Jean Jacques Montlahuc Jean-Jacques Montlahuc, directeur d’une agence de Team building à Lyon, a échangé le 21 septembre sur les questions qui habitent les chefs d’établissement en exercice dans le réseau des établissements Don Bosco. Comment élaborer un projet d’établissement fédérateur ? Comment s’y prendre pour incarner la valeur « confiance » ? Et comment intégrer ces valeurs dans un management d’équipe ? Il a accepté de nous livrer quelques clés.

 

Don Bosco Aujourd’hui : Vous avez dit : un chef d'établissement doit être exemplaire. Quelle est la figure de l'exemplarité du chef d'établissement ?

Jean-Jacques Montlahuc 

 web : www.leteambuilder.com
blog : www.jeanjacquesmontlahuc.fr

Jean-Jacques Montlahuc : Un chef d’établissement exemplaire n’est pas une personne « parfaite ». C’est d’abord un chef d’établissement porteur d’une ambition forte pour son établissement et ses équipes, sachant mettre en cohérence son discours (projet, valeurs, principes de management) et ses actes au quotidien.

D.B.A. : Quelles sont les clés pour réussir un management collectif ?

J.-J. M. : Pour nous, la réussite du travail collectif passe par l’intégration de neuf postulats philosophiques qui constituent le cœur de notre approche. Tous doivent être pris en compte : un espace protégé, la vérité, la coopération, l’agilité, l’intégration de l’histoire, la confrontation à la réalité, l’exemplarité, la coresponsabilité, un idéal.

  • L’espace protégé

Il s’agit d’offrir à une équipe un cade sécurisé à l’intérieur duquel chacun pourra libérer sa parole, dire sa vérité, en toute sécurité. Cet espace est la garantie qu’en cas de difficulté ou d’erreur, chacun trouvera le soutien dont il a besoin, conformément à ces règles du jeu et principes de fonctionnement.

  • La vérité

Dire la vérité constitue une voie de transformation pour les équipes : les rigidités constituent l’ennemi principal du travail en équipe. Oser un regard de vérité sur soi-même, une parole authentique dans la relation avec les autres constitue la voie la plus efficace pour transformer en profondeur les habitudes et les routines d’une équipe.

  • L’agilité

Faire preuve d’agilité constitue la meilleure posture à adopter pour manager dans la complexité : il s’agit de résister à la tentation de vouloir tout comprendre et tout contrôler mais d’accepter les ambiguïtés, les paradoxes et les contradictions du système.

« résister à la tentation de vouloir tout comprendre et tout contrôler
mais d’accepter les ambiguïtés, les contradictions »

 

D.B.A. : Les valeurs portées par le projet d'établissement doivent être incarnées dans la pratique, dites-vous. Et comment ?

J.-J. M. : Des valeurs incarnées sont des valeurs que l’on retrouve au quotidien traduites en pratiques de management simples et connues de tous (par exemple comment accueillir un nouvel arrivant ? Comment faire un recadrage ?...). Chacun doit être en mesure de les observer dans les pratiques du chef d’établissement, sa façon de communiquer, de décider, d’animer...

« Un projet d’établissement fédérateur est un projet
impliquant la totalité de la communauté éducative »

 

D.B.A. : Comment élaborer un projet d'établissement qui fédère tous les acteurs éducatifs ?

J.-J. M. : Un projet d’établissement susceptible de susciter au mieux l’intérêt des acteurs éducatifs est un projet impliquant la totalité de la communauté éducative : direction, enseignants, personnels OGEC, parents (Via l’association APEL), voire les élèves.

Cela nécessite de :

  • constituer un groupe pilote d’une vingtaine de participants, sur la base du volontariat, avec toutes les parties prenantes représentées
  • envisager un travail spécifique qui se déploie à chaque niveau
  • clarifier dès le départ le mode d’arbitrage
  • prévoir, à plusieurs moments clés de la démarche, d’associer tous les acteurs de la communauté (même si celle-ci représente plusieurs centaines de personnes)
  • prévoir un moment festif et solennel, ouvert à tous, pour promulguer le projet.

D.B.A. : Lors de votre rencontre des chefs d'établissements du réseau salésien, quelque chose a retenu votre attention ?

J.-J. M. : Nous avons tout d’abord observé la grande qualité d’accueil dont vous avez fait preuve à notre égard. Nous avons également été touchés par vos échanges qui font de votre réseau un organisme vivant dans lequel l’information semble circuler et se partager, dans l’ouverture et le respect de l’autre.

Enfin ce qui a retenu notre attention c’est votre intérêt pour notre approche et ses neufs postulats qui vous ont naturellement interrogés et questionnés. Nous avons dialogué durant 45 minutes avec de nombreuses questions réponses. Nous sommes ravis de cela.

 

Propos recueillis par Hélène Boissière Mabille

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....

 

 


Mot du jour

Est-ce un enfant ou un chien qu’on appelle ?

C’est vrai qu’elle est un peu rétro, mais elle trouve que cette tendance de plus en plus répandue de vouloir nommer son enfant de façon très originale, d’utiliser le prénom pour en faire un être unique, risque de prêter le flanc aux moqueries, et surtout ôte au prénom tout son sens.

Pour elle, un prénom, c’est important. Il s’inscrit dans une culture, évoque une figure tutélaire, dit, par son étymologie, quelque chose de beau, et, par ce biais, fait entrer l’enfant dans la communauté des hommes et l’inscrit dans une longue lignée. Il se cherche aux sources de l’intime, pas dans une lecture récente, ou parmi les personnages d’une série télé. Choisir un prénom, ce n’est pas non plus le joyeux exercice de la fabrication d’un mot inédit.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages

Multimédia

Campobosco : une invitation execptionnalle,
un film réalisé par les jeunes...
campobosco.fr

Sur l’échiquier de la vie
(Prix du Public - FestiClip 2016)
www.festiclip.eu

Journées Mondiales Salésiennes Missionnaires 2017
Le clip d'introduction
(source : ANS)

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...