Réussir le Mont Swatwa 355 UNELes 14-15-16 novembre, les jeunes de 14/16 ans et de plus de 17 ans ont vécu leur premier week-end de la saison 2014-2015 au Centre spirituel Don Bosco de Farnières. Vendredi soir, la nuit est tombée sur les hauteurs de Farnières. Les animateurs 14/16 sont équipés de sacs à dos, piolets, casques d'escalade, cordes et mousquetons pour accueillir les 51 jeunes qui vont faire l'escalade du Mont Swatwa. Accompagnons-les en compagnie de Jean-François Meurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ephata 355« Certains découvrent les lieux pour la première fois. Un bon nombre vient au Centre Spirituel de Farnières depuis tout petit, quelques uns ont déjà fait le week-end pour les 14/14 ans. Les garçons sont nettement plus nombreux que les filles.

 

L'Horeb, le Sinaï, le Thabor : lieux de révélation

L'objectif de ce premier week-end de la saison est de mieux se connaître et de travailler l'estime de soi. Les jeunes ont rempli soigneusement leur sac pour partir en escalade en ne retenant que l'essentiel : pas seulement les objets matériels indispensables, mais encore les ingrédients pour atteindre les sommets d'un bon week-end, comme : joie, bienveillance, respect des autres et de la nature, partage, humour, ténacité, émerveillement ... Pendant les ateliers concrets (dessiner un paysage avec les éléments de la nature, faire des gâteaux aux différentes saveurs, etc. ), ils font connaissance.

 

 

Réussir le Mont Swatwa 355 L'ambiance du « temps de désert » était recueillie et sereine, malgré le grand nombre qui laissait peu d'espace personnel dans la salle. En soirée, veillée « sauvetage » par les jeunes répartis en quatre cordées progressant par les quatre faces du Mont Swatwa. Après cela, ils ont apprécié la balade nocturne rafraîchissante et la prière.

 

Chercher l'absolu, toucher le sacré

Le témoignage de Philippe Dumonceau, aveugle, qui a fait de l'escalade en haute montagne jusqu'à 6000 mètres, et qui fait du ski et autres activités sportives, les a impressionnés. Il a fondé une association « Blind challenge » qui propose à des handicapés, pas seulement des mal-voyants, de faire du sport de haut niveau. A l'eucharistie, le père Jean-François Meurs a fait des rapprochements entre le récit manga de Jiro Tanigushi, « La Terre de la Promesse » et le récit de la transfiguration. Tanigushi y raconte l'histoire véridique d'un japonais qui est monté au sommet de l'Annapurna, manifestant ce besoin très humain de chercher l'absolu, de toucher le sacré.

 

La joie d'Ephata 17+

Les aînés ont exploré le thème de la joie. Les animateurs, inspirés de l'actualité autour d'Ebola, avaient revêtu des combinaisons blanches et des masques, l'un d'eux avait même une mitraillette. Ils obligeaient les arrivants à se décontaminer de tous soucis. Chacun écrivait donc sur un papier le tracas dont il voulait se débarrasser et détruisait ensuite ce papier. Après quoi, ils pouvaient entrer dans la salle remplie de fumigènes ! Avec le père Guy Dermond, ils ont exploré les mots hébreux qui parlent de joie, et la joie chez Don Bosco, avant de partager les moments réjouissants de leur vie.

 

 

 

 

Jean-François Meurs
Centre spirituel Don Bosco de Farnières

4 décembre 2014

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite