Fondation Don Bosco Eric Feltrino 355Les établissements scolaires Don Bosco ne cessent d'innover pour répondre aux besoins particuliers des élèves en difficulté. Un exemple se trouve à la Fondation Don Bosco de Nice. La mise en place d'une classe SLAM (système local d'accompagnement aux métiers) a permis en cinq ans d'existence à plusieurs centaines d'élèves de reprendre une scolarité dite normale. Rien n'était gagné au départ, puisque la première année, seuls deux élèves sur quinze ont repris le chemin des études. Cinq ans plus tard, la courbe s'est inversée. En 2014, la classe relais a connu 100% de réussite. Quelles sont les clés de ce succés ? Interview vidéo de Eric Feltrino, directeur des études, et de Bernard Chastang, chef d'établissement.

 

 

La classe SLAM alterne des périodes de cours et des périodes de stages en entreprises. Elle fonctionne par session de quatre semaines au cours de l'année. Ce dispositif s'adresse à des jeunes de 4e et 3e qui montrent des signes de décrochage et ne trouvent plus de sens à leur scolarité.

 

1ère vidéo : Eric Feltrino, directeur des Etudes, responsable de la SLAM

Eric Feltrino, directeur des Etudes à la Fondation Don Bosco, livre les éléments clés du fonctionnement de la classe SLAM et les objectifs poursuivis. L'exemple de Julien illustre le parcours d'un jeune qui retrouve un sens à sa scolarité grâce à la construction d'un projet professionnel réalisé au sein de cette classe relais.

  • Le fonctionnement de la classe SLAM : alternance de périodes de cours, de périodes de stages et de construction d'un projet personnel
  • Les évolutions de la classes SLAM et les adaptations nécessaires durant les cinq années de fonctionnement.
  • L'exemple de Julien qui retrouve un sens à ses apprentissages.

 

 

2e vidéo : Bernard Chastang, directeur de la Fondation Don Bosco Nice

Bernard Chastang, chef d'établissement, dans la seconde interview, s'exprime sur l'origine du projet. Au moment de la fermeture des 4e et 3e technologiques, il fallait trouver une alternative au décrochage scolaire des élèves en difficulté. L'installation d'une antenne du Valdocco Nice, structure sociale, confiée à Emmanuel Besnard, salésien de Don Bosco, finalise la démarche initiée il y a cinq ans.

  • Il faut inventer des démarches innovantes pour répondre aux besoins spécifiques des élèves décrocheurs
  • Chaque réussite individuelle est une belle aventure !
  • La création de nouvelles filières pour aider les élèves qui ont encore du mal à poursuivre leur apprentissage.
  • Le recours à des fonds privés, « auprès des palaces de la Cote d'Azur » pour assurer la formation et l'insertion professionnelle des jeunes en difficulté.

 

 

Bernard Chastang donne le fil directeur de l'initiative : « On est dans la tradition de Don Bosco. On cherche des solutions et on va voir les personnes qui peuvent aider les jeunes. Depuis 1815, ils continuent de répondre présent ».

 

 

Hélène Boissière-Mabille
26 septembre 2014

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite