animateurs en pastorale don bosco 003 « Une excellente session dans la continuité de celle de l'année dernière : de beaux échanges, de vrais témoignages, un enseignement solide » rapporte un participant à la session des Chefs d'établissement et des APS qui s'est tenue les 18 et 19 janvier 2016 à Lyon au centre Jean Bosco. Cette année encore, cette session des chefs d'établissement des maisons salésiennes, et de leurs adjoints et animateurs en pastorale scolaire a marqué les esprits.

 

 

Il y a une attente énorme des jeunes vis-à-vis des animateurs en pastorale sur la question de la mort. « Pourquoi la mort ? Qu'y a-t-il après ? Où est mon ami qui s'est suicidé ? » Comment mettre des mots justes.

 

Les objectifs de cette session du service formation étaient de :

  • Eclairer les notions: vie, mort, achèvement, Royaume des cieux, vie éternelle
  • Déceler la manière dont ces questions affectent les jeunes
  • Se donner ensemble des repères pour mieux accompagner les jeunes.

 

Un enseignement solide

Les intervenants ont montré les enjeux philosophiques, théologiques et pastoraux des mots utilisés. On retient quelques propos lumineux de Jean-Noel Dumont, professeur au Collège supérieur de philosophie de Lyon :

  • C'est raisonnable de penser le mystère : Voulez-vous priver vos élèves des questions sur le mystère, ils vont remplir ce vide par autre chose. L'ignorance fait la lie du fanatisme.
  • La mort fait violence à notre nature : Jésus ne dit pas : c'est un « mauvais moment à passer ». C'est l'affrontement à l'absurde, à l'absence, au mal.
  • Le jugement dernier est une délivrance : Il faut sortir l'idée de jugement=punition, c'est une délivrance. Si je ne suis pas jugé, ma vie se clôt sur un destin.
  • Qu'est-ce qu'être sauvé ? Etre soi-même sous le regard de Celui qui vous aime.

 

Les intervenants, Jean-Noël Dumont, philosophe, et Régine Maire, bibliste, ont éclairé, de manièrent lumineuse, le thème. Il est urgent de donner un sens juste aux mots de vie, de mort, d'accomplissement, de Paradis, enfer, pour permettre aux jeunes d'affronter le mystère avec vérité.

 

Isabelle, Rodolphe, Anne... des témoignages vrais

Trois animateurs en pastorale scolaire des établissements salésiens ont pris la parole pour parler de ce qu'ils vivent sur le terrain. Isabelle Rizzo, APS au collège Sévigné à Marseille, a su traduire avec émotion le parcours de deuil qu'elle a fait vivre à une élève de 5e qui a perdu sa sœur dans un accident de voiture. Rodolphe Fiort, APS à l'ESTIC à St Dizier, a parlé d'une initiative très particulière de faire vivre une visite au cimetière à tous les jeunes de l'établissement. Anne Weider, APS à Don Bosco Witthenheim, a expliqué pourquoi elle a voulu parler de bonheur lors de la célébration funéraire de son mari.

 

De beaux échanges entre chefs d'établissements et adjoints en pastorale

animateurs en pastorale don bosco 001 L'équipe de l'établissement Don Bosco WittenheimLes établissements se sont donnés ensuite des pistes pour aborder cette problématique dans l'établissement. Par exemple, à la Salesienne (St Etienne), créer un oratoire ; à Don Bosco Saint-Cyr, vivre en équipe de vrais temps de relecture ; à Sévigné, développer un parcours pour être présent auprès des jeunes qui vivent le deuil.

 

« Il nous faut apprendre à être présent et disponibles à nos jeunes, à nous préparer à les accueillir dans leur deuils et dans leur rapport à la mort » rappelle Alain Normand, Chef d'établissement à Sévigné-Marseille.

 

Des jeux, pour aborder le thème autrement

On connaît la formidable créativité des animateurs du week-end : Sœur Anne Orcel et Père Vincent Grodziski. Elle n'a pas fait défaut. Sur la modèle des grands jeux du Campobosco, les deux animateurs ont fait vibrer la cinquantaine de participants au son du métronome. Chaque équipe partait avec un crédit temps qui s'écoulait au fil de la soirée, perdant des minutes précieuses, qu'elle reprenait si elle gagnait à l'un des jeux  proposés, inspirés de Dixit, ou Times up... Au final, les équipes gagnantes ont accepté de de partager leur temps aux presque mourants... bon joueurs... Comme quoi, jouer sur des thèmes graves, c'est possible !

 

L'an dernier, c'était l'intériorité. Cette année, la vie et la mort.... Pour les participants à ces sessions, il est devenu évident qu'il ne faut pas avoir peur de parler de ces questions. Prenons le temps. Il en va de la responsabilité de chacun.

 

Hélène Boissière-Mabille
28 janvier 2016

 

 

 


Mot du jour

« L’amour est une danse dont personne ne m’a appris le pas » (Pat Conroy, Beach music). A quoi ça ressemble l’amour ? Comment fait-on ? Où est-ce que ça se trouve ? Quels sont les mots ? Qui nous dira le secret ?

Celui qui veut le mode d’emploi, la pleine conscience, restera sur sa faim. On ne maîtrise pas l’amour, c’est une chose dont il ne faut pas trop se préoccuper. Laissons venir l’amour, il trouvera son chemin, le moment venu.

Même Jésus ne nous dit pas exactement ce que nous devons faire. Pas de doctrine, sauf des formules fulgurantes : « Coupe ta main, arrache ton œil », « retire-toi », « parfume-toi », « donne » et « pardonne ». Pas de solution, mais une invitation à prendre la voie ouverte. L’amour naît de l’Esprit lors de chaque rencontre, face à chaque événement. L’amour est liberté.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Mission à Tournai
Le groupe Agape et leurs animations
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le témoignage de Margaux (de Grenoble)
Voir l'article

« Chers confrères, et chère famille salésienne »
Message du Supérieur mondial de salésiens
(ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

    • Mineurs migrants : l’accueil dans le réseau salésien de Belgique

      mineurs migrants accueil en belgique Aujourd’hui des milliers de mineurs migrants fuient leur pays en raison de la guerre, la pauvreté. Pour les accueillir, différents lieux du réseau salésien en Belgique, se mobilisent. Quel est l’accueil spécifique des mineurs migrants dans les maisons salésiennes ?

      Lire la suite

    • Dramane, migrant du Mali à l’Espagne

      mineurs migrants temoignage dramane 001 Qui est le jeune Dramane ? Qu’est-ce qui l’a décidé à quitter sa famille ? Son pays ? Quelle est son histoire ? Comme beaucoup d’autres, Dramane est un jeune mineur à avoir frappé à la porte d’une maison salésienne en Espagne. Il témoigne.

      Lire la suite

    • L’établissement N.D. des Minimes accueille trente migrants

      migrants n d minimes lyon 001 « Cette rencontre a été une claque pour moi et m’a fait prendre du recul » s’exclame Coline, lycéenne aux Minimes, à Lyon après la rencontre organisée par la Pastorale du lycée et la cellule « migrants » du diocèse de Lyon. Pour de nombreux lycéens, ce fut une expérience cruciale qui les aide à sortir des clichés. Témoignage de Fabienne Laumonier, animatrice en pastorale scolaire.

      Lire la suite

    • A Sury-Le-Comtal, une sanction-réparation réussie

      st andre sury sanction 001 Des élèves ont commis un acte de bizutage contre un autre élève. Comment les sanctionner ? Comment les aider à prendre conscience de leur acte ? Comment les aider à changer ? C’est la question que s’est posée l’équipe éducative du lycée Saint-André à Sury-le-Comtal en demandant aux élèves de s’engager dans un acte de réparation qui a du sens.

      Lire la suite

    • Que faire cet été 2017 ?

      que faire cet ete 2017 001 L'aventure salésienne vous intéresse ? Alors n'hésitez pas à découvrir les propositions salésiennes de l'été ! Et si des jeunes veulent devenir animateurs, prenez contact. La famille salésienne offre une large palette de propositions ouvertes à tous. Il y en a pour tous les âges, tous les goûts, à toutes les dates. Comment choisir dans ce large éventail ?

      Lire la suite

    • Le nouveau Don Bosco Aujourd’hui : Mineurs migrants non accompagnés

      nouveau dba 990 Nous ne baisserons pas les bras ! Parfois des décisions politiques sur l’accueil des migrants posent question, mais rien n’arrêtera l’élan de générosité que nous observons partout autour de nous. Dans le réseau des salésiens, il s’agit de faire ce que Don Bosco faisait en son temps : l’accueil inconditionnel.

      Lire la suite