farnieres festiclip 002 Il y a quelques semaines, le Centre de Rencontre Don Bosco de Farnières et son Académie Citoyenne ont lancé l’invitation à quelques jeunes de quinze ans de participer au Festiclip 2016. Les jeunes ont accroché. Georges Nihoul, responsable du projet, est enthousiaste.

 

« On vous offre une page blanche et une équipe multimédia pour réaliser un clip vidéo dans lequel, vous les jeunes, serez concepteurs, réalisateurs, producteurs et acteurs ».

 

Un projet de CRACS !

Des ados s’inscrivent, des CRACS, Citoyens Responsables, Acteurs Critiques et Solidaires. Ils vont vivre au rythme de leurs envies. Quatre jours à Farnières pour concevoir, filmer, réaliser et monter un court métrage suscitant le débat et posant un regard positif sur la vie de jeunes citoyens.

 

Poser publiquement des questions impertinentes, réaliser une création artistique et publique sur un sujet qui touche les jeunes, s’engager dans des solidarités, s’impliquer dans des mouvements sociaux, écrire des textes et les diffuser, mettre sur pied un événement qui aborde des questions concernant les jeunes et NOUS TOUS...

 

farnieres festiclip 003 farnieres festiclip 004

 

 farnieres festiclip 005 farnieres festiclip 006

 

40 heures d’intenses émotions

Les jeunes se sont exercés à des situations et à des rôles qu’ils ne pratiquaient pas habituellement. Ils peuvent jouer et mesurer les « en-jeux ». Les questions politiques étaient très présentes : être capable de résister aux injustices et proposer des changements, disposer d’espaces de parole pour construire des actions avec d’autres.

 

Quarante heures et de nombreux fous-rires plus tard, le message délivré par ces jeunes est « en boite », prêt à vivre et à susciter le dialogue avec la société et nous tous. Eux, dans le mot grève, ils voient rêves, dans terreur ils voient erreur, dans réfugiés ils voient préjugés.

 

 

Georges Nihoul
Académie Citoyenne Farnières
18 mai 2016

 

 

Témoignages de jeunes

 

Guillaume, 15 ans : « 4 jours pour écrire, tourner et monter ce projet entre jeunes est un moment plein de bonheur car nous pouvons dire ce que nous avons à dire et le partager. Un projet comme celui-ci est vraiment très enrichissant car nous pouvons aussi découvrir et redécouvrir différentes personnes et débattre sur nos idées pour notre monde. »

 

Léa, 15 ans : « C'est une activité enrichissante où on apprend à se connaitre et où on s'entraide. J'ai beaucoup aimé ce projet car nous étions une grande famille visant le même but, faire un clip en 4 jours. C'est un beau défi que nous avons relevé et réussi. »

 

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite