colloque universitaire lionel gireault 2 Que peut retenir un directeur des études d'un colloque international sur Don Bosco ? Pour Lionel Gireault de l'Institut Lemonnier, la participation au colloque des 14-16 octobre a été un véritable ressourcement. Soucieux de faire vivre les intuitions pédagogiques de Don Bosco au sein du lycée professionnel de Caen, ce colloque des 14-16 octobre a été pour lui une occasion de « vérifier le cap avant de reprendre la route ».

 

« J'ai trouvé un ressourcement dans les mots de la pensée salésienne : la Confiance, la Raison, l'Affection, l'Alliance, l'Accompagnement, la Prévention, la Citoyenneté, la Fraternité.

 

Entre la fidélité et l'actualité des réponses

Ressourcement dans les mots, parce que les entendre de nouveau prononcés, se confronter de nouveau à eux et à leur complexité, a été l'occasion pour moi de faire un peu de clarté, de relire des situations vécues au quotidien et à chaque fois de se poser la question de la pertinence - c'est-à-dire du juste équilibre entre la fidélité et l'actualité des réponses. De ce point de vue, j'ai vécu ce colloque comme un « bain de jouvence », une occasion de m'arrêter un peu sur le chemin et vérifier le cap avant de reprendre la route.

 

Comment concilier des approches éducatives contradictoires ?

colloque universitaire don bosco lyon 2015 oct 047 A écouter ces éminents spécialistes, je me suis pris moi-même au jeu du « débat des mots », ceux qui sont le quotidien de tout enseignant aujourd'hui.

 

Dans le « face-à-face pédagogique », la « transmission de savoirs et de savoir-faire », « enseigner », « relation maître-élève , la « réserve et la distanciation », le « que veux-tu faire plus tard ? », je crois pouvoir dire qu'ils conditionnent une relation éducative orientée toute entière vers l'efficacité, conçue comme un critère et un objectif, prélude d'une insertion sociale et professionnelle réussie... et l'on sait bien alors quelles épreuves doivent traverser les jeunes qui, pour une raison ou une autre, ne rentrent pas dans ce parcours.

 

Alors que dans le « côte-à-côte pédagogique » ; le « savoir-être » ; l'« éduquer », les « collaborateurs » ; la « proximité et la confiance » ; le « qui veux-tu être plus tard ? », je suis persuadé qu'ils portent une relation éducative toute entière orientée vers l'humain. L'efficacité n'étant ici qu'un outil au service de la réalisation de soi au milieu des autres et grâce à eux.

 

 

« C'est lorsque l'enseignant et l'élève ont conscience
d'avancer ensemble et d'apprendre l'un de l'autre,
qu'ils peuvent alors tracer de nouvelles perspectives. »

 

 

Il ne s'agit pas, bien sûr, d'opposer ces deux approches éducatives : elles doivent être considérées comme complémentaires (de même que l'efficacité économique ne peut être opposée à l'intérêt humain, mais le servir bien au contraire). Le débat se situe plutôt sur le niveau de priorité qu'on accorde aujourd'hui à l'une et à l'autre dans notre système éducatif et là, il faut bien reconnaître que la première reste dominante. La seconde approche éducative ne porte pas en elle toutes les réponses à la complexité de notre monde, mais au moins offre-t-elle un « phare », un point de référence : l'humain. C'est lorsque l'enseignant et l'élève ont conscience d'avancer ensemble et d'apprendre l'un de l'autre, qu'ils peuvent alors tracer de nouvelles perspectives, fonder des valeurs communes, proposer – pourquoi pas ? – un autre avenir.

 

Le monde de demain est à construire

Nous formons aujourd'hui dans nos écoles les acteurs du monde de demain. Nous devons avoir l'audace de leur tenir ce discours de « subversion positive » et surtout de le mettre en œuvre, en actions, au quotidien :

  • Comment, dans nos maisons, fait-on avancer l'engagement des jeunes, l'apprentissage de la citoyenneté active ?
  • Comment s'éloigne-t-on du face-à-face pédagogique pour faire vivre le « côte-à-côte » ?
  • Comment aidons-nous chaque jeune à définir qui il veut être avant de dire ce qu'il veut faire ?
  • Comment ouvrons-nous nos portes aux jeunes – et aux moins jeunes –
    dont tout le monde pense qu'ils « n'ont pas leur place ici » ?
  • Comment faisons-nous vivre, croyants et non-croyants réunis, cette fraternité

 

J'ai trouvé dans ce colloque les échos de mes propres préoccupations d'enseignant et d'éducateur et de nouvelles raisons de poursuivre l'œuvre de Don Bosco. »

 

 

Lionel Gireault
Directeur des Etudes – Lycée Professionnel Institut Lemonnier – Caen
05 novembre 2015

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite