Salesiens en Tunisie 2gJuste après les attentats terroristes qui ont marqué la Tunisie, la congrégation salésienne a renouvelé son engagement pour être présente aux côtés des jeunes tunisiens, et oeuvrer pour l'éducation.

 

 

L'attentat terroriste au Musée du Bardo : un terrible coup

« Cela a été un terrible coup pour tous les Salésiens qui, à la Manouba, avec l'oratoire-centre des jeunes, s'occupent de 800 élèves musulmans. Il est difficile de prévoir les répercussions », a déclaré le P. Ruta.

 

Une nouvelle présence salésienne à Tunis

La communauté salésienne est sur le point d'assurer la direction du centre éducatif « École Secondaire Libre » de Tunis, dirigé et animé, à ce jour, par les Pères Marianistes. Pour assurer le passage des consignes, du 15 au 18 mars, le P. Giuseppe Ruta, Supérieur de la Province salésienne Italie-Sicile dont dépend la présence salésienne en Tunisie, s'est rendu sur place à Tunis.

 

Les 16-17 mars, le P. Ruta a participé pour la première fois à l'Assemblée générale de la Conférence des Supérieurs majeurs et des Délégués de la Tunisie (COSMADT), qui réunit tous les Supérieurs des Congrégations présentes en terre tunisienne. L'archevêque de Tunis a manifesté toute son estime pour les religieux et religieuses en les définissant comme « pionniers dans la vigne du Seigneur » – dans certaines zones ils constituent l'unique présence chrétienne – et témoins prêts à montrer le visage du Christ dans le contexte musulman.

 

Présents à la Manouba et à Menzel Bourguiba

 

Salesiens en Tunisie 3pVolontaires dans l'école tenue par les soeurs salesiennesActuellement, les Salésiens s'occupent d'une seule œuvre en Tunisie, celle de la Manouba, qui se compose d'une école et d'un oratoire. Les Filles de Marie Auxiliatrice dirigent quant à elles une école dans la capitale et un autre centre éducatif à Menzel Bourguiba, à environ 60 km de Tunis.

 

« L'éducation catholique est appréciée et respectée dans le pays.  L'école salésienne offre un service caractérisé seulement par la qualité et la professionnalité. Tous les élèves, mais aussi tous les membres du personnel sont musulmans. Comme Fils de Don Bosco, nous savons que l'éducation est une affaire de cœur et avec cet esprit nous travaillons avec les jeunes », expliquent les Salésiens. Il n'est pas nécessaire de parler explicitement de dialogue et de respect des différences « car le message passe de lui-même, dans la quotidienneté de la vie de l'école ».  En vue de la prise en charge de la nouvelle école, l'envoi de nouveaux missionnaires salésiens en terre tunisienne est à l'étude.

 

 

ANS
9 avril 2015

 

 

 

JEAN MARIE PETITCLERC EN TUNISIE

LA PEDAGOGIE DE DON BOSCO DANS UN ENVIRONNEMENT MUSULMAN

 

Salesiens en TunisiepLa maison de Manouba, petite graine au milieu de l'IslamPourquoi êtes-vous allé en Tunisie ?

J'ai été en Tunisie pour assurer, dans le cadre du bicentenaire, une formation à la pédagogie salésienne pour l'ensemble des enseignants (une centaine). La formation a eu lieu dans les deux écoles : une journée à Tunis (une pédagogie de la confiance) et la deuxième à Metzel Bourguiba (une pédagogie de l'alliance et de l'espérance).

 

Que font les frères et les soeurs ?

A l'école de la Manouba, il y a trois salésiens : le directeur, le conseiller principal d'éducation et un polonais. A Menzel Bourguiba, les trois soeurs sont elles-aussi dans les fonctions de direction et d'économat. Aucun  n'enseigne : le gouvernement tunisien impose que tous les enseignants soient musulmans.

 

 

Comment avez-vous vécu cette formation auprès des enseignants musulmans ?

J'ai été très intéressé par cet exercice consistant à présenter la pédagogie de Don Bosco en ôtant toute référence explicitement chrétienne. J'ai été impressionné par la qualité d'écoute et la très grande implication dans les débats de l'auditoire. Qu'il fait bon voir la pédagogie de Don Bosco continuer d'être d'actualité même dans le monde musulman. Cet adaptation est aussi bien utile dans le contexte de la laïcité de la France.

 

 Jean-Marie Petitclerc, sdb

 

 

 


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite