lycéen marseille a taize 003 Toussaint, ce sont les vacances pour les élèves. Certains partent à Taizé accompagnés par leur animateur en Pastorale. C'est le cas au lycée de Marseille. Les jeunes sont partis découvrir l'écoute, la confiance, la beauté, la prière, le silence. Raphaël Janiec, animateur en pastorale au lycée Don Bosco de Marseille a su recueillir la beauté de leurs découvertes.

 

 

En partant à Taizé une question nous habite : Avant d'être une certitude pour nous, Dieu est une question. Dans notre recherche de Dieu, nous ne sommes pas seuls mais nous pouvons nous appuyer sur l'expérience des autres. Raphaël, Joao, Mandji sont prêts et les anciens élèves, Clément et Florian nous ont rejoints. Et nous partons pour l'aventure à Taizé. Les jeunes font rapidement l'expérience de l'écoute, la Bible, la confiance, la beauté, la prière et enfin le silence.

 

L'écoute

Les jeunes sont informés dès leur arrivée que des frères sont chaque soir à leur disposition dans l'église pour les écouter. Les jeunes ont besoin d'une présence gratuite. Ils ont besoin d'être écoutés, non pour recevoir des conseils mais pour se confier... Beaucoup d'écoute, peu de réponses toutes faites aux questions. Les frères ne cherchent pas à capter, à absorber, à séduire, mais ils sont là pour écouter. Ecouter les jeunes avec beaucoup de désintéressement, ce qui est extrêmement important pour eux.Des prêtres sont disponibles et l'écoute peut se prolonger dans le sacrement du pardon.Nous sommes dans une société où l'on écoute très peu. Les gens parlent, mais ils n'écoutent qu'à condition qu'ils puissent parler à leur tour : c'est une suite de monologues et un dialogue de sourds.

 

L'introduction biblique

Clémence de Nantes : « J'ai beaucoup apprécié ce temps de rencontre. Cela m'a permis de faire de nouvelles rencontres et de prier autrement. C'est aussi l'occasion de se détacher de chez soi et d'échanger avec les autres jeunes catholiques ».

 

François : « J'ai beaucoup aimé les prières, être avec mes amis, discuter en petit groupe et chanter à l'Oyak. »

 

Erwan de Nantes : « Taizé est un trop bel endroit ; les jeunes sont hyper sympas. Les temps de prière sont beaux et le silence est impressionnant. Je ne pensais pas que Taizé était comme ça ».

 

Alice de Montpellier : « Taizé un moment, un séjour simplement magique ».

Les jeunes eux aussi vont être amenés à écouter les autres. Après une introduction biblique faite par frère Jasper de nationalité hollandaise des thèmes de réflexion nous sommes proposés, « être le sel de la terre », l'histoire du « Bon Samaritain » et de la « Femme adultère ». Le temps est venu de créer des petits groupes de discussion de quinze participants et de commencer à partager dans un vrai climat d'écoute. Le fait que personne ne soit appelé à défendre une position permet un autre regard et une ouverture à l'autre.

 

La confiance en soi

lycéen marseille a taize 001 C'est un fait que de nombreux jeunes souffrent d'un manque de confiance en eux. Le découragement, l'abattement, la frustration se muent facilement en haine de soi. La vie prend un nouvel élan, un avenir est possible. Nous devons encourager la confiance en soi-même, dans les autres et en Dieu. La confiance s'accompagne de joie. Il ne s'agit pas d'une confiance naïve, mais d'un risque à courir. Par l'accueil de l'autre dans sa différence, le partage, le travail ou la prière en commun, les jeunes sont amenés à faire l'expérience d'une fraternité universelle. On n'a plus le même regard sur notre établissement quand on sait qu'il y a tel ami avec qui on a sympathisé. Marseille devient habité de visages. Les jeunes font aussi l'expérience d'une Eglise universelle et jeune, ce qui est réconfortant pour eux surtout s'ils viennent de sociétés déchristianisées comme la nôtre. L'amitié est importante pour découvrir la foi. Les meilleurs apôtres des jeunes ne sont-ils pas souvent les jeunes eux-mêmes ? Quand elle est saine, l'amitié fait grandir. Les temps de discussion peuvent donner à réfléchir à l'image que l'on a de soi-même, des autres ou de Dieu et éventuellement à en faire le deuil et à en changer.

 

La beauté à Taizé

Beauté des paysages, du village et descollines. Beauté aussi de l'église de la « réconciliation » à Taizé, très simple de par sa construction. Une beauté simple capable de suggérer l'accueil de Dieu.

 

lycéen marseille a taize 002 La prière, expérience unique

Dans une église peu éclairée, quelques icônes sont les principaux points de lumière. On apprend des mots qui ne sont pas des mots banals, les mots de la radio ou de la télévision, mais des mots qui sont faits pour nourrir l'âme. Il y a très peu de mots, d'enseignement. Pour Frère Roger, « Beaucoup de nos contemporains, pris dans les rythmes anonymes des programmes et des horaires, ont implicitement le désir d'une réalité essentielle, d'une vie intérieure. Rien ne porte tant à la communion du Dieu vivant qu'une prière commune méditative, avec ce sommet de la prière : le chant qui se prolonge et qui continue dans le silence ... » Les chants sont constitués de phrases toutes simples, répétées plusieurs fois. Il y a une douceur qui vient à travers ces chants répétitifs, une paix intérieure : « Jésus le Christ, lumière intérieure, ne laisse pas mes ténèbres me parler, donne-moi d'accueillir ton amour. » ; « Toi tu nous aimes, source de vie »... Les chants, un peu comme les psaumes, partent souvent de notre expérience humaine et sont un cri vers Dieu. Ils annoncent un Dieu de tendresse et d'Amour. Il contribue à la prise de conscience que Dieu ne veut pas le mal, la souffrance. Dieu ne peut que donner son Amour. Le « succès » tient à cette pédagogie de l'intériorité.

 

Le silence

Une dizaine de minutes au cours de la prière, est précédé et suivi par le chant si bien que le chant le pénètre et que ce silence devient prière. Les forces profondes qui sont en chacun commencent à s'éveiller dans ce silence profond, dans ce silence « plein ». Les temps de silence peuvent contribuer à la découverte et à la maturation d'une vie intérieure. Après le pélé de Taizé de nouveau des questions se posent : Comment continuer nos recherches après le retour chez soi ?

 

 

Raphaël Janiec
Animateur en pastorale scolaire
Lycée Don Bosco Marseille
03 décembre 2015

 

 

Parole d’élèves

 

Florian ancien élève : « Je suis venu à Taizé pour me ressourcer, faire une pause dans la vie, faire le point sur l'année mais surtout je suis venu pour me préparer mentalement à mon volontariat de 6 mois qui m'attend à Madagascar. Beaux moments de réflexion dans cette magnifique nature. Je savais à quoi m'attendre en venant à Taizé parce que c'est ma quatrième participation. ».

 

Clément ancien élève : « Je voulais découvrir l'ambiance et l'expérience de Taizé. J'ai beaucoup aimé le partage en petit groupe très intéressant et très constructif, l'ouverture d'esprit au bonheur de la vie. J'ai apprécié le dialogue avec un prêtre. C'est une expérience à faire au moins une fois dans notre vie ».

 

Joao : « Je suis allé à Taizé pour faire de rencontres et découvrir les chants et la prière de Taizé. Cette rencontre de Taizé sera toujours dans mon cœur comme une des plus belle sorties de ma vie !. Mon séjour a été une vraie surprise : être assis par terre pendant la prière mais ça m'a plu. Je voudrais dire à mes collègues qui n'ont pas eu le courage de venir que c'est une belle rencontre et qu'il faut le faire au moins une fois dans notre vie car c'est que du bonheur. »

 

Raphaël : « Les prières sont magnifiques ; les chants aussi, j'ai beaucoup aimé. Et que tout le monde parle avec tout le monde sans porter de jugement. J'ai été très surpris de cette rencontre parce que je pensais que ça serait nul mais pas du tout. J'ai même discuté avec les allemands. Je voudrais dire aux autres qu'ils ont raté quelque chose d'extraordinaire et qu'il faut avoir le courage d'y aller. C'est pas des vacances  car il n'y a pas de confort mais c'est des temps de partage, de la joie, et des prières à bout de souffle et en plus l'église est remplie de jeunes qui viennent de différent pays ».

 

Mandji : « Ce que je retiens le plus, c'est d'être accueilli parce que je ne suis pas baptisé et pendant les prières du matin il y avait du pain béni pour les gens comme moi. Et aussi, les belles prières que j'ai vécues à Taizé et l'ambiance qu'il y avait dehors : il y avait toujours de la musique et du mouvement et de la danse. Ça a été pour moi une surprise car je ne pensais pas qu'il y aurait autant de jeunes avec une aussi bonne ambiance et une très belle prière. A ceux qui ne sont pas venus et qui sont croyants, je vous conseille de venir à Taizé, vivre l'expérience car c'est intense, les prières sont belles et il y a toujours de l'ambiance. Et pour ceux qui ne sont pas croyants, je vous conseille de tenter l'expérience aussi car vous n'en ressortirez pas indifférents ».

 

 

 

Pour aller plus loin

Le site de la communauté œcuménique de Taizé

L'école Don Bosco Marseille

 

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e4

À la question : « Ce que je ne pourrais pas pardonner ? » la réponse fait quasiment l’unanimité : « la trahison ! ». Que ce soit en amitié ou en amour, c’est ce qui est pour les jeunes le plus difficilement pardonnable. « Quand tu me trahis, tu me plantes un couteau dans le dos. » nous dit Michelle

Maëva exprime bien que derrière cette immense déception de la trahison il y a la perte d’une importante valeur : la confiance. « Il n’y a pas de relation sans confiance. Une fois qu’elle est trahie, elle est très difficile à redonner. » Don Bosco a mis la confiance au cœur de son système éducatif. C’est dire son importance et la nécessité de la préserver dans la relation avec les jeunes.

Question : Les jeunes semblent nous dire que l’impardonnable est définitif. Cela pose pour nous la question de l’éducation au pardon et de sa dimension chrétienne. Voir le premier témoignage du film « Human » de Yann Arthus-Bertrand.

Voir le 4è épisode de la saison 2 : L’impardonnable ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite