Benoit Goffin Benoit Goffin est directeur du collège Don Bosco de Woluwe Saint Lambert à Bruxelles. 1030 élèves entre 12 et 19 ans y sont scolarisés. Benoit Goffin connait bien la spécificité des systèmes d’enseignement français et belge. Il livre son témoignage.

 

Don Bosco Aujourd'hui : Quelle est la spécificité de l’enseignement libre en Belgique francophone ?

Benoit Goffin : Dans l’enseignement francophone belge, il y a l’enseignement laïc et l’enseignement religieux. Mais ce n’est pas comme en France, les conditions d’accès sont différentes : ici les parents peuvent inscrire leurs enfants comme ils le souhaitent sans qu’il y ait d’apport financier supplémentaire. Inscrire son enfant dans l’enseignement libre, est un choix philosophique des parents.
La différence au niveau des élèves est claire. Tout élève qui s’inscrit dans l’enseignement libre a 2h d’enseignement religieux dans son programme, tandis qu’un élève inscrit dans l’enseignement officiel doit faire le choix entre un cours de moral et un cours de religion au choix. Ou plutôt : ce qu’on appelait. Car depuis la rentrée, une des deux heures de religion ou de morale est devenue une heure de philosophie et de citoyenneté. Cette heure de citoyenneté a été appelée « cours de rien ». Ce qui a beaucoup fait rire.

« Ce qui fait la force de nos maisons, c’est le climat de travail. »

D.B.A. : Comment les professeurs de religion sont-ils recrutés ? Formés ?

Benoit Goffin 2 B.G. : Le cours de religion est dispensé par un formateur formé soit par une faculté de théologie soit par une haute école pastorale. Pour donner un cours de religion il faut obtenir le visa du chef de culte.

D.B.A. : Vous avez été enseignant en religion ?

B.G. : Pendant 20 ans, j’étais professeur de religion en rhétorique. Ce qui correspond à la classe de terminale chez vous en France. J’ai suivi en partie une formation d’histoire et en philosophie. J’ai rencontré Jacques Loew, à Fribourg. C’est une personnalité qui m’a fortement marqué. J’ai ensuite été Carme pendant un peu plus de trois ans.

D.B.A. : Comment avez-vous connu les salésiens ?

B.G. : J’ai enseigné dans un collège, de Charleroi. J’ai connu le père Viviers qui était directeur pendant 30 ans de la maison.

Ce qui fait la force de nos maisons, c’est le climat de travail. Quand je suis arrivé, je n’ai pas reconnu le charisme salésien tout de suite. Cela s’est fait lentement. C’est vraiment un travail de longue imprégnation qui respecte la personne et le parcours de chacun.

Quand on entre dans le réseau Don Bosco, on ne vous assomme pas avec de bonnes paroles autorisées. II y a un esprit de famille, une forme d’attention qui, petit à petit, se transmet. C’est ce qui interpelle le plus les nouveaux enseignants : cet esprit de famille. C’est ce que j’essaie de cultiver, maintenant. Aujourd’hui je ne fais que transmettre ce que j’ai reçu.

D.B.A. : Quels sont les mots-clés de Don Bosco qui vous tiennent le plus à cœur ?

B.G. : Parmi les mots clés de la pédagogie salésienne, le plus important à mes yeux, c’est la présence des uns aux autres.

D.B.A. : Et votre préoccupation ?

B.G. : Ce qui me frappe aujourd’hui c’est le grand désarroi des jeunes face à la question du sens. On leur donne de nombreuses possibilités de sens. Comment choisir ? Comment unifier ? Des écoles comme la nôtre, qui font appel à un fondateur, ont une spiritualité extraordinaire. Il faut absolument reformuler ce message pour les jeunes.


Mot du jour

synode des jeunes Don Bosco

Parole de jeunes : Ines

 

 

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Week-end Don Bosco jeunes et familles. Inscrivez-vous pour les 10 ans

      week end don bosco 2018 C'est une édition exceptionnelle du " Week-end Don Bosco jeunes et familles " qui se prépare : l'édition des 10 ans ! Il aura lieu du 30 octobre au 3 novembre dans les Alpes. Le réseau des anciens élèves se met au service des jeunes et des familles en proposant quatre jours de détente, de sport, de réflexion et de spiritualité au cœur du village-vacances AEC de Samoëns (Haute-Savoie). Cinq jours à la montagne… et à la salésienne !

      Lire la suite

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite