Va quitte ton pays 355Le livre "Va quitte ton pays" est publié par l'Institut Don Bosco de Bruxelles, écrit par les élèves et édité par les étudiants de la section Art Graphique. La chose n'est pas courante. C'est le fruit d'une aventure qui a embarqué professeurs et élèves. Au départ, une campagne "Va, quitte ton pays", proposée par les responsables de la pastorale dans les écoles du pays, illustrée par les élèves du secondaire, et diffusée dans l'enseignement catholique. Elle fut primée en 2013. Aujourd'hui elle se prolonge par et dans ce livre « Va quitte ton pays. Ose un autre ailleurs ». Stéphane Allard, directeur adjoint de l'Institut, nous raconte sa genèse.

 

 

« Il y a quelques années, nous recevions un élève pour commenter un bulletin, par ailleurs satisfaisant ! Le professeur de religion avait mis un commentaire élogieux et, par curiosité sincère, une question a surgi : " Es-tu croyant ? " La réponse de l'élève, accompagnée d'un sourire poli et un peu gêné, consista à rappeler qu'il faisait des études scientifiques, qu'il était un " bon élève intelligent " et qu'il n'était donc pas du tout enclin à « croire encore à Saint-Nicolas ". Ce même élève, en récréation, quelques semaines plus tard, lisait avec attention son horoscope. La conversation qui suivit, n'eut pas pour objectif de lui faire reconsidérer sa foi en Saint-Nicolas, mais de lui faire prendre conscience qu'il avait été un peu léger sur la façon dont il avait abordé la question religieuse.

 

« Il faut commencer par rendre les choses visibles. »

 

« Le cours de religion propose des réponses, un questionnement, mais la rencontre avec ce jeune nous avait démontré que le cours de religion ne pouvait pas tout résoudre. La foi est une démarche qui se trouve au bout de l'action. Il faut commencer par rendre les choses visibles.

 

« Va, quitte ton pays » est le point de départ de l'aventure

« Marc Bourgois, responsable de la pastorale, vient à nous parler de la manière dont les campagnes de pastorale s'orchestrent au sein du Secrétariat de l'Enseignement Catholique, nous lui faisons découvrir la section industrie des arts graphiques. Un projet nait : l'école va s'occuper de la prochaine campagne de création d'affiches. La commande est importante, on la prend très au sérieux. On réunit plusieurs classes, le thème " Va, quitte ton pays " est le point de départ, il faut créer le reste. Comment illustrer ça ? Comment le dire, qu'est-ce que ça veut dire ? C'est l'individu par rapport à lui-même, face aux autres, c'est le déracinement, c'est l'enracinement, c'est l'étranger qui se met en danger, c'est le sens de l'accueil... le travail se fait comme si on avait eu une commande pour vendre une nouvelle voiture, mais les questions qui se posent sont d'une tout autre qualité et nous nous retrouvons devant des élèves qui vivent un vrai questionnement spirituel.

 

« L'action est ce qui a fait renaître une réflexion spirituelle dans notre école »

 

« Ce travail a apporté deux choses, aux élèves qui l'ont réalisé. La première, celle pour laquelle cette tâche avait été acceptée avec enthousiasme par l'école, c'est l'apprentissage des techniques qui permettent de transformer un " thème " en une réalisation graphique qui l'illustre de manière compréhensible et séduisante. La seconde, c'est d'avoir travaillé pour comprendre et vivre de l'intérieur la question d'un thème pastoral.

 

Va quitte ton pays affiche 355Va quitte 3 355

 

« Se plaindre du recul de la foi est semblable au regret de ne pas voir de fumée sortir de la cheminée alors que le problème est qu'il fait froid dans la maison. Les adultes se plaignent, les jeunes attendent ou comblent leurs manques avec les réponses toutes faites que leur propose notre société de consommation. Nos élèves croient plus en leur horoscope ou en leur chance de gagner au Loto qu'en Dieu. La réponse n'est pas dans la réponse, mais elle est dans la question, dans la manière de faire naître la question. La foi ne se donne pas, elle ne se transmet pas, elle se vit. La question a ici pris la forme d'un " agir professionnel ".

 

« La campagne finie, la question demeure. Comment les autres écoles ont-elles vécu ce thème, les affiches ont-elles été bien comprises ? L'idée d'une suite à donner au travail germe et c'est ce livre qui en est l'expression. Quand la question se vit, elle se survit. Le projet a germé et a eu des conséquences inattendues. L'action a précédé la réflexion et c'est peut-être ce qui a pu faire renaître une réflexion spirituelle de qualité dans nos écoles, vivre et agir. »

  

 

Bernadette Devillé, directrice de l'Institut Don Bosco 

Stéphane Allard, directeur adjoint

Institut Don Bosco Bruxelle, Woluwé-Saint-Pierre

26 septembre 2014

 

 

 

VA QUITTE TON PAYS - EXTRAITS

 

« Je suis arrivé en Belgique à 12 ans et Bruxelles a contribué à l'oportunité de m'ouvrir aux autres. La campagne de création d'affiches est depuis l'image concrète de mon parcours. Elle me colle à la peau. »

Karol Cepowicz, 20 ans, p. 15

 

« Quand on parle de partir, souvent les gens prennent peur. Ils disent : Pourquoi faire ? Pour aller où ? Parce qu'ils ont peur de casser leur quotidien, ce qu'ils connaissent bien et ce qui leur est confortable. Mais je pense que partir est parfois une bonne chose. »

Anouk Lalande, 15 ans, p. 47

 

« Pour moi, étant une personne handicapée, j'attache beaucoup d'importance au sous thème "être l'étranger", il m'est souvent arrivé d'avoir le sentiment de ne pas être à ma place. »

Grégoire Carbonez, 15 ans, p. 57

 

« Va, quitte ton pays. Ose un autre ailleurs ».
Collectif, Pré-texte Don Bosco.

 Pour se procurer le livre, contacter l’école.


 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite