don bosco marseille maraude vieux port 004 Trois élèves, après avoir participé à une intervention du Samu Social au Lycée Don Bosco de Marseille, ont décidé d’aller à la rencontre des plus démunis sur le Vieux Port. Ils étaient accompagnés de Raphael Janiec, animateur en pastorale scolaire. Aujourd’hui, ils témoignent de leur expérience.

 

 

« Il y a quelques mois, nous avons eu une intervention du Samu Social au sein de l’établissement Don Bosco de Marseille. Celle-ci avait pour but de nous sensibiliser sur les conditions de vie des sans-abris. Nous avons appris que ce mode de vie affronte plusieurs dangers : le froid, l’isolement et la fatigue mentale qu’il engendre, le risque d’agression... Suite à cette intervention, nous avons décidé de participer à une maraude que nous proposa Monsieur Pérugini.

 

Le plus dur à surmonter dans la rue, ce n’est pas le froid, mais la solitude.

C’est alors que le 8 février, 8h nous nous sommes rendus à Don Bosco pour rejoindre Julien, membre du SAMU social au Vieux-Port pour faire une maraude. L’objectif était d’interagir avec les personnes dans le besoin, présentes dans la rue, en dialoguant avec eux. Etant donné l’état de ces personnes, nous leur avons proposé, en même temps, divers produits (café, biscuits, potages, produits d’hygiène...) pour les aider à affronter l’épreuve de la rue. Le dialogue est très important. Il permet de voir l’état du sans-abri et, surtout, il l’aide beaucoup à tenir mentalement. Il faut savoir que le plus dur à surmonter dans la rue, ce n’est pas le froid, mais la solitude.

 

Dans la rue avec son petit chien

don bosco marseille maraude vieux port 003La première personne que nous avons rencontrée était une jeune fille de 19 ans. Elle était dans la rue depuis trois mois ; et elle restait au Vieux-Port depuis trois jours environ. Nous lui avons proposé d’abord des denrées, puis nous nous sommes mis à son niveau pour lui parler. Elle nous expliqua que, suite à une dispute avec ses parents, elle a décidé de quitter la maison et elle s’est retrouvée à la rue. Elle nous raconta qu’elle était maman. Elle nous a même montré une photo de son fils sur son portable. Il était gardé par ses parents, son petit ami l’ayant abandonné. Son seul compagnon, face à l’isolement, était son petit chien. Au vue de de sa situation, nous lui avons conseillé de renouer contact avec ses parents en dépit de sa fierté, et surtout de se reprendre en main. La rue n’est pas un endroit fait pour une jeune fille comme elle, qui est censée être en âge de construire sa vie. Elle nous dit qu’elle avait un CAP fleuriste. Nous l’avons donc encouragé à explorer cette voie pour essayer de réintégrer la société.

 

Cet homme nous donna une grande leçon d’humilité et d’humanisme.

Plus tard, nous avons rencontré un groupe de Polonais, sur les marches d’une église. Nous leur avons proposé des rasoirs, leur tendant le paquet entier. L’un d’eux pris le paquet, l’ouvrit, sortit 6 rasoirs, puis nous le redonna à notre grande surprise. Il aurait pu garder le paquet pour le troquer ou le revendre ensuite. Mais non ! Il prit seulement ce dont il avait besoin, pensant aux autres personnes dans sa situation. Ce jour-là, cet homme nous donna une grande leçon d’humilité et d’humanisme.

 

 don bosco marseille maraude vieux port 001don bosco marseille maraude vieux port 002

 

Ensuite, nous avons visité un centre d’aide aux jeunes filles. Nous avons eu un entretien avec le directeur du centre. Nous avons appris que ce centre datait de la seconde guerre mondiale. Il servait à héberger des juifs pendant l’occupation. Celui-ci a été transformé, ensuite, dans l’accueil de jeunes filles, celles-ci étant plus vulnérables aux différents dangers que présente la rue.

 

Cette expérience fut très enrichissante pour nous trois

Au total nous avons croisé une quinzaine de sans-abris, soit solitaires, soit en groupe de deux ou trois. Cette expérience a été très enrichissante pour nous trois. Cela nous a sensibilisé sur les dangers de la rue. Nous avons vu aussi que des organisations étaient présentes pour aider ces personnes, et que celles-ci proposaient un soutien important. Pour conclure, cette expérience est à faire au moins une fois dans sa vie, si ce n’est plus, pour voir les dessous de la société.

 

 

Anthony, Jean et Maxime
Lycée Don Bosco Marseille
21 avril 2016
(source : http://donbosco-marseille.fr/v2/1467-2/)

 

 

 


Mot du jour

logo calendrier de l avent 2017

Du 2 au 24 décembre,
Don Bosco Aujourd'hui vous propose de retrouver le mot
du jour dans
le calendrier de l'Avent 2017...

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Henri Marescaux témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Aurelie Monkam Noubissi témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoigne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

Aurelie Monkam Noubissi
  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite