exposition-Bruxelles-hommage-Jije-1-Joseph Gillain, plus connu sous le nom de Jijé, aurait eu cent ans le 13 janvier dernier. A l'occasion de cet anniversaire, le Centre Religieux d'Information et d'Analyse de la BD (CRIABD) a créé une exposition, présentée à Bruxelles le 13 novembre prochain, qui met en valeur l'œuvre dessinée de l'auteur de la BD « Don Bosco ».

 

 

Artiste complet (il a aussi fait de la sculpture et de la peinture), maître de la BD ayant influencé de nombreux « grands » (Franquin, Morris et Giraud, qui ont été ses élèves, mais aussi Will, Derib, entre autres), Jijé n'est pourtant pas le plus connu des dessinateurs. Né à Namur le 13 janvier 1914, Joseph Gillain commence à faire parler de lui dès l'âge de 22 ans avec son Jojo, qui paraît dans Le Croisé en 1936.

 

A son actif, de très nombreuses bande-dessinées biographiques : Don Bosco (commencée en 1941), Jean Valhardi ou encore Christophe Colomb. Sa consécration intervient dès les années 1940, avec Emmanuel, vie de Jésus ou, dans un tout autre genre, Baden-Powell, Blanc Casque et la grande série western Jerry Spring.

 

 

exposition-Bruxelles-hommage-Jije-2-

 

  

Un chef d'œuvre : la BD de Don Bosco

exposition-Bruxelles-hommage-Jije-3-Jijé, c'est une œuvre offerte à la chrétienté et un chef d'œuvre : sa biographie de Don Bosco, encore publiée aujourd'hui aux éditions du Triomphe (2011). L'exposition, organisée par le CRIABD avec le Festival de la BD de Lyon, lui laisse d'ailleurs une grande place dans les 12 panneaux qu'elle offre aux visiteurs. Ceux-ci permettent de découvrir, ou redécouvrir, des planches caractéristiques de l'œuvre de Jijé et l'évolution de son dessin au fil du temps.

 

L'exposition « Jijé aux 100 facettes » est présentée le jeudi 13 novembre au Centre belge de la BD, 20 rue des Sables, à Bruxelles. Vous y êtes les bienvenus à partir de 10h. A 18h, le professeur en histoire contemporaine Philippe Delisle, auteur des textes accompagnant l'exposition, donnera une conférence sur Jijé et son époque.

 

L'exposition est ensuite attendue à Angoulême, pour le grand festival de la BD, du 29 janvier au 1er février 2015.

 

 

Remi Favresse,
24 octobre 2014.

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e13

Dans le groupe, dans la classe il n’est pas si évident que cela d’être accepté, surtout si l’on affiche, un tant soit peu, une différence. Et l’on sent bien en filigrane une souffrance. Une solution : affirmer sa personnalité en s’affirmant soi-même. « Je suis comme je suis, et puis c’est tout. »

Les causes du rejet ? Camille le décrit ainsi : « les gens n’avaient pas cette ouverture d’esprit… maintenant, je me sens acceptée comme je suis, car je suis dans un cadre où les gens ont plus un style extraverti… et je me sens complice par rapport à ça. ». Mais la mise à part peut venir aussi d’un manque de confiance en soi. « Pendant un moment j’étais vraiment asocial, j’avais du mal à accepter les gens qui eux m’acceptaient. » (Raphaël). Sortit d’un problème d’acceptation demande une prise conscience des autres mais aussi un travail sur soi-même. La personnalité de chacun est en jeu.

Question : sommes-nous sensible à veiller à ce que chacun trouve sa place dans son environnement, dans la société ?

Voir le 13è épisode : Etre accepté ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite