toulon bon accueil jo paralympique 004 Du 5 au 20 septembre dernier, Paul a été l'un des dix-huit ambassadeurs que la délégation sportive de l'Enseignement Catholique (l'UGSEL) a envoyé aux Jeux Paralympiques de Rio. Ce jeune a tenu un journal de bord détaillé de son voyage. Elève de Bon Accueil à Toulon, sportir, excellent élève, et impliqué dans tous les projets, il suscite, depuis plusieurs années, l'admiration de ses camarades. C'est l'opération «Solida'Rio» qui lui a permis de réaliser ce formidable séjour au Brésil parmi les handisportifs français.

 

«Solida'Rio» est un projet porté par la fédération sportive et éducative de l'enseignement catholique (l'UGSEL) et par son Secrétariat Général. Un projet pour « promouvoir l'école inclusive, celle qui permet une prise en compte des besoins spécifiques de tous les élèves et notamment de ceux à besoins éducatifs particuliers ». Dans le cadre de ce projet, Paul est parti à Rio, comme représentant de la fédération du Sud. Ce voyage a permis à Paul en situation de handicap de « partager » sa passion pour le sport avec tous les élèves dans sa situation. Le journal de bord de Paul est un beau témoignage de vitalité.

« Une fois rentré en France, je me rends compte
de la chance que j’ai eue de vivre cette expérience. »

Pour Pierre Bonnefoy, chef de l'établissement, a encouragé le voyage de Paul : « Le collège Bon Accueil méritait bien d'avoir son ambassadeur à Rio ! L'implication de Paul dans toutes les activités sportives de l'établissement a été telle que sa sélection s'imposait ! ». La maman de Paul dira aussi : « Depuis son amputation liée à une grave maladie à l'âge de 7 ans, et jusqu'Aujourd'hui, on mesure tout le chemin parcouru, semé d’épreuves, bien sûr, mais jalonné de rencontres formidables, de gens exceptionnels qui l’ont soutenu, porté ! »

 

Journal de bord de Paul – les jours 10 et 11 

Jour 10, les athlètes français, formidables !

Réveil tranquille encore une fois avec des activités le matin jusqu'à 12h, et après on est partis en petits groupes pour le ping-pong de 16h jusqu'à 19h. Il y a 4 tables et toujours de l'action. Certains joueurs n’ont qu'une seule main, d’autres sont en fauteuil : c'est très intéressant.

club2

Après on est allé au Club France. Michael Jérémiasz nous a accueillis en nous faisant la bise à tous, même si on ne l'avait vu qu'une seule fois, on a tous pu faire une photo avec lui, lui demander des autographes...

club3

J'ai pu aussi rencontrer Théo Curin qui est un nageur de 16 ans amputé aux 4 membres. Il est juste incroyable ! Comme les autres athlètes. On commençait à partir quand ils nous ont appelés pour être sur la photo officielle avec tout le monde. Pendant ce moment on a chanté la Marseillaise, on a fait un claqué ... Bref vraiment, vraiment magnifique ; c'était monstrueux. Après on a eu une interview de Grégory Cuilleron pour « bloghandicap » Le soir on est rentrés en bus dans lequel il y avait une grosse ambiance entre nous et les brésiliens. On chantait comme des fous, tout et n'importe quoi et au final on a eu le dernier métro à 0h00.

Jour 11, le rugby fauteuil

Ce jour-là, sont arrivés Daniel Renaud, président de l’UGSEL et Pascal Balmand, président du Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique. Je suis parti avec eux pour le rugby fauteuil. On en a vu deux matchs. L’équipe de France jouait dans le 1er, mais elle a perdu. Ce sport me tente aussi beaucoup, c'est plutôt assez violent mais super à regarder. Il y a de belles actions. Ils arrivent à manœuvrer avec leur fauteuil à toute vitesse et pour certains ils le font à une main voire sans mains et ça c'est « ouf « ! Il y avait une ambiance monstrueuse dans le stade.
Et aujourd'hui, quels changements ?

Après ces 15 jours à Rio, je crois que j’ai changé. Je suis plus déterminé que jamais à courir, pour être le meilleur. Je suis inscrit pour un stage organisé par la FFH à Bourges pendant les vacances de la Toussaint. C’est un stage « JAP » (Jeunes A Potentiel).

Une fois rentré en France, je me rends compte de la chance que j’ai eue de vivre cette expérience.

Je voudrais remercier tous ceux qui m’ont permis de partir, l'Enseignement catholique, Nathalie Gaspard, de l’Apel Académique Nice-Corse, M Bonnefoy de l’Externat Bon Accueil à Toulon qui a soutenu ce projet. MERCI à tous !

Paul,
élève au collège Bon Accueil


Mot du jour

L’engagement humanitaire est un souci pour l’homme qui conduit à en prendre soin partout où il souffre. C’est une conscience récente qui amène certains à donner de leur temps pour rendre service dans des situations d’urgence ou durables de faim, de maladie, de guerre. Don Bosco déjà avait su engager ses jeunes dans la lutte contre le choléra lorsque ce fléau avait touché la ville de Turin en juillet 1854. Disposés à vivre cette solidarité, une cinquantaine de jeunes acceptent d’aller porter secours aux malades dans les maisons et les hôpitaux. Aujourd’hui, le volontariat international permet à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre cette solidarité. Toute éducation, pour être complète, doit ouvrir à cette dimension du service. La générosité existe, à condition de savoir l’encourager et la solliciter.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite