Festiclip Festival du clip video educatif 001 Quelle est la place de l'adulte dans la réalisation des films du Festiclip ? Quels thèmes reviennent le plus souvent ? Quel message attend-on des films ? En quoi sont-ils pédagogiques ? Toutes les réponses à ces questions posées au responsable du Festiclip- dont la prochaine édition est programmé le 28 mai- Jacques Rey, vont vous éclairer sur les finalités du seul et unique festival salésien du court métrage. Ne tardez pas à vous inscrire au Festiclip. Il est encore temps et c'est ouvert à tous !

 

Don Bosco Aujourd'hui : Comment les films réalisés par les jeunes ont-ils un caractère pédagogique ?

Jacques Rey : Ce que l'on souhaite, c'est que les jeunes puissent décider et améliorer une technique de réalisation d'un film. Or on s'aperçoit qu'il y a une évolution assez extraordinaire dans la fabrication. Les jeunes utilisent la caméra avec beaucoup de facilité. Mais en même temps qu'on a une qualité technique en accroissement, on a une réalisation de plus en plus basique. On a une réalisation de l'image qui est parfois plus de l'ordre du fastfood que de l'image d'un film. Le Festiclip veut aller à l'encontre de cela, on veut que les jeunes découvrent une grammaire et l'on souhaite que la réalisation d'un film soit l'occasion de cet apprentissage.

 

Le 2ème aspect pédagogique, c'est le travail en équipe, au niveau de la réalisation du scénario et de la réalisation du film. C'est important que cette expérience soit vécue par les jeunes.

 

D.B.A. : Comment les thèmes sont-ils choisis par les jeunes ?

Festiclip Festival du clip video educatif 004 Deux lycéennes de Feurs primées pour leur clipJ.R. : Le choix d'un scénario est pour nous l'occasion de détecter les centres d'intérêt des jeunes liés à leur vie dans l'établissement. C'est pour cela que le festival n'a jamais souhaité donner un thème. Pour les jeunes, cette étape de rechercher est l'occasion de réfléchir à ce qui fait leur vie d'élève dans un établissement. Et souvent les difficultés qu'ils y vivent.

 

 

DBA : Ce sont des films réalisés par les jeunes. Or l'adulte n'est-il pas nécessaire ?

J.R. : Dans le Festiclip, on ne souhaite pas que ce soit des jeunes indépendants qui fassent seuls les films, mais que ce soit avec l'aide d'un adulte. En effet, les jeunes, qui se lancent pendant un an, risquent d'être démobilisés. On souhaite que les jeunes soient accompagnés par un adulte, qui les relance et les motive.

 

Mais aujourd'hui de nombreux établissements font appel à des animateurs qui ont des compétences dans ce domaine – et qui réalisent des petits films pour l'établissement - pour accompagner les jeunes. Il y a un risque : c'est que l'adulte se serve des jeunes pour réaliser ce qu'il souhaite obtenir. Dans ce cas, on leur demande de se mettre en retrait. Qu'il les conseille, oui, mais il faut que ce soit un jeune qui tienne la caméra. Toute la partie réalisation est la plus importante. C'est un apprentissage, une réflexion. On fait appel au sens pédagogique de l'animateur pour qu'il ne se fasse pas plaisir, mais qu'il mette en avant le plaisir des jeunes.

 

DBA : Comment distinguer un film fait par les jeunes et un film réalisé par un adulte ?

J.R. : On ne peut pas contrôler cela, on fait confiance. Mais en bout de parcours, il y a le festival et le jury qui est capable de discerner ce qui relève de l'adulte et ce qui vient du jeune. Quand on se rend compte qu'il y a des dérives, on fait passer le message : vous n'êtes pas dans l'esprit du festival, il faut rectifier le tir.

 

DBA : Quels sont les thèmes des films produits par les jeunes ?

J.R. : Il y a un thème qui vient de façon récurrente, c'est le thème de l'exclusion. Notamment dans le cadre de l'école. C'est un thème que l'on a eu au premier festival et qui revient souvent. Non pas l'exclusion en général mais l'exclusion propre aux établissements scolaires. Un jeune pris en bouc émissaire, malmené par l'ensemble du groupe et des adultes qui ne voient rien. Parfois l'issue est dramatique, d'autres fois, on a des solutions. Dans ce cas, c'est très positif.

 

On a ensuite de plus en plus des thèmes liés à l'usage d'internet et des réseaux sociaux. D'autres sujets sont récurrents : le suicide des jeunes, une grossesse prématurée, les questions de la drogue...

 

DBA : Le Festiclip donne son prix. Et après ?

J.R. : L'objectif du festival, est de pouvoir faire du film primé des outils de réflexion pour les jeunes. C'est important de reprendre ces films pour une réflexion dans un groupe. C'est pourquoi on les met à disposition sur internet, pour faciliter cette étape.

 

 

 Festiclip Festival du clip video educatif 002 Les prix du FesticlipFesticlip Festival du clip video educatif 003 Tous participent pour le prix du public

 

DBA :Quel est le message des films du Festilip ?

J.R. : Il ne s'agit pas de dire un message, une morale qu'on assène. Non, pour nous, c'est un message, dans la mesure où ils font réfléchir, ils obligent à se positionner sur des thèmes qui font réfléchir. Il faut que les animateurs fassent ressortir le positionnement, la réaction positive que l'on peut en tirer. C'est en cela que l'on parle de message, ce n'est pas : « voilà , on a une solution ».

 

On ne met pas une étiquette, C'est une histoire qu'on raconte. Et inviter à partir de cette histoire, de réfléchir sur notre propre histoire.

 

 

Interview réalisé par Hélène Boissière Mabille
19 novembre 2015

 

 Pour participer au Festiclip : www.donboscomedia.com

 

Le dossier d'inscription (pdf - 111Mo)

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite