marseille fete don bosco 002 « Chaque année nous sommes devant le défi de faire découvrir la fête et la vie de Don Bosco aux nouveaux arrivants » explique Raphael Janiec, animateur en pastorale au lycée Don Bosco de Marseille. Chaque année, c’est aussi un nouveau défi à relever pour inventer de nouvelles propositions et attirer le plus de jeunes possibles. Témoignage de Raphaël Janiec.

 

 

« Il s’agit d’accueillir et de faire sienne une aventure festive, qui nous rassemble. Sommes-nous assez conscients que c’est à travers notre vie que les nouveaux arrivants peuvent comprendre qui a été Don Bosco et devenir disciples. Il ne suffira pas d’adhérer à une théorie ou une pratique religieuse. Le but est clairement identifié : entrer en relation avec les jeunes. Notre exemple est alors indispensable car ils ne pourront devenir disciples que si notre vie montre en quoi cela consiste. Pour la transmission, Don Bosco compte donc sur nous tous. »

 

marseille fete don bosco 001 marseille fete don bosco 003  

 

« Nous avons donné des responsabilités aux jeunes et comme chaque année, ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes comme animateur, acteur, actrice, danseuse. Nous avons été heureux de la présence de nombreux parents à la fête. »

 

 

Raphaël Janiec
Don Bosco Marseille
10 mars 2016

 

 

Paroles aux adultes

 

Alain : « C’est une très bonne tradition, un moment d’attachement aux valeurs de notre Fondation, pour partager des moments avec les élèves et les collègues de travail. Etre à l’église procure toujours une paix intérieure. J’apprécie le travail de mes collègues et des élèves et le verre de l’amitié est toujours un moment très convivial. »

 

 

Yan : « Cette fête très conviviale permet le rapprochement et le dialogue. Le verre de l’amitié m’a permis d’avoir une autre vision du rapport que les professeurs, le personnel administratif et les élèves peuvent entretenir en dehors des cours. Ceux qui ne sont pas venus ont raté un moment de partage et de détente. »

Parole aux jeunes

 

Anthony : « C’est ma première fête de Don Bosco et c’était génial. J’ai participé à la messe et j’ai découvert que l’on était nombreux et que le silence régnait. C’était exceptionnel et très enrichissant. J’ai retenu que ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on devrait avoir de pauvres rêves. Mes parents sont venus et ils ont décidé de revenir la prochaine fois. Le verre de l’amitié m’a permis d’approcher toutes les personnes présentes et c’était convivial. Ceux qui ne sont pas venus ont raté quelque chose de fantastique. »

 

Karim : « C’est ma première fête et je suis venu à la messe parce que mon pote lisait le texte. Ça m’a surpris car nous étions nombreux et le silence régnait pendant la célébration. J’ai beaucoup apprécié le dialogue entre Nicolas et Vianney. »

 

Bastien : « C’est ma première fête. J’ai retenu du dialogue que tout le monde peut réussir et je suis allé à la Messe même si je suis athée. »

 

Amalia : « C’est ma troisième fête de Don Bosco. J’aime beaucoup participer à cette fête. La célébration a rapproché profs, élèves, personnels. J’ai retenu du dialogue mis en scène que, malgré les échecs et les erreurs, on pouvait réussir. Je dirais que c’est une belle expérience qui nous rapproche les uns des autres. »

 

 


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite