Croisiere Diamon Paris pteQuel bon vent pousse ces jeunes de Caen et de Lyon à Paris ? Une semaine à la mer ! C'est un projet préparé depuis un an dans les établissements de Caen et de Lyon.  Il s'agit de faire vivre cette expérience à des jeunes en raccrochage scolaire grace à  l'association Diamond avec Jean-Marie Petitclerc et leurs éducateurs. L'objectif est d'inviter les jeunes à aller encore plus loin.

 

Réunis à Paris, les jeunes des classes "relais" des lycées salésiens L'Institut Lemonnier de Caen et des Minimes à Lyon font connaissance. Ils ont en vue leur prochain départ en voilier dans les îles anglos-normandes, avec l'association Diamond, créée il y quelques années par Jean-Marie Petitclerc. Ils sont venus à trois : Aymeric et Mathéo de Caen en classe Rebond, et Hugo de Lyon, en classe CPL (Classe Préparatoire au Lycée). Ils seront rejoints par deux jeunes filles. Un jeune s'est désisté au dernier moment... Il a décroché du projet. « Il faudra trouver autre chose ».

 

 

Le projet de la croisère en mer avec l'association Diamond aura lieu du 20 au 28 juin. Pour faire connaissance, l'équipe pédagogique a choisi de se retrouver à Paris pour partager un temps de visite du musée de la Marine. Les parcours des jeunes sont très différents. L'objectif de cette rencontre est aussi qu'ils en sachent un peu plus sur leur futurs co-équipiers avant le départ.

 

« Mon objectif était de tenir au moins une journée »

 

Croisisere Diamond Aymeric 180Aymeric de la classe Rebond« J'étais en classe électro technique explique Aymeric, je n'allais plus en cour. Je suis allé en classe Rebond où j'ai suivi trois stages : un en électricité, le deuxième au Super U et le troisième chez les pompiers. Au Super U, j'ai tenu une semaine ! »

 


« L'objectif d'Aymeric, explique Anne-Marie Tiberge, responsable du projet de la classe Rebond à l'Institut Lemonnier, c'est de tenir une journée. Il y avait beaucoup de ruptures dans son parcours. Déjà en troisième, il ne venait pas en cours. »

 

 

« Ces jeunes, on y tient ! on ne va pas les lâcher ! »

Croisiere Diamond MatteoMathéo de la classe RebondL'accompagnement des jeunes tient de l'art de l'équilibre pour les accompagnateurs. Car les classes relais n'entrent pas dans un format académique. Les professeurs tentent tant bien que mal de faire rentrer leurs heures de cours et d'accompagnement dans leur quota d'heures de prof. « Ce sont des dispositifs à revoir chaque année, explique Anne-Marie Tiberge, qui, pour préparer l'an prochain, s'inspire du dispositif de la classe relais de la Fondation Don Bosco de Nice . Cette année, on avait 50 heures, mais on a fait 200 heures. Ces jeunes, on y tient ! On ne va pas les lâcher ! ». La relation de confiance avec le jeune est indispensable. Cela demande beaucoup de temps pour décrypter le parcours qui a amené celui-ci à décrocher.

 

 

« Ça me redonne confiance en moi »

Croisiere Diamond Hugo180Hugo, en CPL aux Minimes« Le problème, explique Anne-Marie Tiberge, est que les jeunes sont souvent orientés dans une filière qui ne leur plait pas. On les retrouve en classe de seconde dans une attitude d'opposition. Après, tout s'enchaine. Ils arrivent souvent après un conseil de discipline. »

 

« Avec Mathéo, on a réussi à lui sortir la tête de l'eau. On avait des difficultés à voir dans quelle direction aller. Certains jeunes ont beaucoup de mal à dire leur ressenti. On lui a donné un petit coup de pouce. »

 

Hugo est en Classe Préparatoire au Lycée à Lyon. Il a redoublé sa troisième. Il ne se sentait pas d'aller en classe professionnelle. « J'avais perdu confiance en moi. Les échecs de la troisième m'ont marqués. » C'est l'émulation dans cette classe à faible effectif qui l'a soutenu. « Des filles m'ont motivé à réussir ». Aujourd'hui il est fier : « D'autres jeunes sont allés en filière professionnelle, qui leur convenait mieux. Moi ce que je voulais, c'était la filière générale. Ça me redonne confiance en moi. »

 

 

« La croisière, c'est prendre à nouveau le cap »

Et aujourd'hui, en fin d'année, la croisière c'est quoi pour vous ? «Avec la croisière, c'est larguer les amarres » s'exclame Jean-Marie Petitclerc. « Prendre à nouveau le cap » renchérit Angélique Blin, sa collègue.

 


Pour les jeunes, avec leurs mots, c'est «découvrir quelque chose de nouveau. L'aventure, quoi.»

 

 

Propos recueillis par Hélène Boissière Mabille

4 juin 2015

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite