François Montambeau adb 355 Ancien élève du lycée professionnel de Giel,  vice-président de la Fédération des Ancien élèves de Don Bosco, Francois Montambault est aussi responsable du château de Carrouges après y avoir été... jardinier. Aujourd'hui, il réalise son rêve : créer un partenariat entre le Chateau de Carrouges et l'établissement de Giel Don Bosco. Un projet de deux ans qui mobilise le collège, le lycée agricole et le lycée professionnel. Au total 12 classes. Un beau défi !

 

 

DBA : Vous avez créé un partenariat ambitieux entre le lycée Don Bosco Giel et le ministère de la Culture. Pourquoi ?

F. M : Ancien élève de l'établissement Don Bosco Giel, j'accorde une grande importance à cette maison où j'ai suivi ma scolarité et où j'ai appris mon métier. J'y suis toujours actif en tant que membre du conseil d'administration de l'école et trésorier des ADB (les Anciens élèves de Don Bosco).  Cela faisait quelques années déjà que je souhaitais créer un partenariat entre le château de Carrouges et Giel Don Bosco. Mais lequel ?

 

Nous avons eu l'idée de créer une maquette numérique pour pouvoir faire découvrir le chateau aux personnes à mobilité réduite sur le site internet du chateau. Le directeur de Don Bosco Giel, Sébastien Lérondel, a tout de suite été intéressé par ce projet. Nous nous sommes ensuite réunis avec mes collègues qui s'occupent des actions éducatives et des professeurs de Giel afin de pouvoir travailler sur le fond de ce partenariat. Et élargir le projet au collège.

 

 

Carrouges 355 okCarrouges Giel 2 355 ok

 

 

DBA : Douze classes sont concernées par ce partenariat. Un vrai défi !

F. M : Mon souhait est d'associer le plus grand nombre d'élèves possible des trois structures collège, lycée agricole et lycée professionnelle autour de différentes thématiques : "matériaux de construction", "parcs et jardins", etc. La réalisation de la maquette numérique est confiée aux jeunes de Bac Pro architecture. Mais 250 élèves sont concernés.

 

Les jeunes vont beaucoup apprendre par cette réalisation d'un point de vu professionnel et technique mais aussi d'un point de vue humain. Travaillant dans un monument historique, j'ai un devoir de transmission de mémoire et de savoir. Il faut que les jeunes découvrent différemment ces lieux historiques.

 

 

 « Les anciens élèves Don Bosco doivent apporter leur contribution,
quelle qu'elle soit »

 

 

DBA : Par ton métier, de base, jardinier, et aujourd'hui, responsable du château, tu réalises un parcours peu courant. 

F. M : Ma formation agricole m'a amené au château de Carrouges où je travaille depuis 1998. J'ai gravi les échelons depuis la base, stagiaire, vacataire et titulaire après avoir passé les concours relevant des métiers d'art dans la spécialité « végétaux » du ministère de la Culture. Aujourd'hui, mes missions ont un peu évolué car je ne m'occupe pas uniquement du parc et des jardins. Je suis en charge des affaires domaniales (locations, mariages...) et de la gestion des espaces et de l'équipe car l'administrateur n'est pas basé en permanence sur le site.

 

 

DBA : Quel est le mot que tu retiens de ta scolarité au lycée Don Bosco ? 

F. M : Les ADB doivent pouvoir apporter aux jeunes leur contribution quelle qu'elle soit. Je pense que le maitre mot est « la confiance », sans elle je ne serai pas où je suis aujourd'hui car mes parents, mes professeurs et mes administrateurs du château tous ont cru en moi et m'ont toujours poussé pour aller vers le meilleur.

 

 

François Montambault

vice président des Anciens élèves de Don Bosco

Propos recueillis par Hélène Boissière Mabille

31 décembre 2014

 

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e8

Indispensable, pas indispensable une ou un meilleur ami ? Pas forcément, mais reste qu’elle ou il est souvent là. Ce lien s’enracine fréquemment dans la petite enfance. Nos jeunes interviewés en attendent du soutien, de la bienveillance.

Pour William avec un meilleur ami on se doit de conjuguer les verbes « rigoler » et « épauler ». Tara résume bien le sentiment de beaucoup : «… quelqu’un qui essayera de faire en sorte que je prenne toujours un bon chemin… qui m’aidera à avancer dans ma réflexion… avec qui je peux débattre… qui pourra m’accompagner dans les difficultés de la vie… qui sera toujours là. »

Question : Que sont nos amis devenus… ?

Voir le 8è épisode : Un meilleur ami ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite