Festiclip Festival du clip video educatif 001 Quelle est la place de l'adulte dans la réalisation des films du Festiclip ? Quels thèmes reviennent le plus souvent ? Quel message attend-on des films ? En quoi sont-ils pédagogiques ? Toutes les réponses à ces questions posées au responsable du Festiclip- dont la prochaine édition est programmé le 28 mai- Jacques Rey, vont vous éclairer sur les finalités du seul et unique festival salésien du court métrage. Ne tardez pas à vous inscrire au Festiclip. Il est encore temps et c'est ouvert à tous !

 

Don Bosco Aujourd'hui : Comment les films réalisés par les jeunes ont-ils un caractère pédagogique ?

Jacques Rey : Ce que l'on souhaite, c'est que les jeunes puissent décider et améliorer une technique de réalisation d'un film. Or on s'aperçoit qu'il y a une évolution assez extraordinaire dans la fabrication. Les jeunes utilisent la caméra avec beaucoup de facilité. Mais en même temps qu'on a une qualité technique en accroissement, on a une réalisation de plus en plus basique. On a une réalisation de l'image qui est parfois plus de l'ordre du fastfood que de l'image d'un film. Le Festiclip veut aller à l'encontre de cela, on veut que les jeunes découvrent une grammaire et l'on souhaite que la réalisation d'un film soit l'occasion de cet apprentissage.

 

Le 2ème aspect pédagogique, c'est le travail en équipe, au niveau de la réalisation du scénario et de la réalisation du film. C'est important que cette expérience soit vécue par les jeunes.

 

D.B.A. : Comment les thèmes sont-ils choisis par les jeunes ?

Festiclip Festival du clip video educatif 004 Deux lycéennes de Feurs primées pour leur clipJ.R. : Le choix d'un scénario est pour nous l'occasion de détecter les centres d'intérêt des jeunes liés à leur vie dans l'établissement. C'est pour cela que le festival n'a jamais souhaité donner un thème. Pour les jeunes, cette étape de rechercher est l'occasion de réfléchir à ce qui fait leur vie d'élève dans un établissement. Et souvent les difficultés qu'ils y vivent.

 

 

DBA : Ce sont des films réalisés par les jeunes. Or l'adulte n'est-il pas nécessaire ?

J.R. : Dans le Festiclip, on ne souhaite pas que ce soit des jeunes indépendants qui fassent seuls les films, mais que ce soit avec l'aide d'un adulte. En effet, les jeunes, qui se lancent pendant un an, risquent d'être démobilisés. On souhaite que les jeunes soient accompagnés par un adulte, qui les relance et les motive.

 

Mais aujourd'hui de nombreux établissements font appel à des animateurs qui ont des compétences dans ce domaine – et qui réalisent des petits films pour l'établissement - pour accompagner les jeunes. Il y a un risque : c'est que l'adulte se serve des jeunes pour réaliser ce qu'il souhaite obtenir. Dans ce cas, on leur demande de se mettre en retrait. Qu'il les conseille, oui, mais il faut que ce soit un jeune qui tienne la caméra. Toute la partie réalisation est la plus importante. C'est un apprentissage, une réflexion. On fait appel au sens pédagogique de l'animateur pour qu'il ne se fasse pas plaisir, mais qu'il mette en avant le plaisir des jeunes.

 

DBA : Comment distinguer un film fait par les jeunes et un film réalisé par un adulte ?

J.R. : On ne peut pas contrôler cela, on fait confiance. Mais en bout de parcours, il y a le festival et le jury qui est capable de discerner ce qui relève de l'adulte et ce qui vient du jeune. Quand on se rend compte qu'il y a des dérives, on fait passer le message : vous n'êtes pas dans l'esprit du festival, il faut rectifier le tir.

 

DBA : Quels sont les thèmes des films produits par les jeunes ?

J.R. : Il y a un thème qui vient de façon récurrente, c'est le thème de l'exclusion. Notamment dans le cadre de l'école. C'est un thème que l'on a eu au premier festival et qui revient souvent. Non pas l'exclusion en général mais l'exclusion propre aux établissements scolaires. Un jeune pris en bouc émissaire, malmené par l'ensemble du groupe et des adultes qui ne voient rien. Parfois l'issue est dramatique, d'autres fois, on a des solutions. Dans ce cas, c'est très positif.

 

On a ensuite de plus en plus des thèmes liés à l'usage d'internet et des réseaux sociaux. D'autres sujets sont récurrents : le suicide des jeunes, une grossesse prématurée, les questions de la drogue...

 

DBA : Le Festiclip donne son prix. Et après ?

J.R. : L'objectif du festival, est de pouvoir faire du film primé des outils de réflexion pour les jeunes. C'est important de reprendre ces films pour une réflexion dans un groupe. C'est pourquoi on les met à disposition sur internet, pour faciliter cette étape.

 

 

 Festiclip Festival du clip video educatif 002 Les prix du FesticlipFesticlip Festival du clip video educatif 003 Tous participent pour le prix du public

 

DBA :Quel est le message des films du Festilip ?

J.R. : Il ne s'agit pas de dire un message, une morale qu'on assène. Non, pour nous, c'est un message, dans la mesure où ils font réfléchir, ils obligent à se positionner sur des thèmes qui font réfléchir. Il faut que les animateurs fassent ressortir le positionnement, la réaction positive que l'on peut en tirer. C'est en cela que l'on parle de message, ce n'est pas : « voilà , on a une solution ».

 

On ne met pas une étiquette, C'est une histoire qu'on raconte. Et inviter à partir de cette histoire, de réfléchir sur notre propre histoire.

 

 

Interview réalisé par Hélène Boissière Mabille
19 novembre 2015

 

 Pour participer au Festiclip : www.donboscomedia.com

 

Le dossier d'inscription (pdf - 111Mo)

 

 


Mot du jour

Dans un groupe de musique, on entend d’abord la basse. Avec ses notes, elle aide les membres du groupe à se repérer, à jouer ensemble, puis elle se fond dans la masse quand les autres instruments arrivent. De la même façon, Dieu nous aide à nous repérer tout en se fondant dans notre vie quotidienne. 

La batterie, elle, sait se faire entendre quand il le faut. Au son de la grosse caisse, le public tape des mains. Dieu aussi sait se faire entendre et nous aider à savoir comment agir chaque jour.

Le pad (un son long, planant), avec ses nappes de violons, donne de la hauteur mais aussi de la profondeur au chant comme peuvent le faire la méditation ou la prière. 

La guitare électrique est, souvent, discrète. Il faut tendre l’oreille pour entendre ses notes. De même, parfois, il faut savoir tendre l’oreille pour percevoir la présence de Dieu dans nos vies. 

Enfin, la guitare : seule, elle est capable de jouer et d’animer. Dieu, de la même façon, est toujours là avec nous, et même lorsque l’on se sent seul, il continue à jouer.

Et toi ? Ton groupe de musique est-il au complet ? 

Écouter : Give Me Faith

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Patrick Loyer, Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Serdu ! Dessine-moi Don Bosco !

      Serge Duhayon Serge Duhayon est dessinateur de Presse. Il a collaboré à des revues spécialisées et signé des milliers de dessins pour des tas de bulletins d’associations locales. Ses sujets préférés ? Les jeunes. Depuis trente ans, Serdu prend le crayon pour les pages pédagogiques de Don Bosco Aujourd’hui. Qui se cache derrière ce crayon ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Eduquer l’air de rien…

      Une dba 994 Les interventions éducatives des adultes font partout l’objet de programmes, de règles, d’horaires, d’exercices didactiques... Mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle, ou plus familièrement de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Quel est l’intérêt aujourd’hui de pratiquer cette pédagogie non formelle ?

      Lire la suite

    • Martin Sautereau : « je veux transmettre ce que j’ai reçu. »

      martin au campobosco 01 Le prochain Campobosco a lieu du 26 au 30 août à Turin (Italie). Écoute de grands témoins et débats entre jeunes, jeux, célébrations, veillées festives, activités sportives, ateliers : théâtre, clown, danse, musique, chant, multimédia… C’est un grand temps fort qui traverse la vie des jeunes. Martin Sautereau, lui, s’est senti transformé par l’expérience du Campobosco. Témoignage.

      Lire la suite

    • Les Anciens élèves de Don Bosco toujours plus innovants !

      ADB ADBS AG Le réseau des anciens élèves s'est réuni mi-mars à Lyon. L'occasion d'annoncer que le projet de plate-forme Don Bosco est entré dans sa phase opérationnelle. Rappelons l'objectif de la plate-forme Don Bosco : permettre aux élèves du réseau de trouver des stages, bénéficier de contacts en entreprise, en s'appuyant sur le réseau des anciens élèves et sur les entreprises proches de nos "maisons".

      Lire la suite

    • Le Décalogue de l’Accompagnateur Salésien

      decalogue accompagnateur Elaboré au cours des Journées de Spiritualité de la Famille Salésienne, le « Décalogue de l’Accompagnateur Salésien » a été un cadeau des sœurs salésiennes de Don Bosco au Recteur Majeur pour le remercier du message de l’Etrenne 2018.

      Lire la suite

    • Whatsapp’El ? 130 jeunes au weekend MSJ de mars 2018

      msj paris 2018 03 Le Mouvement Salésien des Jeunes s’est réuni à Paris autour du thème de l’appel et de la vocation, sous le slogan 2.0 : Whatsapp’El. Et pour le coup, l’appel avait été entendu puisque 130 jeunes étaient présents durant le week-end du 16/18 mars ! Quelle joie d’être si nombreux et de compter tant de nouveaux visages ! Témoignage de Anne-Elisabeth Lesne.

      Lire la suite

  • International

    • Move with Africa : une école de Bruxelles en immersion au Bénin

      bruxelles benin via don bosco 01 Comment pouvons-nous faire des vrais citoyens de nos jeunes ? C'est une question sur laquelle beaucoup d'enseignants débattent. Jérôme Merckx, a travaillé pendant un an avec ses élèves –avec le soutien de Via Don Bosco - à une culture citoyenne ouverte et internationale. Ils sont actuellement au Bénin.

      Lire la suite

    • Les Salésiens de Don Bosco dans un pays en mutation : le Vietnam

      vietnam ecole db dong thuan 07 Depuis ces dernières années, une dizaine de missionnaires salésiens, hommes et femmes, arrivent du Vietnam en France. Grâce aux échanges entre pays, nous connaissons de mieux en mieux ce pays en pleine évolution. Les salésiens et salésiennes de Don Bosco y sont présents, au nombre de 600. Leur travail prend de multiples formes. Toujours auprès des jeunes.Logo video80

      Lire la suite

    • Radio Don Bosco Madagascar : Évangéliser jusqu'aux extrémités de l'île !

      radio don bosco madagascar 04 La province des salésiens a mis en œuvre la phrase de Don Bosco « Faire des jeunes de bons chrétiens et d'honnêtes citoyens » d'une façon originale pour la congrégation : le Radio Don Bosco. Depuis 1996, cette radio permet de diffuser des émissions éducatives et catéchétiques. Elle est nationalement connue sur l'île !

      Lire la suite

    • Mexique : une frontière, une blessure…

      mexique don bosco 05 La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est une blessure ouverte entre deux mondes si proches géographiquement et en même temps si différents culturellement. Et pourtant elle forme une nouvelle région avec sa culture de passage. C’est là que les présences salésiennes se multiplient.

      Lire la suite

  • Société

    • Philo pour enfants : enseigner la morale, mais pas comme un cours de grammaire

      philo pour enfants 02 Enseigner le jugement moral par la philo ! C’est le pari de certains animateurs qui interviennent dans les écoles ou les centres socio culturel… Les ateliers philo destinés aux plus jeunes se développent un peu partout en France et en Belgique. Les approches et les méthodes sont nombreuses. Il s’agit de se familiariser avec les idées, de faire de l’éducation morale et civique par l’apprentissage du questionnement.

      Lire la suite

    • Question d’éducation : « En famille, on n’arrive pas à se parler ! »

      education parler en famille 02 Si le développement de l’esprit critique est au centre de la mission éducative de l’école, il est aussi, évidemment, central… dans nos propres familles. Comment se déroulent les échanges ? Comment donner du poids à la parole de l’enfant ? Et ouvrir leur horizon ? Les parents s’expriment sur les règles qu’ils adoptent.

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Ils continuent d'être appelés »

      Livre jmp appele « Il est deux manières, et peut-être deux manières seulement, de vivre sa vie. Soit je la considère comme une succession de hasards et de nécessités. Soit je la considère sous l’angle de la réponse à une vocation. » Ces quelques lignes sont le centre du livre de Jean-Marie Petitclerc : Ils continuent d'être appelés. Il propose un voyage sur le thème de la vocation... pour tous ceux qui veulent réussir leur vie et en même temps répondre à cet appel sur cette terre.

      Lire la suite

    • Le langage des jeunes change… vous comprenez quelque-chose ?

      Le langage des jeunes et ados le dico pour les parents Vous comprenez quelque chose ? Le langage des jeunes évolue et change constamment ; tout est une affaire de mode, de tendance. Si je vous parle de « tchatcheur », vous reconnaîtrez, pour la plupart, la signification : une personne qui parle beaucoup. Mais, nous pouvons les interpréter de différentes manières. Besoin d’un dictionnaire ?

      Lire la suite