Franck Roussier directeur de Ressins 355 PTE« Un matin, Yves Bergeron, ancien directeur de Ressins, vient me voir et me dit : "Ecoute Franck, la revue du lycée, Notre Ressins est centré sur la pédagogie salésienne et j'aimerais que tu introduises ce dossier sur ce qui t'a marqué depuis une année et demie à la tête de l'Ecole. » C'est ainsi que Franck Roussier, actuel chef d'établissement de Ressins, apporte son témoignage. Pour lui, qu'est-ce que Ressins a de particulier ?

 

« Par quel bout commencer ? Comment traduire ce qui se vit avec des jeunes et dans une école, comparativement à ce que l'on a vécu dans d'autres lycées ? Ressins est tellement particulier par son histoire, son projet, son importance dans un territoire, la relation entre les personnes (élèves, anciens, collègues), sa vie quoi ! Bien, donc il faut que je me lance et un aller-retour en train à Paris ne me sera pas de trop.

Ressins, c'est plus une école qu'un lycée.

Première chose frappante, Ressins n'est pas un Lycée, c'est une Ecole. Quelle différence ? J'en vois une toute particulière. Dans l'expérience d'une personne, le passage à l'école est souvent un bon souvenir, les « instituteurs » sont proches des jeunes, les accueillent, les prennent en charge dans leur globalité, ont des relations directes et vraies avec les parents dans le souci du bien-être de l'enfant. Je crois que cela traduit bien le fonctionnement de Ressins et l'approche des adultes envers les jeunes et les familles.

 

De plus, à l'école, j'ai le souvenir d'une totale confiance faite par l'adulte. Et là, nous sommes au cœur du projet salésien vécu à Ressins. Don Bosco disait : « Sans affection, pas de confiance ; sans confiance pas d'éducation.»

Un signe de confiance : l'animation "Les Trèfles d'or" est confiée aux jeunes.

Comment cela se traduit-il ? Prenons l'exemple des Trèfles d'or. Nous confions à un groupe d'élèves, que le jeune ait 13 ou 19 ans, la responsabilité de l'animation pendant une période donnée. Il doit donc concevoir un projet, gérer un budget, encadrer ses pairs et rendre compte à l'adulte. Lorsque j'évoque cela avec une grande partie de mes collègues chefs d'établissements, ils me rétorquent très souvent que ce n'est pas possible, trop risqué, trop de responsabilité. Ma réponse est toujours : venez voir, cela fonctionne à Ressins et en plus les jeunes jouent parfaitement le jeu et cela concourt à leur formation scolaire mais aussi de futurs citoyens. En gros, ils s'éclatent ! Ça, je ne l'ai vu qu'ici.

L'école est ouverte 355 jours par an... c'est la réalité du métier.

Deuxième élément marquant, l'école fonctionne tous les jours de l'année du 1er janvier au 31 décembre. Je pense que c'est le seul établissement scolaire de France qui propose cela, enfin à ma connaissance. Vu de l'extérieur, cela paraît un combat de tous les jours avec tous les freins qui peuvent exister. Et bien oui, on se doit de le faire car c'est notre rôle de montrer et faire vivre à de futurs professionnels la réalité de leur métier. C'est exigeant, c'est contraignant, mais c'est une force car c'est vrai. De plus, cela implique le jeune au-delà des 36 semaines de l'année et il se sent chez lui, dans sa maison (voir le site des actualités à Ressins). C'est également vrai pour les adultes qui travaillent dans l'établissement. Cela peut se mesurer par le turn-over qui est très faible.

 

 Ressins eleves Don Bosco 355Les élèves du lycée de RessinsRessins equipe des educateurs 355L'équipe des éducateurs à l'internat

Un ancien m'interpelle : "J'étais à Ressins entre 1945 et 1947".

Troisième élément marquant, les anciens élèves restent attachés à leur établissement. Le réseau des anciens n'est pas virtuel, il est bien vivant. Cela se perçoit souvent, notamment lors des inscriptions de nouveaux élèves quand un des deux parents me dit : « je suis un ancien de 1978 ». Et aujourd'hui, c'est presque un rendez-vous sur trois. Ou, lors de la fête de l'école, un ancien m'interpelle en me disant : « Bonjour, c'est vous le nouveau directeur. J'étais à Ressins entre 1945 et 1947. Bienvenue ! Ici, on se tutoie». Vous ne pouvez pas savoir quel plaisir pour un directeur d'être accueilli dans l'établissement que l'on dirige par un ancien élève. Cela traduit bien « Un lycée pas comme les autres ». 

Une ferme au lycée : un exemple unique en France !

Dernier élément marquant de l'établissement, c'est la ferme. Combien de jeunes ont la possibilité dans leur lycée de s'intégrer à une telle diversité d'ateliers (culture, bovin lait, porcin, caprin, ovin, équin, transformation viande, fromagerie, jardin espace vert, bâtiment, mécanique) ? Combien d'établissements intègrent chaque jour de la semaine, tout au long de l'année scolaire, 80 jeunes sur sa ferme ? Combien d'établissements laissent la ferme ouverte à tous les élèves avec la plus grande confiance, qu'ils soient en 4ème ou en BTS ? Combien de jeunes peuvent aller en récréation sur une ferme ?

 

Ressins Panier Gourmand a la ferme355Tout ceci semble normal, mais c'est le fruit d'une longue histoire, d'une grande organisation, et d'une grande volonté de transmettre de la part des responsables de chaque atelier à la ferme. Ce qui est frappant à Ressins c'est que la ferme est au cœur de l'établissement.

 

Cette liste de particularités n'est pas exhaustive, et je pourrais développer le rôle particulier de la Communauté Salésienne dans et hors de l'établissement, le rôle joué par l'école dans ses territoires, grâce à l'accueil de groupes et à la mise à disposition de locaux à différentes associations (Centre de loisir, clubs sportifs,...)

Dans l'esprit de l'Oratoire tel que le pensait Don Bosco

En conclusion, je pense que Ressins est dans l'esprit de l'Oratoire, premier établissement créé par Don Bosco. Cet Oratoire était :

- une structure flexible, médiatrice entre l'Eglise et la société civile
- la valorisation d'un milieu populaire
- la conviction que l'instruction est essentielle pour éclairer l'esprit
- la valorisation du temps libre
- la bonté affectueuse comme style d'éducation et de vie chrétienne

 

Aujourd'hui, je pense que nous pouvons affirmer que Ressins est un centre de ressources ouvert au territoire qui offre aux jeunes :

- une maison qui accueille
- une école qui prépare à la vie
- une paroisse qui évangélise
- une cour de récréation pour se rencontrer en amis et vivre dans la joie. »

 

Témoignage recueilli par Yves Bergeron
 pour "Notre Ressins"

Lycée Agricole Ressins, Nandax

16 juillet 2015

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


 

 

 


Mot du jour

« Aujourd’hui, émerveille-toi ! » Qu’est-ce à dire ? “ Pierre Bourdieu dit : « Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m’émerveiller des vrais miracles.” 

Notre société nous propose tant de choses comme indispensables à notre bonheur, tant de ces « faux enchantements » que nous tombons souvent dans le panneau. Equipements technologiques dernier cri, voyages à l’autre bout du monde … Et si nous essayions de nous émerveiller « des vrais miracles » : un jeune en échec scolaire qui trouve sa voie et se lance avec enthousiasme dans une formation, un pardon accordé, la générosité d’adolescents révoltés qui font des maraudes auprès des SDF ou du soutien scolaire auprès de migrants, les exploits des sportifs du handisport…

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Lucie
Voir l'article

Campobosco 2017
le diaporama
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite