Jean Jacques Montlahuc Jean-Jacques Montlahuc, directeur d’une agence de Team building à Lyon, a échangé le 21 septembre sur les questions qui habitent les chefs d’établissement en exercice dans le réseau des établissements Don Bosco. Comment élaborer un projet d’établissement fédérateur ? Comment s’y prendre pour incarner la valeur « confiance » ? Et comment intégrer ces valeurs dans un management d’équipe ? Il a accepté de nous livrer quelques clés.

 

Don Bosco Aujourd’hui : Vous avez dit : un chef d'établissement doit être exemplaire. Quelle est la figure de l'exemplarité du chef d'établissement ?

Jean-Jacques Montlahuc 

 web : www.leteambuilder.com
blog : www.jeanjacquesmontlahuc.fr

Jean-Jacques Montlahuc : Un chef d’établissement exemplaire n’est pas une personne « parfaite ». C’est d’abord un chef d’établissement porteur d’une ambition forte pour son établissement et ses équipes, sachant mettre en cohérence son discours (projet, valeurs, principes de management) et ses actes au quotidien.

D.B.A. : Quelles sont les clés pour réussir un management collectif ?

J.-J. M. : Pour nous, la réussite du travail collectif passe par l’intégration de neuf postulats philosophiques qui constituent le cœur de notre approche. Tous doivent être pris en compte : un espace protégé, la vérité, la coopération, l’agilité, l’intégration de l’histoire, la confrontation à la réalité, l’exemplarité, la coresponsabilité, un idéal.

  • L’espace protégé

Il s’agit d’offrir à une équipe un cade sécurisé à l’intérieur duquel chacun pourra libérer sa parole, dire sa vérité, en toute sécurité. Cet espace est la garantie qu’en cas de difficulté ou d’erreur, chacun trouvera le soutien dont il a besoin, conformément à ces règles du jeu et principes de fonctionnement.

  • La vérité

Dire la vérité constitue une voie de transformation pour les équipes : les rigidités constituent l’ennemi principal du travail en équipe. Oser un regard de vérité sur soi-même, une parole authentique dans la relation avec les autres constitue la voie la plus efficace pour transformer en profondeur les habitudes et les routines d’une équipe.

  • L’agilité

Faire preuve d’agilité constitue la meilleure posture à adopter pour manager dans la complexité : il s’agit de résister à la tentation de vouloir tout comprendre et tout contrôler mais d’accepter les ambiguïtés, les paradoxes et les contradictions du système.

« résister à la tentation de vouloir tout comprendre et tout contrôler
mais d’accepter les ambiguïtés, les contradictions »

 

D.B.A. : Les valeurs portées par le projet d'établissement doivent être incarnées dans la pratique, dites-vous. Et comment ?

J.-J. M. : Des valeurs incarnées sont des valeurs que l’on retrouve au quotidien traduites en pratiques de management simples et connues de tous (par exemple comment accueillir un nouvel arrivant ? Comment faire un recadrage ?...). Chacun doit être en mesure de les observer dans les pratiques du chef d’établissement, sa façon de communiquer, de décider, d’animer...

« Un projet d’établissement fédérateur est un projet
impliquant la totalité de la communauté éducative »

 

D.B.A. : Comment élaborer un projet d'établissement qui fédère tous les acteurs éducatifs ?

J.-J. M. : Un projet d’établissement susceptible de susciter au mieux l’intérêt des acteurs éducatifs est un projet impliquant la totalité de la communauté éducative : direction, enseignants, personnels OGEC, parents (Via l’association APEL), voire les élèves.

Cela nécessite de :

  • constituer un groupe pilote d’une vingtaine de participants, sur la base du volontariat, avec toutes les parties prenantes représentées
  • envisager un travail spécifique qui se déploie à chaque niveau
  • clarifier dès le départ le mode d’arbitrage
  • prévoir, à plusieurs moments clés de la démarche, d’associer tous les acteurs de la communauté (même si celle-ci représente plusieurs centaines de personnes)
  • prévoir un moment festif et solennel, ouvert à tous, pour promulguer le projet.

D.B.A. : Lors de votre rencontre des chefs d'établissements du réseau salésien, quelque chose a retenu votre attention ?

J.-J. M. : Nous avons tout d’abord observé la grande qualité d’accueil dont vous avez fait preuve à notre égard. Nous avons également été touchés par vos échanges qui font de votre réseau un organisme vivant dans lequel l’information semble circuler et se partager, dans l’ouverture et le respect de l’autre.

Enfin ce qui a retenu notre attention c’est votre intérêt pour notre approche et ses neufs postulats qui vous ont naturellement interrogés et questionnés. Nous avons dialogué durant 45 minutes avec de nombreuses questions réponses. Nous sommes ravis de cela.

 

Propos recueillis par Hélène Boissière Mabille

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite