Valdocco 355Céline, Hanan, Anne-Marie, Pierre... n'avaient rien en commun au départ. Mais l'esprit du Valdocco les a touchés. Ils y trouvent tous leur place. La preuve, c'est qu'ils prennent rapidement des responsabilités au sein de l'association. Cette alliance entre salariés et bénévoles est un point fort du Valdocco. Comment les bénévoles vivent-ils leur engagement à Argenteuil, Nice, Lyon et dans la toute récente antenne de Lille ? Voici leurs témoignages.

 

 Hanan : « J’ai également connu une période difficile dans mon passé »

« Ce qui a suscité mon engagement auprès de l’association Valdocco, c'est la qualité des services qui y sont donnés aux jeunes en difficultés (scolaires et familiales...). J'ai également connu une période difficile dans mon passé et c’est grâce à l’aide des personnes bénévoles que j’ai pu surmonter ces épreuves. Par ailleurs, j’estime, en tant qu’étudiante en école de commerce, que le bénévolat peut aussi être un outil essentiel de management d’équipe, le groupe de jeunes nécessitant un suivi, un soutien, et surtout une personne qui soit à l’écoute. »

Hanan El Hajji, Etudiante à l’IPAG de Nice
Bénévole au Valdocco Nice

 

Anne-Marie : « Qui sait si cela ne me portera pas à faire un lien avec mon futur métier ? »

« Je suis étudiante en dernière année d'école de commerce, à l'EDHEC où j'ai rejoint la filière entrepreneuriale. Je m’intéresse particulièrement aux problématiques de croissance et de stratégie en entreprise.

 

Etre bénévole s'inscrit très facilement dans mon emploi du temps d'étudiante, une heure par ci, une après-midi par là, c'est l'occasion d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe autour de moi et de me laisser bousculer par des réalités dont je n'ai pas toujours bien conscience ! Et qui sait si cela ne me portera pas à faire un lien avec mon futur métier : créer des systèmes économiques viables et vecteurs de croissance, pour satisfaire les vrais besoins des familles plus pauvres en France ! »

 Anne-Marie, étudiante
Bénévole au Valdocco de Lille

 

 

Valdocco 2 355Bénévoles au Valdocco d'Argenteuil, des spécialistes de l'animationValdocco Argentueil 6 355L'accompagnement scolaire : pour une relation plus fraternelle

 

Pierre : « Pour moi le Valdocco, c'est une philosophie, une pédagogie, une famille »

« Pour moi le Valdocco c'est une philosophie, une pédagogie, une famille, des valeurs dans lesquelles je me retrouve tout simplement. Il ne s'agit donc pas d'un choix, mais d'une évidence qui ne se justifie pas forcément. C'est juste du pur bonheur !! Donner de son temps, de son énergie, de son expérience, de son vécu permet de se sentir utile, d'avoir le sentiment d'apporter (en toute modestie) un petit quelque chose. Pour moi c'est aussi une bouffée d'oxygène qui permet de m'évader de mon quotidien, de voir autre chose, d'autres personnes, d'autres milieux; c'est ce partage qui permet de m'enrichir et de grandir en tant qu'homme. »

 Pierre, 26 ans, cadre bancaire
Bénévole au Valdocco de Lyon

 

Céline : « Il est très important que les jeunes, leur famille et les salariés puissent se rencontrer »

« Lorsqu'Emmanuel Besnard m'a demandé de m’impliquer dans un champ d’action selon mon talent, j’ai choisi l’organisation des événements festifs ! Il est, en effet, très important pour moi que les jeunes, leur famille, les bénévoles, les partenaires puissent se rencontrer pour partager, échanger et ainsi faire avancer l’œuvre du Valdocco ! Pour moi, c’est l’œuvre de Jean Bosco, l’intuition de ce pédagogue novateur et exemplaire initiée au XIXe siècle dans les faubourgs de Turin, qui continue de vivre à travers le Valdocco à Nice, Lyon ou Argenteuil... et j’essaie d’y apporter ma pierre. »

Céline Spatola, enseignante au Lycée professionnel Don Bosco Nice
Bénévole au Valdocco Nice

 

 

Valdocco Argentueil 7 355Les fêtes du Valdocco : des relais essentiels entre les enfants, l'association et les famillesAcirpe benevoles 355Luc Herpoel et Agnès Connan en réunion avec les bénévoles de l'association d'insertion du Valdocco Lyon, l'ACIRPE

Myriam : « Je ne saurais pas dire pourquoi mais après 1h d'aide aux devoirs, je suis détendue ! »

« J'ai 32 ans, je suis étudiante en 2ème année d'orthophonie, en reconversion professionnelle. J'interviens à l'aide aux devoirs au Valdocco. En tant que futur orthophoniste c'est pour moi l'occasion d'être au contact de jeunes en apprentissage. L'association est très chaleureuse, accueillante, dynamique et j'y ai rencontré des personnes très intéressantes. En général, je ne saurais pas dire pourquoi mais après 1h d'aide aux devoirs, je suis détendue ! »

 

 Myriam, étudiante en orthophonie
Bénévole au Valdocco Agenteuil

 

Xavier : « Je découvre des histoires de vie faites d'imprévus, de difficultés de tous ordres »

« Entre prof dans un lycée classique et s'occuper de jeunes en insertion, l’écart est grand !  Aujourd'hui j'accompagne deux personnes. Je découvre des histoires de vie faites d'imprévus, de difficultés de tous ordres, financières, administratives, personnelles, familiales...et quelquefois, tout se cumule ! Le Valdocco ACIRPE leur permet d'avoir de nouveau un travail régulier et pendant ces quelques mois, de se mettre en recherche d’une formation, d’un stage ou, si possible d’un emploi. On mesure les avancées par le sourire de celui qui vient de réussir le permis de conduire, une formation... ou qui arrive fièrement avec un contrat de travail. »

Xavier, jeune enseignant retraité
Chargé d’Insertion Professionnelle, bénévole à ACIRPE

 

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

Pour aller plus loin

  • Le Valdocco d'Argenteuil a participé à un projet de MOOC sur l'accompagnement scolaire pour les bénévoles.
  • Cette formation, gratuite, en ligne et interactive est destiné à tous les bénévoles qui souhaitent s'engager auprès d'enfants ou de jeunes en situation de fragilité scolaire! Ce MOOC intègre de nombreux témoignages et conseils pédagogiques issus du terrain, des quizz, des études de cas, des liens vers des documents et ressources utiles. Ouverture du MOOC le 14 avril. Inscrivez-vous dés aujourd'hui.

     

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite