Don Bosco songe Il y a 200 ans naissait Don Bosco, dans un hameau isolé d'une Italie pas encore constituée. Celui qui allait devenir le Père et le maître de la jeunesse n'était alors qu'un petit bout d'enfant, mais les murmures de Marie, les rencontres bienvenues et ses expériences de vie orientèrent petit-à-petit son amour et sa générosité vers "la part la plus précieuse de l'humanité".

 

Deux siècles plus tard, comment penser un seul instant que les enfants d'aujourd'hui ont moins besoin de Don Bosco que ceux d'hier? Il suffit d'ouvrir un journal, de regarder le 20h, pour voir que le contexte, s'il a changé, est toujours riche en guerres, en crises, en révolutions et en misères humaines. 

 

A son époque, Don Bosco a su donner du bonheur à ceux qu'il prit sous son aile. Ce n'était pas gagné d'avance, mais ni les difficultés de son temps, ni les épreuves, ni les mauvaises volontés n'ont su entamer la sienne. Deux siècles plus tard, son charisme vit toujours et se transmet, à travers la formation des personnels éducatifs, mais aussi, et surtout, à travers tous ceux qui se réclament de Don Bosco et passent du temps auprès des jeunes, avec la même confiance, la même patience, le même enthousiasme. 

 

L'aujourd'hui d'un savoir-faire

Car, plus qu'une méthode, Don Bosco a offert une "inspiration" à ceux qui lui ont emboîté le pas. Son savoir-faire est à l'origine de nombreux projets, prioritairement à destination des jeunes, mais dont les bienfaits ressurgissent sur la société entière. Il menait ainsi de nombreuses actions et formulait un grand nombre de projets dont les enjeux étaient les mêmes : 

Meurs Farnieres Aujourdhui

  • D'abord, venir en aide aux plus vulnérables, car avant de parler de bonheur, il fallait assurer la survie ! Don Bosco n'avait aucun critère l'enjoignant à privilégier un jeune plutôt qu'un autre. Il disait : "Il vous suffit d'être jeune pour que je vous aime". Aujourd'hui, cette aide se traduit de différentes manières partout dans le monde. Par un secours, d'abord, aux enfants népalais, touchés par le récent séisme. Par une présence éducative renforcée auprès des jeunes tunisiens, visés par le fanatisme en mars dernier. Par un soutien aux familles d'Afrique subsaharienne, décimées par le virus Ebola. Sur le terrain, en fait, le salésien est partout où le jeune a besoin de lui. Dans les pays pauvres, frappés par la guerre ou les catastrophes, mais aussi auprès des populations laissées à la "périphérie" de notre démocratie. A Lille, par exemple, un groupe de salésiens coopérateurs se préoccupe des jeunes roms, privés de toit et de vacances. L'association ESPERE (Espoir Salésien pour les Enfants Roms d'Europe) va auprès de ces enfants laissés pour compte, stigmatisés et vivant bien souvent dans des conditions misérables.
  • (Re)Donner goût en la vie et foi en demain. Un enjeu essentiel, car à quoi bon vivre quand on n'en a pas le goût ? Faute de sens, la question de la survie se repose bien vite ! Or, Don Bosco savait donner de la couleur aux vies les plus austères, de la chaleur aux âmes les plus tristes. Il usait pour cela de ses multiples talents de magicien, de funambule, d'animateur... Les sourires qu'il suscitait, on les retrouve sur les visages des jeunes qui vivent l'aventure de la "Don Bosco Academy", ou dans la confiance retrouvée des jeunes partis une semaine en croisière sur le voilier Diamond.
  • Valoriser, enfin. Un enjeu essentiel pour qui veut préparer aux épreuves de la vie ! Don Bosco s'attachait à révéler le jeune à lui-même, à lui insuffler la confiance néccesaire. Il le voyait comme une ressource pour la société de demain et une richesse pour l'humanité. Il savait que le regard que l'adulte lui portait était déterminant pour toute sa vie future. A la vue des visages qui illuminent les photos réalisés par les jeunes des instituts Saint-Luc dans les établissements Don Bosco de Belgique francophone, on se rassure : nos jeunes sont entre de bonnes mains !

 

Rwanda Aujourdhui

L'aujourd'hui d'un savoir-espérer

Don Bosco a dit : "Du pain, du travail et le paradis : voilà trois choses que je peux vous offrir au nom du Seigneur". Quand il n'est plus question de la survie et de la santé (le pain), que le jeune s'épanouit et s'émancipe à travers un travail valorisant et gratifiant, que lui faut-il de plus, sinon l'espérance (le paradis) ?

 

Don Bosco a engagé ses jeunes sur un chemin de bonheur. Aux plus misérables, aux plus isolés, il a donné de la joie : imaginez un seul instant celle des jeunes prisonniers lorsque Don Bosco les a fait sortir de leurs cellules pour un tour à la campagne !

 

Aujourd'hui, combien de salésiens d'âme et de coeur offrent cette même joie aux jeunes du XXIe siècle ? Sur le terrain - et bien souvent dans l'anonymat le plus complet - ces vies d'aujourd'hui poursuivent sans relâche l'oeuvre de leur inspirateur. Tâchons de les mettre en lumière, pour susciter l'inspiration et battre en brèche la vision médiatique du monde. Comme eux : retroussons-nous les manches, car les jeunes le valent bien !

 

 

Le présent article fait la synthèse de la conférence donnée à la Paroisse Saint-Jean-Marie-Vianney d'Argenteuil

Rémi Favresse

7 mai 2015

 


Mot du jour

Dans la communication entre les êtres humains, la voix joue un rôle très particulier. Voix d’hommes, voix de femmes, voix d’enfants, chacune a sa tessiture et son timbre reconnaissable entre mille. Certains ont une voix chaude, vibrante, alors que d’autres ont une voix blanche, voire froide. Entre ces extrêmes, quantité de nuances… La voix est aussi un vecteur de la personnalité de celui qui parle ou qui chante, ce qui joue sur l’écoute de l’auditeur, son adhésion ou son opposition aux propos. Ce n’est pas pour rien que les chanteurs travaillent leur voix, leur façon d’émettre les sons ; ce n’est pas pour rien que les acteurs travaillent leur élocution ; ce n’est pas pour rien que les hommes politiques prennent des cours pour rendre plus convaincant leurs discours !

Qu’elle soit parlée ou chantée, la voix est un des organes essentiels de la communication entre les humains, mais aussi de la communication avec le Seigneur : « Seigneur, entends ma voix qui te supplie ». (Ps. 85)

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite