Liege-Conference-Sybille-Mertens-003-Le mardi 2 décembre, la paroisse Saint-François de Sales de Liège accueillait Sybille Mertens, dans le cadre du cycle de conférences organisé à l'occasion du bicentenaire de la naissance de Don Bosco. Pendant une heure, cette docteur en sciences économiques a partagé sa vision du monde et répondu aux questions des visiteurs, venus nombreux. Verdict ? Le monde change et, pourvu que chacun accompagne ce mouvement, l'avenir s'annonce plus juste et l'économie de demain plus équitable. De l'optimisme, donc.

 

 

L'assistance patiente face à l'autel, transformé en pupitre le temps de la soirée. Malgré la neige qui tombe dehors et le froid glacial qui règne à Liège, une centaine de visiteurs se sont déplacés pour entendre Sybille Mertens. Il faut dire qu'en plus d'être une experte en économie sociale et solidaire, celle-ci est une fidèle paroissienne, « mère catéchiste, ce qui ne gâche rien », commente même un habitué.

 

Pendant ¾ d'heure, il n'a été question, finalement, que d'un monde en plein changement. Certes, le système économique que nous connaissons « a apporté beaucoup de confort et de bien-être », mais il n'est pas conçu pour dissoudre les inégalités sociales. Pire : il ne peut que les aggraver. Et Mme Mertens de rappeler ce chiffre : « Un tiers des Européens vit en-dessous du seuil de pauvreté ».

 

Des initiatives foisonnantes, une économie en plein essor

Liege-Conference-Sybille-Mertens-002-Le constat des nombreuses lacunes du système capitaliste a conduit de nombreux économistes à diagnostiquer sa « mutation », dynamisée par de multiples initiatives, globales ou locales, et rassemblées sous le terme d'« économie sociale et solidaire ». « Une économie encore marginale, de niches », précise Sybille Mertens, mais dont l'importance est souvent sous-estimée : « 18% de notre économie fonctionne selon ce modèle. 1 personne sur 3 travaille dans ce secteur, qui attire par ailleurs, en Belgique, plus d'1,5 million de bénévoles ».

 

Rien qu'à Liège, les magasins Oxfam, les salles de cinéma des Grignoux, le producteur d'énergie Ecopower, les épiceries bio ou les nombreuses coopératives tendent à prouver la vitalité de ce secteur économique.

 

Cette vitalité, cependant, dépend étroitement du bon-vouloir des citoyens-usagers-consommateurs-investisseurs-travailleurs que nous sommes tous. Acheter dans une épicerie bio est certainement moins dans nos habitudes, et ni les prix, ni les facilités d'achats ne nous y incitent de prime abord. Néanmoins, cet acte permet à cette économie de se développer, et à tous ceux qui la portent de subsister. « Nous avons le choix de vivre comme nous l'entendons, conclue Sybille Mertens. Mais, si nous voulons continuer à vivre sur Terre, il est nécessaire de prendre soin de notre patrimoine. »

 

Et d'aller à l'encontre de certaines (mauvaises) habitudes. Allez ! Encourageons-nous en disant qu'il n'est pas trop tard, et que l'espoir est sauf. Comme souvent ici-bas, chacun, aussi petit soit-il, peut faire beaucoup pour le plus grand nombre.

 

Rémi Favresse
Don Bosco Aujourd'hui
04 décembre 2014.

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite