Salesiens en Tunisie 2gJuste après les attentats terroristes qui ont marqué la Tunisie, la congrégation salésienne a renouvelé son engagement pour être présente aux côtés des jeunes tunisiens, et oeuvrer pour l'éducation.

 

 

L'attentat terroriste au Musée du Bardo : un terrible coup

« Cela a été un terrible coup pour tous les Salésiens qui, à la Manouba, avec l'oratoire-centre des jeunes, s'occupent de 800 élèves musulmans. Il est difficile de prévoir les répercussions », a déclaré le P. Ruta.

 

Une nouvelle présence salésienne à Tunis

La communauté salésienne est sur le point d'assurer la direction du centre éducatif « École Secondaire Libre » de Tunis, dirigé et animé, à ce jour, par les Pères Marianistes. Pour assurer le passage des consignes, du 15 au 18 mars, le P. Giuseppe Ruta, Supérieur de la Province salésienne Italie-Sicile dont dépend la présence salésienne en Tunisie, s'est rendu sur place à Tunis.

 

Les 16-17 mars, le P. Ruta a participé pour la première fois à l'Assemblée générale de la Conférence des Supérieurs majeurs et des Délégués de la Tunisie (COSMADT), qui réunit tous les Supérieurs des Congrégations présentes en terre tunisienne. L'archevêque de Tunis a manifesté toute son estime pour les religieux et religieuses en les définissant comme « pionniers dans la vigne du Seigneur » – dans certaines zones ils constituent l'unique présence chrétienne – et témoins prêts à montrer le visage du Christ dans le contexte musulman.

 

Présents à la Manouba et à Menzel Bourguiba

 

Salesiens en Tunisie 3pVolontaires dans l'école tenue par les soeurs salesiennesActuellement, les Salésiens s'occupent d'une seule œuvre en Tunisie, celle de la Manouba, qui se compose d'une école et d'un oratoire. Les Filles de Marie Auxiliatrice dirigent quant à elles une école dans la capitale et un autre centre éducatif à Menzel Bourguiba, à environ 60 km de Tunis.

 

« L'éducation catholique est appréciée et respectée dans le pays.  L'école salésienne offre un service caractérisé seulement par la qualité et la professionnalité. Tous les élèves, mais aussi tous les membres du personnel sont musulmans. Comme Fils de Don Bosco, nous savons que l'éducation est une affaire de cœur et avec cet esprit nous travaillons avec les jeunes », expliquent les Salésiens. Il n'est pas nécessaire de parler explicitement de dialogue et de respect des différences « car le message passe de lui-même, dans la quotidienneté de la vie de l'école ».  En vue de la prise en charge de la nouvelle école, l'envoi de nouveaux missionnaires salésiens en terre tunisienne est à l'étude.

 

 

ANS
9 avril 2015

 

 

 

JEAN MARIE PETITCLERC EN TUNISIE

LA PEDAGOGIE DE DON BOSCO DANS UN ENVIRONNEMENT MUSULMAN

 

Salesiens en TunisiepLa maison de Manouba, petite graine au milieu de l'IslamPourquoi êtes-vous allé en Tunisie ?

J'ai été en Tunisie pour assurer, dans le cadre du bicentenaire, une formation à la pédagogie salésienne pour l'ensemble des enseignants (une centaine). La formation a eu lieu dans les deux écoles : une journée à Tunis (une pédagogie de la confiance) et la deuxième à Metzel Bourguiba (une pédagogie de l'alliance et de l'espérance).

 

Que font les frères et les soeurs ?

A l'école de la Manouba, il y a trois salésiens : le directeur, le conseiller principal d'éducation et un polonais. A Menzel Bourguiba, les trois soeurs sont elles-aussi dans les fonctions de direction et d'économat. Aucun  n'enseigne : le gouvernement tunisien impose que tous les enseignants soient musulmans.

 

 

Comment avez-vous vécu cette formation auprès des enseignants musulmans ?

J'ai été très intéressé par cet exercice consistant à présenter la pédagogie de Don Bosco en ôtant toute référence explicitement chrétienne. J'ai été impressionné par la qualité d'écoute et la très grande implication dans les débats de l'auditoire. Qu'il fait bon voir la pédagogie de Don Bosco continuer d'être d'actualité même dans le monde musulman. Cet adaptation est aussi bien utile dans le contexte de la laïcité de la France.

 

 Jean-Marie Petitclerc, sdb

 

 

 


Mot du jour

En ces jours de rentrée, je rêve que les jeunes soient différents de l’année passée : « ah s’ils pouvaient courir pour rejoindre les cours,... pour rejoindre mon cours !!! » … Et je ne me lasse pas de leur exprimer : « arrêter de traîner les pieds ! » … J’oublie que le jeune rêve aussi que je sois différent de l’année passée : « ah si les adultes pouvaient prendre le temps de traverser la cour ». Très attaché à l’importance pour l’adulte de s’approcher des jeunes, de participer à leurs conversations, de s’intéresser à leurs passions, d’écouter leurs interrogations, Don Bosco lui-même a pleuré amèrement en constatant que ses éducateurs avaient tout simplement zappé cette posture éducative essentielle. Oser un bonjour. Tendre une main. Lâcher un sourire. Accueillir une question. Proposer un dialogue. Prendre le temps de traverser la cour de récré, ce lieu qui n’a pour seule frontière que le Ciel … et le cœur du jeune… Tout à l’heure, quand mon collègue m’invitera à me réfugier derrière un café dans la salle des profs, je lui répondrai simplement : « j’peux pas, j’ai cour ! ».

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite

    • Don Bosco et l’abbé Rosmini

      Antonio Rosmini et Don Bosco Don Bosco a vécu entouré de saints et d’hommes de grande qualité. Parmi eux l’abbé Rosmini, brillant intellectuel de son siècle, et curieusement peu connu hors d’Italie. Don Bosco et lui se rejoignaient dans le but assigné à l’éducation : le salut des âmes, par la morale et la religion catholique.

      Lire la suite