cop21 thonon jeanne d arc Quatre écoles étaient réunies devant l'école Jeanne d'Arc à Thonon, mardi dernier, pour planter un arbre. En lien avec la ville, et pour sensibiliser les jeunes aux enjeux portés par la COP 21, l'établissement Jeanne d'Arc, a offert un emplacement en face de l'établissement pour planter un arbre.

 

 

Quatre classes des écoles de la Source, de Vongy Jules-Ferry et Jeanne d'Arc étaient réunies mardi à 11H15 devant l'entrée de l'école Jeanne-d'Arc, à l'initiative de leur professeur et de la municipalité, afin de planter un ginkgo biloba, l'arbre aux 40 écus, qui a démontré sa résistance à tous types d'événements : changement climatique pollution, mais aussi bombardements atomiques, en 1945 au Japon. Un pays où il est d'ailleurs considéré comme un arbre sacré, symbole de vie et porteur d'espoir.

 

« A l'occasion de la COP21 , a expliqué le maire Jean Denais, il a été décidé de lancer en France une opération symbolique : la plantation d'arbres en faveur du climat. Nous savons que la température d'une rue sera abaissée de 3 à 5 degrés si celle-ci est plantée d'arbres d'alignement qui participent aux rafraichissements et à l'humidification de l'air ambiant par la transpiration qui s'opère au niveau des feuilles.

 

La date est aussi symbolique car le 25 novembre est connu des horticulteurs pour être le moment propice à toutes les plantations d'arbres, garantissant un succès jamais désavoué. »

 

Michel LOISEAU
Extrait du Dauphiné Libéré
17 décembre 2015

 

 

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 

 

 


Mot du jour

2018, une Année aux multiples défis… dont un nous interpelle plus fortement : le défi de l’éducation. Une société qui n’a pas comme premier souci l’éducation des jeunes est une société qui va à sa perte.

Ecoutons Don Bosco parler aux jeunes ! Il nous ouvre des portes... Parfois nous parlons beaucoup de Don Bosco, mais ne vaudrait-il pas mieux parler un peu moins de lui et parler beaucoup plus comme lui ?

Regardons Laura Vicuňa, jeune argentine, élève des Sœurs Salésiennes, que nous fêtons aujourd’hui comme Bienheureuse. Sa vie toute simple, donnée par amour, est le fruit de l’éducation reçue.

Avec les jeunes d’aujourd’hui que certains sociologues qualifient de « sans père, ni maître », essayons d’entrer dans un dialogue du cœur à cœur qui ouvre un chemin de confiance et d’amitié, qui propose une formation intégrale et un chemin de joie et d’intériorité spirituelle.
L’éducation n’est-elle pas avant tout « une affaire de cœur » ?

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Étrenne 2018 du supérieur mondial des Salésiens
de Don Bosco : Cultivons l'art d'écouter et
d'accompagner (thème 2018 - © ANS)

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Jean-Marie Petitclerc : « certains jeunes vivent mal Noël »

      rue de NoëlBientôt Noël, les rues et les maisons s’illuminent ! Il est temps de réfléchir à la fête, avec amis, famille, belle-famille… L’effervescence est au rendez-vous ! Pourtant, c’est l’une des périodes les plus difficiles pour les jeunes en institution. Voici le témoignage de Jean-Marie Petitclerc, qui durant 30 ans a dirigé des institutions sociales salésiennes.

      Lire la suite

    • Culture des jeunes : le rêve de devenir Youtubeurs

      YouTubeurs L’univers de Youtube est d’une grande richesse (musique, films…), mais les jeunes sont passionnés par ce que l’on appelle les youtubeurs. Vous connaissez ?

      Lire la suite

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite