

Babylaune 9-

Le lycée professionnel du Puits de l'Aune accueille environ 200 élèves.

- Des 4e et 3e de l'enseignement agricole et découverte professionnelle. L'objectif étant de permettre aux jeunes en difficulté avec le système général de retrouver la voie de la réussite.
- Des Bac pro Services aux Personnes et aux Territoires : services petite enfance, personnes âgées ou handicapées, animation et loisirs ou le secteur développement local et touristique.
- Des Bac pro Bio Industrie de Transformation pour alimentation, cosmétique, pharmacie, laboratoire.


Le site du lycée du Puits de l'Aune: www.lepuitsdelaune.fr

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

  • Le lycée de Feurs a reçu le prix du jury au FestiClip 2014 avec le clip « Il l'a bu ».

 

 

 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite