Liege-Conference-Sybille-Mertens-003-Le mardi 2 décembre, la paroisse Saint-François de Sales de Liège accueillait Sybille Mertens, dans le cadre du cycle de conférences organisé à l'occasion du bicentenaire de la naissance de Don Bosco. Pendant une heure, cette docteur en sciences économiques a partagé sa vision du monde et répondu aux questions des visiteurs, venus nombreux. Verdict ? Le monde change et, pourvu que chacun accompagne ce mouvement, l'avenir s'annonce plus juste et l'économie de demain plus équitable. De l'optimisme, donc.

 

 

L'assistance patiente face à l'autel, transformé en pupitre le temps de la soirée. Malgré la neige qui tombe dehors et le froid glacial qui règne à Liège, une centaine de visiteurs se sont déplacés pour entendre Sybille Mertens. Il faut dire qu'en plus d'être une experte en économie sociale et solidaire, celle-ci est une fidèle paroissienne, « mère catéchiste, ce qui ne gâche rien », commente même un habitué.

 

Pendant ¾ d'heure, il n'a été question, finalement, que d'un monde en plein changement. Certes, le système économique que nous connaissons « a apporté beaucoup de confort et de bien-être », mais il n'est pas conçu pour dissoudre les inégalités sociales. Pire : il ne peut que les aggraver. Et Mme Mertens de rappeler ce chiffre : « Un tiers des Européens vit en-dessous du seuil de pauvreté ».

 

Des initiatives foisonnantes, une économie en plein essor

Liege-Conference-Sybille-Mertens-002-Le constat des nombreuses lacunes du système capitaliste a conduit de nombreux économistes à diagnostiquer sa « mutation », dynamisée par de multiples initiatives, globales ou locales, et rassemblées sous le terme d'« économie sociale et solidaire ». « Une économie encore marginale, de niches », précise Sybille Mertens, mais dont l'importance est souvent sous-estimée : « 18% de notre économie fonctionne selon ce modèle. 1 personne sur 3 travaille dans ce secteur, qui attire par ailleurs, en Belgique, plus d'1,5 million de bénévoles ».

 

Rien qu'à Liège, les magasins Oxfam, les salles de cinéma des Grignoux, le producteur d'énergie Ecopower, les épiceries bio ou les nombreuses coopératives tendent à prouver la vitalité de ce secteur économique.

 

Cette vitalité, cependant, dépend étroitement du bon-vouloir des citoyens-usagers-consommateurs-investisseurs-travailleurs que nous sommes tous. Acheter dans une épicerie bio est certainement moins dans nos habitudes, et ni les prix, ni les facilités d'achats ne nous y incitent de prime abord. Néanmoins, cet acte permet à cette économie de se développer, et à tous ceux qui la portent de subsister. « Nous avons le choix de vivre comme nous l'entendons, conclue Sybille Mertens. Mais, si nous voulons continuer à vivre sur Terre, il est nécessaire de prendre soin de notre patrimoine. »

 

Et d'aller à l'encontre de certaines (mauvaises) habitudes. Allez ! Encourageons-nous en disant qu'il n'est pas trop tard, et que l'espoir est sauf. Comme souvent ici-bas, chacun, aussi petit soit-il, peut faire beaucoup pour le plus grand nombre.

 

Rémi Favresse
Don Bosco Aujourd'hui
04 décembre 2014.

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite