toulon bon accueil jo paralympique 004 Du 5 au 20 septembre dernier, Paul a été l'un des dix-huit ambassadeurs que la délégation sportive de l'Enseignement Catholique (l'UGSEL) a envoyé aux Jeux Paralympiques de Rio. Ce jeune a tenu un journal de bord détaillé de son voyage. Elève de Bon Accueil à Toulon, sportir, excellent élève, et impliqué dans tous les projets, il suscite, depuis plusieurs années, l'admiration de ses camarades. C'est l'opération «Solida'Rio» qui lui a permis de réaliser ce formidable séjour au Brésil parmi les handisportifs français.

 

«Solida'Rio» est un projet porté par la fédération sportive et éducative de l'enseignement catholique (l'UGSEL) et par son Secrétariat Général. Un projet pour « promouvoir l'école inclusive, celle qui permet une prise en compte des besoins spécifiques de tous les élèves et notamment de ceux à besoins éducatifs particuliers ». Dans le cadre de ce projet, Paul est parti à Rio, comme représentant de la fédération du Sud. Ce voyage a permis à Paul en situation de handicap de « partager » sa passion pour le sport avec tous les élèves dans sa situation. Le journal de bord de Paul est un beau témoignage de vitalité.

« Une fois rentré en France, je me rends compte
de la chance que j’ai eue de vivre cette expérience. »

Pour Pierre Bonnefoy, chef de l'établissement, a encouragé le voyage de Paul : « Le collège Bon Accueil méritait bien d'avoir son ambassadeur à Rio ! L'implication de Paul dans toutes les activités sportives de l'établissement a été telle que sa sélection s'imposait ! ». La maman de Paul dira aussi : « Depuis son amputation liée à une grave maladie à l'âge de 7 ans, et jusqu'Aujourd'hui, on mesure tout le chemin parcouru, semé d’épreuves, bien sûr, mais jalonné de rencontres formidables, de gens exceptionnels qui l’ont soutenu, porté ! »

 

Journal de bord de Paul – les jours 10 et 11 

Jour 10, les athlètes français, formidables !

Réveil tranquille encore une fois avec des activités le matin jusqu'à 12h, et après on est partis en petits groupes pour le ping-pong de 16h jusqu'à 19h. Il y a 4 tables et toujours de l'action. Certains joueurs n’ont qu'une seule main, d’autres sont en fauteuil : c'est très intéressant.

club2

Après on est allé au Club France. Michael Jérémiasz nous a accueillis en nous faisant la bise à tous, même si on ne l'avait vu qu'une seule fois, on a tous pu faire une photo avec lui, lui demander des autographes...

club3

J'ai pu aussi rencontrer Théo Curin qui est un nageur de 16 ans amputé aux 4 membres. Il est juste incroyable ! Comme les autres athlètes. On commençait à partir quand ils nous ont appelés pour être sur la photo officielle avec tout le monde. Pendant ce moment on a chanté la Marseillaise, on a fait un claqué ... Bref vraiment, vraiment magnifique ; c'était monstrueux. Après on a eu une interview de Grégory Cuilleron pour « bloghandicap » Le soir on est rentrés en bus dans lequel il y avait une grosse ambiance entre nous et les brésiliens. On chantait comme des fous, tout et n'importe quoi et au final on a eu le dernier métro à 0h00.

Jour 11, le rugby fauteuil

Ce jour-là, sont arrivés Daniel Renaud, président de l’UGSEL et Pascal Balmand, président du Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique. Je suis parti avec eux pour le rugby fauteuil. On en a vu deux matchs. L’équipe de France jouait dans le 1er, mais elle a perdu. Ce sport me tente aussi beaucoup, c'est plutôt assez violent mais super à regarder. Il y a de belles actions. Ils arrivent à manœuvrer avec leur fauteuil à toute vitesse et pour certains ils le font à une main voire sans mains et ça c'est « ouf « ! Il y avait une ambiance monstrueuse dans le stade.
Et aujourd'hui, quels changements ?

Après ces 15 jours à Rio, je crois que j’ai changé. Je suis plus déterminé que jamais à courir, pour être le meilleur. Je suis inscrit pour un stage organisé par la FFH à Bourges pendant les vacances de la Toussaint. C’est un stage « JAP » (Jeunes A Potentiel).

Une fois rentré en France, je me rends compte de la chance que j’ai eue de vivre cette expérience.

Je voudrais remercier tous ceux qui m’ont permis de partir, l'Enseignement catholique, Nathalie Gaspard, de l’Apel Académique Nice-Corse, M Bonnefoy de l’Externat Bon Accueil à Toulon qui a soutenu ce projet. MERCI à tous !

Paul,
élève au collège Bon Accueil


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e3

L’épreuve la plus difficile souvent citée est le harcèlement. Héloïse l’a particulièrement subi. « Tout le monde qui te regarde de haut en bas sur les réseaux sociaux, comme une pourriture, comme un déchet… Il faut respecter chaque personne au monde. » Et puis, il y a le racisme sous toutes ses formes.

Inès nous dit avoir reçu des paroles blessantes concernant ses origines. Elle s’interroge : « On se dit parfois qu’on n’est pas intégrée alors que si, peut-être que non. On ne sait pas très bien en fait. » Le métissage de Mélissa entraîne, pour elle aussi ,des réflexions sur les avantages et les inconvénient de sa situation qui la laisse sans voix. « Je ne sais pas que dire à part être outrée. »

Question : Face à ces paroles qui détruisent quelles paroles constructives sommes-nous capables d’opposer ?

Voir le 2 épisode de la saison 2 : Le poids des mots ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite