rentre scolaire 1 Mais comment un établissement prépare-t-il sa rentrée ? Bien sûr, on n’attend pas le dernier moment pour peaufiner l’accueil des élèves. Dans les deux semaines qui précèdent le jour J, il y a beaucoup à faire !

 

On ne le sait pas toujours, mais les établissements scolaires, y compris dans le réseau Don Bosco, sont ouverts bien avant l’arrivée des élèves. La direction et les responsables des divers secteurs anticipent cette arrivée afin que tout soit prêt. Les salles, les listes, les budgets, les déclarations, tout cela doit être vérifié. Et enfin, avec toute l’équipe éducative, en France du moins1, on prend une journée pour la programmation de l’année scolaire et une réflexion sur l’approche éducative et pastorale que l’on veut privilégier.

 

Derniers réglages et projets

Dans le primaire, comme à l’école Carlhian Rippert de Briançon, on revoit les listes et les attributions de salles et de classes ; on vérifie le programme éducatif et pastoral de l’année, on anticipe les diverses sorties et les concertations que cela nécessite.

 

rentre scolaire 3 C’est le moment où l’on commente les résultats de l’année passée, et où l’on peut exprimer des difficultés et aussi des projets (interdisciplinarité, réformes, animation pastorale, voyages...). On présente également les indications de l’Enseignement Catholique, les questions liées à la réforme du collège, du diocèse, du réseau Don Bosco.

 

L’accueil se vit aussi à travers une célébration : en début ou en fin de matinée comme à l’école Don Bosco Lille, ou au collège-lycée Don Bosco Nice.

 

Approche éducative et pastorale

Souvent aussi, comme à Don Bosco Marseille, ou à l’Institut Lemonnier de Caen, il y a un temps de réflexion sur l’approche éducative et pastorale qu’on veut privilégier au cours de l’année. A l’Estic, à Saint Dizier, notamment, une journée entière est consacrée à un thème en lien direct avec l’identité salésienne de la Maison : power-point sur la vie de Don Bosco, présentation de saint François de Sales et de sa spiritualité, réflexion autour de telle ou telle attitude qui caractérise tout éducateur salésien (accueil, bienveillance, respect, écoute, sanction « constructive », etc...), travail de groupe autour d’un des douze mots-clefs de la pédagogie salésienne. Avec des recours à des extraits de films tels que : La tête haute ou Fatima, par exemple, donnant l’occasion d’une « lecture salésienne » susceptible de rejoindre le plus grand nombre.

 

Un ton à donner

rentre scolaire 2 La convivialité est à l’honneur. Le repas de midi est soigné car ce moment de reprise doit donner le ton de l’année et motiver chacun. Ce temps d’échange fait une transition entre le temps des vacances et l’année scolaire qui débute. Chacun entre dans un autre rythme.

 

Ces temps de rencontre sont importants pour se redire l’esprit dans lequel on veut travailler. La parole du chef d’établissement est alors essentielle. Il convient de fédérer autour d’objectifs communs, à commencer par la manière d’accueillir les élèves. Si l’on veut vivre avec eux un bon climat de travail, de responsabilisation, développer un esprit de confiance et de joie, c’est d’abord entre adultes qu’il faut cultiver ce climat.

 

 

Jean-Noël Charmoille,
Salésien de Don Bosco,
Délégué de la Tutelle pour le réseau Don Bosco
8 septembre 2016

 

 

1 : En Belgique, la journée de pré-rentrée n’existe pas. Les diverses programmations pour l’année suivante doivent se faire en cours d’année précédente, lors d’une journée pédagogique. <revenir à la source>


Mot du jour

« En amour, écrit la romancière Zeruya Shalev, on cherche la plénitude, on croit qu’on aura atteint le comble de l’amour quand on ne sentira plus aucun vide. Quel paradoxe que ce besoin d’être plein… d’autant plus que nous sommes justement attirés par celui qui va nous affamer et non par celui qui va nous rassasier… »

Le véritable amour est celui qui donne faim. Plus on aime quelqu’un, plus on a faim de lui offrir de l’amour, et plus on a faim d’offrir de l’amour à d’autres. Voilà pourquoi l’amour entre époux est sacrement : il nous donne de faire l’expérience spirituelle de l’amour de Dieu. Aimer Dieu, c’est creuser sa faim, tandis que Dieu nous aime en creusant davantage notre faim.

Donne-nous, Père, notre faim quotidienne. « Seigneur, j’ai faim mais augmente en moi la faim ! »

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Le projet
Voir l'article

Mission à Tournai : Interview du directeur

Voir l'article

Campobosco : une invitation execptionnalle,
un film réalisé par les jeunes...
campobosco.fr

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...