don bosco marseille maraude vieux port 004 Trois élèves, après avoir participé à une intervention du Samu Social au Lycée Don Bosco de Marseille, ont décidé d’aller à la rencontre des plus démunis sur le Vieux Port. Ils étaient accompagnés de Raphael Janiec, animateur en pastorale scolaire. Aujourd’hui, ils témoignent de leur expérience.

 

 

« Il y a quelques mois, nous avons eu une intervention du Samu Social au sein de l’établissement Don Bosco de Marseille. Celle-ci avait pour but de nous sensibiliser sur les conditions de vie des sans-abris. Nous avons appris que ce mode de vie affronte plusieurs dangers : le froid, l’isolement et la fatigue mentale qu’il engendre, le risque d’agression... Suite à cette intervention, nous avons décidé de participer à une maraude que nous proposa Monsieur Pérugini.

 

Le plus dur à surmonter dans la rue, ce n’est pas le froid, mais la solitude.

C’est alors que le 8 février, 8h nous nous sommes rendus à Don Bosco pour rejoindre Julien, membre du SAMU social au Vieux-Port pour faire une maraude. L’objectif était d’interagir avec les personnes dans le besoin, présentes dans la rue, en dialoguant avec eux. Etant donné l’état de ces personnes, nous leur avons proposé, en même temps, divers produits (café, biscuits, potages, produits d’hygiène...) pour les aider à affronter l’épreuve de la rue. Le dialogue est très important. Il permet de voir l’état du sans-abri et, surtout, il l’aide beaucoup à tenir mentalement. Il faut savoir que le plus dur à surmonter dans la rue, ce n’est pas le froid, mais la solitude.

 

Dans la rue avec son petit chien

don bosco marseille maraude vieux port 003La première personne que nous avons rencontrée était une jeune fille de 19 ans. Elle était dans la rue depuis trois mois ; et elle restait au Vieux-Port depuis trois jours environ. Nous lui avons proposé d’abord des denrées, puis nous nous sommes mis à son niveau pour lui parler. Elle nous expliqua que, suite à une dispute avec ses parents, elle a décidé de quitter la maison et elle s’est retrouvée à la rue. Elle nous raconta qu’elle était maman. Elle nous a même montré une photo de son fils sur son portable. Il était gardé par ses parents, son petit ami l’ayant abandonné. Son seul compagnon, face à l’isolement, était son petit chien. Au vue de de sa situation, nous lui avons conseillé de renouer contact avec ses parents en dépit de sa fierté, et surtout de se reprendre en main. La rue n’est pas un endroit fait pour une jeune fille comme elle, qui est censée être en âge de construire sa vie. Elle nous dit qu’elle avait un CAP fleuriste. Nous l’avons donc encouragé à explorer cette voie pour essayer de réintégrer la société.

 

Cet homme nous donna une grande leçon d’humilité et d’humanisme.

Plus tard, nous avons rencontré un groupe de Polonais, sur les marches d’une église. Nous leur avons proposé des rasoirs, leur tendant le paquet entier. L’un d’eux pris le paquet, l’ouvrit, sortit 6 rasoirs, puis nous le redonna à notre grande surprise. Il aurait pu garder le paquet pour le troquer ou le revendre ensuite. Mais non ! Il prit seulement ce dont il avait besoin, pensant aux autres personnes dans sa situation. Ce jour-là, cet homme nous donna une grande leçon d’humilité et d’humanisme.

 

 don bosco marseille maraude vieux port 001don bosco marseille maraude vieux port 002

 

Ensuite, nous avons visité un centre d’aide aux jeunes filles. Nous avons eu un entretien avec le directeur du centre. Nous avons appris que ce centre datait de la seconde guerre mondiale. Il servait à héberger des juifs pendant l’occupation. Celui-ci a été transformé, ensuite, dans l’accueil de jeunes filles, celles-ci étant plus vulnérables aux différents dangers que présente la rue.

 

Cette expérience fut très enrichissante pour nous trois

Au total nous avons croisé une quinzaine de sans-abris, soit solitaires, soit en groupe de deux ou trois. Cette expérience a été très enrichissante pour nous trois. Cela nous a sensibilisé sur les dangers de la rue. Nous avons vu aussi que des organisations étaient présentes pour aider ces personnes, et que celles-ci proposaient un soutien important. Pour conclure, cette expérience est à faire au moins une fois dans sa vie, si ce n’est plus, pour voir les dessous de la société.

 

 

Anthony, Jean et Maxime
Lycée Don Bosco Marseille
21 avril 2016
(source : http://donbosco-marseille.fr/v2/1467-2/)

 

 

 


Mot du jour

Confier ses peurs
Offrir ses joies
Livrer sa peine
Rien exiger
Tout partager
Etre l’unique
Pour un instant

Accueillir l’autre
Tendre la main
Communiquer
Prendre le temps
De l’écouter

Grande tendresse
Chaleur au cœur
Etre estimé
Et reconnu
Grandir ensemble

Un moment fort…
C’est l’amitié !

 

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

The power of words Prix du Public au FestiClip 2017.
Film réalisé par l'Institut Lemonnier de Caen
Voir l'article

École de Vie Don Bosco
Interview de Fleur
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Angele
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

    • Message de Noël de la part des Salésiens d’Alep : “Il y a toujours l’espérance”

      Alep Salesien Chrismas La ville est détruite, on ne voit que des décombres... Mais le message d’espérance du Dieu qui s’est fait homme résonne, cette année, avec un écho particulier à Alep. Les Salésiens, riches de leurs deux trésors – la foi et les jeunes - ont au cœur la force de dire, dans une vidéo, avec les jeunes : « Bonne Fête de Noël » et « il y a toujours l’espérance » ! En voyant ces images, le Recteur Majeur, le P. Ángel Fernández Artime, ému, relance son appel pour la paix.

      Lire la suite