association les enfants de Bobo DioulassoDepuis près de 10 ans, le lycée Costa de Beauregard de Chambéry travaille en partenariat avec le Burkina Faso. Parti d'un souhait d'élèves en 2005 qui voulaient venir en aide à une population défavorisée, le projet a grandi et a pris de l'ampleur. Aujourd'hui, le partenariat mené autour du bol de riz est un événement incontournable au lycée Costa de Beauregard.

 

 

Les élèves du lycée Costa de Beauregard, en 2006, contactent la communauté des Petites Sœurs de la Sainte Enfance située à Bobo Dioulasso au Burkina Faso. Ils décident de récolter de l'argent en organisant une opération bol de riz pour aider à la scolarisation des jeunes en difficulté. Les échanges de lettres se multiplient et l'année suivante, les élèves renouvèlent l'opération et créent une association pour pérenniser le partenariat : Les enfants de Bobo Dioulasso.

 

Parallèlement, sœur Thérèse invite les jeunes à venir découvrir le Burkina et sa population. A ce moment, la communauté est en cours d'acquisition d'un terrain de 7 hectares. L'idée de développer sur cette parcelle du maraîchage naît alors naturellement pour ces élèves en option horticulture.

 

En octobre 2007 et juillet 2008, deux voyages sont organisés avec, à chaque fois, des contacts étroits avec des jeunes Burkinabés et des actions de plantation et de construction sur le terrain. Un forage à forte profondeur est rendu nécessaire. L'association multiplie les actions pour trouver des financements pour cette opération. Des opérations bols de riz, vente d'objets burkinabés ont lieu régulièrement auxquelles les élèves participent. Le partenariat avec le Burkina Faso devient un projet phare de coopération internationale au sein de la Fondation du Bocage. En 2010, 3 jeunes de bac pro Services en Milieu Rural choisissent de faire leur stage professionnel à Bobo Dioulasso dans des dispensaires trottoirs.

 

 

 

COSTA2Vente d'objets burkinabés au lycée Costa de BeauregardCOSTASoeur Thérèse suit le projet depuis 10 ans au Burkina Fasco

En dépit d'une situation géopolitique difficile,  l'association poursuit son œuvre et participe au creusement d'un forage à 140 mètres de profondeur, puis à la construction d'une clôture (voir le film sur la page facebook). L'association porte maintenant sa priorité sur la mise en place d'un réseau de distribution d'eau en lien avec l'association Hydraulique Sans Frontière pour pouvoir lancer la construction de bâtiments. Le but étant de mettre en place un centre d’accueil à Bobo Dioulasso pour les enfants en situation de précarité.

 

Le 5 mars dernier, plusieurs classes ont rencontré Sr Julienne venue de Bobo Dioulasso. Elle a présenté son pays, la situation des jeunes et présenté le projet du futur, un centre d’accueil pour les enfants en situation de précarité. Le 19 mars, les élèves ont mangé un bol de riz par solidarité. L'argent récolté servira à la poursuite des travaux.

 

Un partenariat de 10 ans riche pour tous !!

 

 

 


Fabienne Dumas

Enseignante au lycée Costa de Beauregard

Les enfants de Bobo Dioulasso

26 mars 2015

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite