colloque universitaire lionel gireault 2 Que peut retenir un directeur des études d'un colloque international sur Don Bosco ? Pour Lionel Gireault de l'Institut Lemonnier, la participation au colloque des 14-16 octobre a été un véritable ressourcement. Soucieux de faire vivre les intuitions pédagogiques de Don Bosco au sein du lycée professionnel de Caen, ce colloque des 14-16 octobre a été pour lui une occasion de « vérifier le cap avant de reprendre la route ».

 

« J'ai trouvé un ressourcement dans les mots de la pensée salésienne : la Confiance, la Raison, l'Affection, l'Alliance, l'Accompagnement, la Prévention, la Citoyenneté, la Fraternité.

 

Entre la fidélité et l'actualité des réponses

Ressourcement dans les mots, parce que les entendre de nouveau prononcés, se confronter de nouveau à eux et à leur complexité, a été l'occasion pour moi de faire un peu de clarté, de relire des situations vécues au quotidien et à chaque fois de se poser la question de la pertinence - c'est-à-dire du juste équilibre entre la fidélité et l'actualité des réponses. De ce point de vue, j'ai vécu ce colloque comme un « bain de jouvence », une occasion de m'arrêter un peu sur le chemin et vérifier le cap avant de reprendre la route.

 

Comment concilier des approches éducatives contradictoires ?

colloque universitaire don bosco lyon 2015 oct 047 A écouter ces éminents spécialistes, je me suis pris moi-même au jeu du « débat des mots », ceux qui sont le quotidien de tout enseignant aujourd'hui.

 

Dans le « face-à-face pédagogique », la « transmission de savoirs et de savoir-faire », « enseigner », « relation maître-élève , la « réserve et la distanciation », le « que veux-tu faire plus tard ? », je crois pouvoir dire qu'ils conditionnent une relation éducative orientée toute entière vers l'efficacité, conçue comme un critère et un objectif, prélude d'une insertion sociale et professionnelle réussie... et l'on sait bien alors quelles épreuves doivent traverser les jeunes qui, pour une raison ou une autre, ne rentrent pas dans ce parcours.

 

Alors que dans le « côte-à-côte pédagogique » ; le « savoir-être » ; l'« éduquer », les « collaborateurs » ; la « proximité et la confiance » ; le « qui veux-tu être plus tard ? », je suis persuadé qu'ils portent une relation éducative toute entière orientée vers l'humain. L'efficacité n'étant ici qu'un outil au service de la réalisation de soi au milieu des autres et grâce à eux.

 

 

« C'est lorsque l'enseignant et l'élève ont conscience
d'avancer ensemble et d'apprendre l'un de l'autre,
qu'ils peuvent alors tracer de nouvelles perspectives. »

 

 

Il ne s'agit pas, bien sûr, d'opposer ces deux approches éducatives : elles doivent être considérées comme complémentaires (de même que l'efficacité économique ne peut être opposée à l'intérêt humain, mais le servir bien au contraire). Le débat se situe plutôt sur le niveau de priorité qu'on accorde aujourd'hui à l'une et à l'autre dans notre système éducatif et là, il faut bien reconnaître que la première reste dominante. La seconde approche éducative ne porte pas en elle toutes les réponses à la complexité de notre monde, mais au moins offre-t-elle un « phare », un point de référence : l'humain. C'est lorsque l'enseignant et l'élève ont conscience d'avancer ensemble et d'apprendre l'un de l'autre, qu'ils peuvent alors tracer de nouvelles perspectives, fonder des valeurs communes, proposer – pourquoi pas ? – un autre avenir.

 

Le monde de demain est à construire

Nous formons aujourd'hui dans nos écoles les acteurs du monde de demain. Nous devons avoir l'audace de leur tenir ce discours de « subversion positive » et surtout de le mettre en œuvre, en actions, au quotidien :

  • Comment, dans nos maisons, fait-on avancer l'engagement des jeunes, l'apprentissage de la citoyenneté active ?
  • Comment s'éloigne-t-on du face-à-face pédagogique pour faire vivre le « côte-à-côte » ?
  • Comment aidons-nous chaque jeune à définir qui il veut être avant de dire ce qu'il veut faire ?
  • Comment ouvrons-nous nos portes aux jeunes – et aux moins jeunes –
    dont tout le monde pense qu'ils « n'ont pas leur place ici » ?
  • Comment faisons-nous vivre, croyants et non-croyants réunis, cette fraternité

 

J'ai trouvé dans ce colloque les échos de mes propres préoccupations d'enseignant et d'éducateur et de nouvelles raisons de poursuivre l'œuvre de Don Bosco. »

 

 

Lionel Gireault
Directeur des Etudes – Lycée Professionnel Institut Lemonnier – Caen
05 novembre 2015

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Mot du jour

« L’amour est une danse dont personne ne m’a appris le pas » (Pat Conroy, Beach music). A quoi ça ressemble l’amour ? Comment fait-on ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les mots ? Qui nous dira le secret ?

Celui qui veut le mode d’emploi, la pleine conscience, restera sur sa faim. On ne maîtrise pas l’amour, c’est une chose dont il ne faut pas trop se préoccuper. Laissons venir l’amour, il trouvera son chemin, le moment venu.

Même Jésus ne nous dit pas exactement ce que nous devons faire. Pas de doctrine, sauf des formules fulgurantes : « Coupe ta main, arrache ton œil », « retire-toi », « parfume-toi », « donne » et « pardonne ». Pas de solution, mais une invitation à prendre la voie ouverte. L’amour naît de l’Esprit lors de chaque rencontre, face à chaque événement. L’amour est liberté.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Mission à Tournai
Le groupe Agape et leurs animations
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le témoignage de Margaux (de Grenoble)
Voir l'article

« Chers confrères, et chère famille salésienne »
Message du Supérieur mondial de salésiens
(ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Mineurs migrants : l’accueil dans le réseau salésien de Belgique

      mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

      Lire la suite

    • Dramane, migrant du Mali à l’Espagne

      mineurs migrants temoignage dramane 001 Qui est le jeune Dramane ? Qu’est-ce qui l’a décidé à quitter sa famille ? Son pays ? Quelle est son histoire ? Comme beaucoup d’autres, Dramane est un jeune mineur à avoir frappé à la porte d’une maison salésienne en Espagne. Il témoigne.

      Lire la suite

    • L’établissement N.D. des Minimes accueille trente migrants

      migrants n d minimes lyon 001 « Cette rencontre a été une claque pour moi et m’a fait prendre du recul » s’exclame Coline, lycéenne aux Minimes, à Lyon après la rencontre organisée par la Pastorale du lycée et la cellule « migrants » du diocèse de Lyon. Pour de nombreux lycéens, ce fut une expérience cruciale qui les aide à sortir des clichés. Témoignage de Fabienne Laumonier, animatrice en pastorale scolaire.

      Lire la suite

    • A Sury-Le-Comtal, une sanction-réparation réussie

      st andre sury sanction 001 Des élèves ont commis un acte de bizutage contre un autre élève. Comment les sanctionner ? Comment les aider à prendre conscience de leur acte ? Comment les aider à changer ? C’est la question que s’est posée l’équipe éducative du lycée Saint-André à Sury-le-Comtal en demandant aux élèves de s’engager dans un acte de réparation qui a du sens.

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2017 ?

      que faire cet ete 2017 001 L'aventure salésienne vous intéresse ? Alors n'hésitez pas à découvrir les propositions salésiennes de l'été ! Et si des jeunes veulent devenir animateurs, prenez contact. La famille salésienne offre une large palette de propositions ouvertes à tous. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Mineurs migrants non accompagnés

      nouveau dba 990 Nous ne baisserons pas les bras ! Parfois des décisions politiques sur l’accueil des migrants posent question, mais rien n’arrêtera l’élan de générosité que nous observons partout autour de nous. Dans le réseau des salésiens, il s’agit de faire ce que Don Bosco faisait en son temps : l’accueil inconditionnel.

      Lire la suite