eduquer interiorite 355« A quel âge avez-vous eu votre première expérience de prière ? » Non, ce n'est pas une question indiscrète... c'est un jeu ! Olivier Robin a su ainsi faire parler librement les 40 participants à la session « Eduquer à l'intériorité » qui a eu lieu les 19-20 janvier au Centre Jean Bosco à Lyon. Là, se sont rencontrés chefs d'établissements, adjoints et animateurs en pastorale du réseau des établissements scolaires Don Bosco. Tous ont vécu un véritable ressourcement.

 

 

Comment parler d'intériorité ?

Parler d'intériorité aujourd'hui n'est pas facile, comme de parler de prière, entre adultes. Avec les jeunes non plus, pense-t-on. Or, les temps de partage d'expérience durant ce week end ont permis de prendre conscience d'une réalité toute autre : les jeunes demandent de vivre des expériences d'intimité avec eux-mêmes, avec Dieu. Nombreux sont ceux qui trouvent les mots pour en parler. Mais les chemins sont diverses. Encore faut-il trouver le sien. Entre celui qui convient le mieux aux jeunes, à la sensibilité de l'animateur en pastorale, à la structure, au mode d'organisation, il y a le choix !

 

Dans un premier temps, les organisateurs, Myriam Maréchal, Anne Orcel et Vincent Grodziski ont proposé aux participants de découvrir leur propre intériorité, de laisser révéler ce qui se découvre à travers cette expérience. Grace à ce retour sur soi, les participants ont pu identifier les points essentiels, ce qui est important de privilégier pour accompagner les jeunes dans leur démarche d'intériorité.

 

Quelques questions posées aux animateurs en pastorale :

  • « Quand et comment permettez-vous aux enfants, aux adolescents de relire leur histoire ?
  • De quelle manière et quand les questionnez-vous sur leurs goûts, leurs choix, leurs décisions ?
  • Quels sont les moments où vous les accompagnez vers une rencontre personnelle avec le Christ ? Comment les conduisez-vous dans cet espace intérieur ? »

 

A la lumière des échanges

Les échanges ont permis de découvrir des expériences innovantes :

  • Des retraites avec les jeunes organisées par le Campus de Pouillé dans un monastère bénédictin présentées par Philippe Devanne,
  • Des animations de temps de pastorale par des lycéens auprès des primaires à l'Estic, présentées par Rodolphe Fior,
  • Des temps de découverte de soi-même, dans un cadre hors-scolaire, présentés par Mélinda Deseure.

Ces échanges, ont permis d'identifier ces lieux et activités qui portent tout particulièrement cet objectif d'amener les jeunes à découvrir une dimension intérieure.

 

Face à face : l'esprit et la structure

Comment être attentif à cette dimension d'intériorité pour chacune des propositions pastorales qui ont cours dans l'établissement ? Les questions ont porté, de manière aigüe, sur la relation qui est établie entre les propositions pastorales et la structure de l'établissement.

 

Il n'y a pas d'évidence

Même dans une établissement catholique, il n'y a pas d'évidence : les participants ont bien conscience que leur volonté est en jeu. Pour entrer dans son intériorité personnelle, il faut faire un acte de décision et un contexte qui le favorise. Encore plus, avec les jeunes, il faut déblayer les obstacles, pour donner la chance à l'intériorité de se déployer.

 

 

 Hélène Boissiere-Mabille

29 janvier 2015

 

 

formation APS 2 355formation APS 3 355

 

formation APS 4 355formation APS 1 355

 

Pour aller plus loin

Le parcours de Formation au CJB pour le personnel éducatif

L'agenda es formations en régions organisées par le service formation des AMDB

 

Crédit image : Google Images. Artist Melanie Weidner, "Deep Breath," 2005


Mot du jour

Est-ce un enfant ou un chien qu’on appelle ?

C’est vrai qu’elle est un peu rétro, mais elle trouve que cette tendance de plus en plus répandue de vouloir nommer son enfant de façon très originale, d’utiliser le prénom pour en faire un être unique, risque de prêter le flanc aux moqueries, et surtout ôte au prénom tout son sens.

Pour elle, un prénom, c’est important. Il s’inscrit dans une culture, évoque une figure tutélaire, dit, par son étymologie, quelque chose de beau, et, par ce biais, fait entrer l’enfant dans la communauté des hommes et l’inscrit dans une longue lignée. Il se cherche aux sources de l’intime, pas dans une lecture récente, ou parmi les personnages d’une série télé. Choisir un prénom, ce n’est pas non plus le joyeux exercice de la fabrication d’un mot inédit.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages

Multimédia

Campobosco : une invitation execptionnalle,
un film réalisé par les jeunes...
campobosco.fr

Sur l’échiquier de la vie
(Prix du Public - FestiClip 2016)
www.festiclip.eu

Journées Mondiales Salésiennes Missionnaires 2017
Le clip d'introduction
(source : ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...