rencontre chefs etablissement 2016 003 Une première pour la rencontre de rentrée ! Chefs d’établissement et directeurs des maisons d’action sociale se sont rencontrés en septembre au Centre Jean Bosco, à Lyon. Cette rencontre avait pour thème : le bien-être au travail. Un thème à la mode. La plupart pensait n'avoir rien à apprendre... et pourtant : la qualité des échanges a permis des paroles en vérité sur le bien-être et son corollaire, le mal-être au travail. La question du sens était centrale.

 

Incarner les valeurs de Don Bosco dans le management

rencontre chefs etablissement 2016 001 Quel sens donner à son travail ? Jean-Jacques Montlahuc, directeur d’une agence de Team bulidng à Lyon, a accueilli avec bienveillance les questions qui habitent les participants. Comment réussir un travail collectif ? Comment élaborer un projet d'établissement fédérateur ? Comment s'y prendre pour incarner la valeur « confiance » ? Et comment intégrer ces valeurs dans un management d'équipe ?

L'intervention a été passionnante. Connaissant le terrain, Jean-Jacques Montlahuc a ressaisi chacune des questions à partir de cas concrets. Pour éviter de résumer trop sa pensée, une interview sera publiée prochainement sur le site don-bosco.net.

Dispositifs spécifiques : comment les établissements scolaires s’adaptent ?

rencontre chefs etablissement 2016 002 François Le Clère, directeur général du Valdocco, a, quant à lui, centré son intervention sur les dispositifs mis en place pour accompagner les jeunes en voie de décrochage dans les établissements scolaires. La chance du réseau Don Bosco est, en effet, de concilier des dispositifs différents au sein même d'un établissement. Exemple à Nice, à Lyon, à Argenteuil, à Caen. Quelle est l'articulation entre ces dispositifs et l'établissement scolaire ? Les exemples sont nombreux, chaque dispositif a présenté son fonctionnement et sa spécificité.

  • la classe relais de Lyon, le lycée Don Bosco et le Valdocco
  • la classe Rebond de Caen, l’Institut Lemonnier
  • la classe Slam de Nice, le lycée Don Bosco et le Valdocco
  • le dispositif CLIS
  • Adoval du Valdocco Argenteuil (hors l'établissement scolaire)

Ce fut l'occasion d'échanger sur les chances et les limites de chacun des systèmes. Pouvoir accueillir des jeunes en voie de décrochage tout en les maintenant dans l'établissement est une chance, mais cela ne va pas sans difficultés. Par exemple : comment accepter le retard régulier des jeunes ? Faut-il concevoir un règlement spécifique ? Comment échanger avec des éducateurs spécialisés qui ne parlent pas le « même langage » que les enseignants ? Comment travailler ensemble ? Comment éviter que le jeune soit stygmatisé ou qu'il ne se stygmatise lui-même ?

Au début de la session, on avait l'impression de travailler deux thèmes. Or, après avoir parcouru l'ensemble, on s'aperçoit que non. Si l'on favorise le bonheur au travail, on est plus à même d'accueillir des jeunes en difficulté.
Soulignons l'avancée notable de cette rencontre qui a permis à chacun de faire connaissance et de se rencontrer. On apprend beaucoup des autres. C'est la force et la richesse de ce réseau.

 

Des figures du réseau partent, d'autres arrivent 

Deux figures du réseau Don Bosco ont profité de cet été 2016 pour faire valoir leurs droits à la retraite : Gérard Schaffhauser quitte ainsi l’institut Don Bosco de Wittenheim (500 élèves), qu’il dirigeait depuis 22 ans. Pierre de Lansalut, lui, était à la tête, depuis la rentrée 2010, du collège Don Bosco de Gières (dans l’Isère, 850 élèves). Et aujourd’hui, Dominique Picques a pris le relais de Gérard, et Sandrine Roche de Pierre. C'est aussi Alain Beylot qui quitte sa mission de responsable de tutelle du réseau des établissements. Le père Jean Noël Charmoille le remplace à cette fonction. 

Six nouveaux établissements
s’associent au réseau Don Bosco 

Le réseau des frères du Sacré-Cœur, une congrégation fondée en 1821 à Lyon, se rapproche du réseau Don Bosco : il compte 6 établissements en France (Asnières, Lyon, Ecully, Sainte-Sigolène, Dunières et Saint-Chély-d’Apcher) pour un total d’environ 4 000 élèves. Le réseau accueille aussi l'établissement de Notre-Dame des Ardilliers à Saumur (49). Le père Jean-Noël Charmoille, salésien, les accompagnera durant les deux prochaines années. 

Les établissements de Rodez, associés depuis deux ans, passent aujourd’hui sous la tutelle des salésiens de Don Bosco.

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite