benoit goffin eric vanderstukken 001 En Belgique francophone, douze écoles portent les valeurs de Don Bosco. Pour en témoigner, Eric Vanderstukken, directeur de l'école fondamentale Don Bosco à Liège et Benoit Goffin, directeur du collège Don Bosco à Woluwe-Saint-Lambert, livrent leur expérience.

 

 

Que retenir de la pédagogie de Don Bosco et de son message ?

Benoit Goffin : Le message de Don Bosco se résume par sa pédagogie de la prévention. Son but est de rendre le jeune autonome dès que possible. Don Bosco voulait donner aux jeunes en difficulté des outils pour qu'ils puissent se débrouiller dans la vie, trouver leur chemin. Il ne s'agit pas de dire où ils doivent arriver, mais d'aller les chercher là où ils sont et de voir jusqu'où on peut les conduire dans l'excellence d'eux-mêmes.

 

Eric Vanderstukken : Trois regards sont posés sur le jeune, sur l'enfant, mais aussi sur le collègue, le directeur, le président du Pouvoir Organisateur (autre nom, en France, du chef d'établissement)... D'abord, un regard d'affection. On a besoin d'être sécurisé, de trouver sa place, d'être connu et reconnu. Ensuite, un regard de confiance, quand quelqu'un arrive à l'école. Et puis, un regard d'espérance. Dans une école salésienne idéale, aucun éducateur ne peut désespérer d'un enfant ou d'un collègue, de sa direction. Le projet doit être mené jusqu'au bout. On se bat pour essayer de provoquer chez l'enfant cette recherche de l'excellence. L'important, dans l'éducation salésienne, est de ne pas enfermer la personne... Même si cela a été dur jusque-là, on peut toujours essayer de repartir sur autre chose. Cela nous fait évoluer, nous apporte une force, dans la vie et dans le métier.

 

Et quelles sont les attitudes concrètes que suscite cette pédagogie ?

Benoit Goffin : C'est une pédagogie de la joie, de la confiance et de la solidarité. À notre époque, anxiogène et hyper connectée, l'important est de proposer des activités qui donnent de la joie. Nous développons notamment une activité théâtre. Le but est de faire en sorte que les jeunes se rendent compte que l'éducation humaine prime sur l'éducation scolaire. Le plus important est l'apprentissage de la vie en commun, la vie avec les autres. Et notre écoute des jeunes est inconditionnelle.

 

Eric Vanderstukken : Il s'agit même d'apprendre qui est l'autre, qui est différent de moi. Lui porter de l'intérêt, avoir confiance en lui, lui laisser de la place... On peut faire cet apprentissage-là à l'école. Chez nous, éduquer prime sur enseigner. Nous avons décidé d'institutionnaliser ces valeurs, de continuer à les développer. C'est un ilot de résistance !

 

 

« Comment voulez-vous standardiser
une relation d’éducateur à éduqué ?
C’est impossible ! »

 

Quel type de projets menez-vous dans vos écoles, en lien avec ces valeurs ?

Eric Vanderstukken : Il s'agit surtout d'une attitude quotidienne. On utilise une méthode d'écoute, les gens peuvent déposer leurs soucis, la parole est sécurisée. J'accorde une attention particulière aux enseignants. Je souhaite voir aussi chez les adultes les valeurs qu'on développe chez les enfants.

 

En quoi est-il important de fêter le bicentenaire de Don Bosco cette année ?

Benoit Goffin : Ce qui est important, c'est que nous sommes passés d'une école congréganiste tenue par des religieux à une école organisée et gérée par des laïcs. Il y a des intuitions de départ, qu'il faut changer, adapter à la société.

 

Eric Vanderstukken : Don Bosco a dit : « J'ai fait le brouillon, vous mettrez les couleurs ! » Il a l'intuition de nous donner des lignes directrices, qu'il faut ensuite incarner. Comment voulez-vous standardiser une relation d'éducateur à éduqué ? C'est impossible !

 

Benoit Goffin : Le piège potentiel du bicentenaire serait de contempler l'icône, de la vénérer, alors qu'il ne s'agit que d'une image qui doit renvoyer au travail qui doit être fait, inventé... Il faut être prophétique !

 

Concrètement, qu'avez-vous organisé dans vos établissements à cette occasion ?

Benoit Goffin : Nous sortons du cinquantenaire de notre école, et ce que nous avons présenté lors de la journée du 23 octobre c'est ce que nous avons vécu au moment de la célébration de notre cinquantenaire.

 

Eric Vanderstukken : On a senti qu'il fallait commencer à mieux prendre soin du groupe adulte et de ce qui se passait sur le plan relationnel. Le bicentenaire a servi de marchepied symbolique pour pouvoir inclure cette dimension dans le nouveau projet d'établissement. Le 23 octobre, nous avons présenté une chorale avec tous les collègues, les membres du PO. Nous avons chanté une chanson créée par notre équipe, qui mettait en valeur notre projet. J'en retiens ces paroles : « Et si on travaillait comme on ne l'a jamais fait ! »

 

 

 

Extrait de la revue Entrées Libres, la revue de l'Enseignement catholique belge
Site Internet : enseignement.catholique.be
www.entrees-libres.be
14 janvier 2016

 

 

Le bicentenaire : un tremplin !

 

À l'occasion du bicentenaire, le réseau Don Bosco a organisé des temps de réflexion et des festivités tout au long de l'année. Isabelle Rosière, coordinatrice de l'équipe «Bicentenaire », nous en propose un bref écho.

 

« C'était l'occasion d'un nouveau souffle, de remettre à jour les valeurs de Don Bosco, d'en discuter, de les mettre en œuvre. Différents moments ont été programmés. Une exposition de photos sur la pédagogie de Don Bosco a été réalisée par des étudiants de Saint-Luc ; une comédie musicale a été présentée au Collège Don Bosco de Woluwe-Saint-Lambert, avec des jeunes de Belgique et de France. Et bien sûr, on a lancé le Défi citoyenneté 2025. Toutes ces initiatives ont eu comme évènement-phare la journée pédagogique organisée le 23 octobre au Théâtre Saint-Michel à Bruxelles, qui a rassemblé nos douze écoles, représentées par plus de mille personnes.

Un travail sur le thème de la relation a été mené en guise de préparation à cette journée. Chaque école a pu partager sur scène un talent sur ce thème.

 

Cela a généré une dynamique très forte, et on compte bien continuer à alimenter cette réflexion dans les années à venir ! »

 

 

 

Pour aller plus loin

Le 23 octobre, des pratiques à partager à Bruxelles

En Belgique : « La relation avant tout »

 

 

 

 


Mot du jour

Après un très long séjour dans l’espace où il a côtoyé les étoiles, il est redescendu sur terre. Thomas Pesquet a vécu son rêve. Il revient avec dans les yeux la lumière de ceux qui ont accompli une performance hors norme. Il revient tout auréolé de la gloire des héros des temps modernes. Il revient dans notre monde de pesanteur pour vivre, comme nous, la monotonie du quotidien.

Plusieurs réflexions : - chacun poursuit son rêve et quel bonheur de pouvoir le réaliser ! – chacun peut avoir dans ses yeux la lumière qui naît du travail bien fait! – chacun peut, un jour, être un héros quand il ose affronter ses limites ! Bref, comme Thomas, chacun est appelé à vivre sa vie ordinaire d’une façon extraordinaire. Avec le Seigneur, cela devient possible !

Après un très long séjour dans l’espace où il a côtoyé les étoiles, il est redescendu sur terre. Thomas Pesquet a vécu son rêve. Il revient avec dans les yeux la lumière de ceux qui ont accompli une performance hors norme. Il revient tout auréolé de la gloire des héros des temps modernes. Il revient dans notre monde de pesanteur pour vivre, comme nous, la monotonie du quotidien.
Plusieurs réflexions : - chacun poursuit son rêve et quel bonheur de pouvoir le réaliser ! – chacun peut avoir dans ses yeux la lumière qui naît du travail bien fait! – chacun peut, un jour, être un héros quand il ose affronter ses limites ! Bref, comme Thomas, chacun est appelé à vivre sa vie ordinaire d’une façon extraordinaire. Avec le Seigneur, cela devient possible !
j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Fabienne Bouy
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Laure
Voir l'article

Sous nos peaux - Valdocco Lille
du FestiClip 2017
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

https://vimeo.com/221142294
  • Actualités

    • Missionnaire pour la France-Belgique sud, Pierre Nguyen, salésien, est devenu prêtre...

      vietnam salesien don bosco ordination 000 Originaires du Vietnam, plus d'une centaine de Salésiens de Don Bosco, prêtres et frères, sont actuellement envoyés dans les différentes provinces du monde entier. Missionnaires, ils quittent leur pays pour participer aux missions d'éducation voulues par St Jean Bosco. Dans la province de France et Belgique Sud, ils sont quelques-uns, dont le Père Pierre Nguyen, ordonné prêtre le samedi 22 juillet 2017 à Hô-Chi-Minh-Ville.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Don Rinaldi

      don bosco rinaldi 004 Filippo Rinaldi s’est laissé imprégner par Don Bosco. Il a poursuivi son œuvre en fondant, il y a 100 ans, l’Institut des Volontaires de Don Bosco », femmes consacrées, vivant dans le monde. Il fut le 3e Recteur Majeur à lui succéder à la tête des salésiens.

      Lire la suite

    • Sarah Huppermans : On m'a donné des responsabilités et fait confiance !

      sarah h « Ma mère m'emmenait à la paroisse St-François-de-Sales à Liège chez les Salésiens de Don Bosco. J'aimais participer aux célébrations qui avaient du sens pour moi. » C’est le début d’un long parcours de Sarah jusqu’à l’expérience Ephata Don Bosco !

      Lire la suite

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

  • Famille Salésienne

    • Don Bosco en son temps : Luigi Farini

      farini 1 Don Bosco était le « poil à gratter » de certains hommes politiques de son temps. Pourquoi ? Son respect tout dévoué au Pape, par exemple, contrastait avec les idées dans le vent. Les journaux se chargeaient d’alimenter les suspicions et accusations de « réactionnaire ».

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Rebattre les cartes de la nutrition au Sahel

      dba une 991 « Il ne suffit pas de concilier la protection de la nature et le profit financier, ou la préservation de l'environnement et le progrès. Il s'agit de redéfinir le progrès. » Dans son encyclique « Laudato Si’ », le Pape François propose les lignes de force d’une écologie intégrale et authentique. Etablissements agricoles ou horticoles, enseignants, mouvements de jeunesse, avancent dans cette direction. C’est ce chemin d’avenir que retrace le nouveau numero de Don Bosco Aujourd’hui.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Faà di Bruno

      Faa di Bruno « Aux tout premiers temps de l’oratoire, on voyait arriver presque tous les lundis un capitaine du génie, lequel, après avoir déposé son épée, se confessait, servait la messe et communiait. Nous en étions tous édifiés » raconte le Père Jean-Baptiste Francesia.

      Lire la suite

    • Don Bosco vu par Myriam Tonus et Jean-Michel Javaux

      Myriam Tonus et Jean Michel Javeau Ils sont éducateurs, prêtres, artistes, politiques, hommes et femmes de ce temps... Don Bosco Aujourd’hui est allé à leur rencontre, leur demandant ce que représente pour eux le saint de Turin, ce qu’ils aiment en lui, ce qu’ils en retiennent et si, pour eux, son message est encore actuel.

      Lire la suite

    • Jacques-Oliver Vial : Une petite main au service de ce beau projet éducatif et spirituel

      Vial Jacques-Oliver Vial est président des camps InterJeunes. Il est dans plusieurs groupes de la famille salésienne. Homme d’engagement, il fait un parcours de militant et un parcours de foi.

      Lire la suite

    • Don Bosco en son temps : Leonardo Murialdo et Don Bosco

      leonardo murialdo Quoique très différents par leurs origines sociales et leur éducation, Saint Jean Bosco et Saint Leonardo Murialdo se sont rencontrés dans le souci de l’éducation des jeunes pauvres et abandonnés. Ils noueront une grande amitié et collaboreront jusqu’à la fin.

      Lire la suite

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite

    • Amine : du Ghana à l’Allemagne et retour…

      Amine Après cinq années de voyage – où il a connu la peur et l’angoisse – Amine, 23 ans, originaire du Ghana, a réussi à gagner Stuttgart en Allemagne. Mais sa demande de régularisation n’a pu aboutir. Il y a quelques semaines, Amine a été reconduit au Ghana. Durant son passage en Europe, des salésiens de Don Bosco l’ont accueilli et accompagné. L’interview a été réalisé, alors qu’Amine se trouvait en Allemagne.

      Lire la suite

    • Les jeunes migrants deviennent acteurs avec Welcome Jeunes

      JRS Welcome Jeunes au Campobosco 001 L'idée phare du programme Welcome Jeunes est de permettre aux réfugiés de sortir du statut de bénéficiaire dans lesquels ils sont souvent placés et de devenir des acteurs. Interview de Lucile, responsable du programme, que nous avons rencontrée au Campobosco l’an dernier.

      Lire la suite

    • Du Sénégal à Turin en Italie, une migration pour une passion

      FALLOU « Le foot c’est ma passion ». Porté par sa passion, Fallou est parti à 16 ans du Sénégal. Aujourd’hui il a 22 ans, et réside à Turin. Il est passé par la communauté des salésiens de Don Bosco de Don Mauro.

      Lire la suite