Nice Fete Marie Auxiliatrice Cortege Une Première ville de France à avoir accueilli une œuvre salésienne en 1875, Nice se devait de célébrer l'année du bicentenaire. A l'occasion de la traditionnelle fête de Notre-Dame Auxiliatrice, le lundi 25 mai, la Fondation Don Bosco a offert aux Niçois un beau cortège avant de leur donner rendez-vous place Garibaldi.

 

11h30. Les cloches accompagnent la sortie de la messe. Quelques minutes plus tôt, Monseigneur Marceau, Evêque de Nice, a invité les salésiens, et tous ceux que Don Bosco inspire, à « faire vivre son œuvre dans notre monde d'aujourd'hui ».

 

Devant le parvis de Notre-Dame Auxiliatrice, les croyants découvrent un char, comme échappé du carnaval. La tête de Don Bosco émerge de la foule et indique le chemin à suivre. Le cortège s'avance, au rythme imprimé par les percussions du groupe Pangaea. Direction : la place Garibaldi.

 

Nice Fete Marie Auxiliatrice Cortege Pangaea

« Lorsque nous avons commencé à réfléchir aux mani-festations pour le bicentenaire, nous avons repensé à Don Bosco lorsque celui-ci est venu à Nice, en 1875, explique Bernard Chastang, Directeur de la Fondation Don Bosco Nice. N'était-il pas venu à la rencontre des Niçois ? Dès lors, il nous a semblé naturel d'aller à leur rencontre. D'autant que cela va bien dans l'élan que veut impulser le pape François en nous invitant à sortir de nos églises ! »

 

« 200 ans après, un même regard bienveillant sur la jeunesse »

A quelques dizaines de mètres de la place Victor, où Don Bosco a créé sa première œuvre en France, « dans une petite filature qui était à l'abandon », la place Garibaldi est noire de monde. Le village, monté pour l'occasion, est inauguré peu après midi. Des stands accueillent et renseignent les passants sur « ce qui fait le propre de notre maison, dixit Bernard Chastang : l'accompagnement des jeunes en double projet, la section sportive et toutes les formations qui concourent au Meilleur Ouvrier de France, etc ». Le Valdocco Nice a également pignon sur rue. Sur le podium, des groupes d'élèves se succèdent pour faire valoir leurs nombreux talents. Une aire de jeux a même été prévue pour les plus jeunes. En tout, 180 membres du personnel se sont portés volontaires pour assurer l'accueil et l'animation durant la journée.

 

« Ce que l'on voulait présenter aux Niçois avant tout, conclue Bernard Chastang, c'est un message d'espérance. Car nous sommes dans une société qui, malheureusement, n'a pas toujours un regard tendre sur la jeunesse. 200 ans après la naissance de Don Bosco, nous portons, nous, le même regard que lui sur la jeunesse : un regard bienveillant. Un regard d'espérance. »

 

 

Rémi Favresse

4 juin 2015

 

A lire aussi sur 2015.don-bosco.net...

 


Mot du jour

mdj 24 01 2018

« Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d'être vous, fier de l'être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Jacques Brel

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite