bailleu citoyennete eleves ouest 006 Ils sont délégués, ils ont des idées, ils ont envie de prendre des responsabilités. Près de quarante jeunes venus du Nord de la France, issus du réseau des établissements scolaires de Bailleul, de St-Dizier et de Bruxelles se sont réunis dans l’établissement Saint-Marie de Bailleul pour échanger autour du projet Défi citoyenneté.

 

Dès le matin, on retrouve les ingrédients qui ont fait le succès des premières rencontres du Défi Citoyenneté autour de Jefferson. Ce maire de la République des Enfants de Bogota, venu en 2015, a laissé des traces dans le souvenir des jeunes de Bailleul. Pour Coralie, « c’est son énergie, sa motivation communicative ». Le Père Daniel Federspiel, provincial, présent à ce rassemblement, le rappelle : « Jefferson vous a invité à devenir des leaders positifs, à vous engager à prendre des responsabilités. »

Les jeunes participants viennent des classes de seconde ou 1ère année (CAP et bac PRO) de quatre établissements salésiens : l’ensemble scolaire Ste Marie de Bailleul, Notre Dame d’Annay de Lille, l’ESTIC de St DizierWoluwé saint-Pierre de Bruxelles. En tout, une quarantaine de jeunes, prêts à relever le défi citoyenneté auprès de leurs camarades et vis-à-vis d’eux-mêmes. Il ne suffit pas de vouloir être leader, il s’agit aussi de s’en croire capable. L’enjeu de cette journée régionale est de permettre à chacun, à travers les témoignages, les rencontres et les animations, de tracer à sa manière, avec sa personnalité, son chemin de citoyen au lycée.

« Nous n'avons pas de projet pour vous, nous avons des projets avec vous »

Le défi citoyenneté 

 L’équipe qui travaille depuis deux ans sur le Défi Citoyenneté en améliore, les outils, les animations, les compétences. Elle est composée de Mickael Taillepierre, le chargé de mission pour le Défi Citoyenneté ; Sr Anne Orcel et  le Père Xavier Ernst, délégués provinciaux à la pastorale ; et le Père Vincent Grodziski, délégué provincial à la communication.

Le Père Daniel rappelle les objectifs du Défi citoyenneté et la raison d’être de ce rassemblement : « Le Défi Citoyenneté implique un changement important, un changement dans la mentalité des élèves, des adultes. Il faut créer des espaces temps spécifiques, une communication, une dynamique d'ensemble. C'est pourquoi on appelle cela un défi, car ce n'est pas simple, ce n'est pas en cliquant des doigts que l'on rentre dans cette dynamique de responsabilisation. »

L’objectif de cette rencontre est triple :

  • Donner des repères sur Don Bosco et la prise de responsabilité des jeunes
  • Travailler sur la charte de classe
  • Donner des clés pour l’acquisition d’un leadership, l’animation de groupes.

Tous différents ! A chacun son leadership

La table ronde à Sainte-Marie de Bailleul a rassemblé des jeunes en responsabilité, très différente les unes des autres. Le leadership est singulier. C’est ce que la table ronde a illustré. Il y a Marion, élève à l’Estic, à Saint-Dizier : elle incarne le rôle de leader avec conviction. Véritable chef d’orchestre, elle prend de nombreuses responsabilités : représentante, porte-parole, confidente, manageur... : « Les élèves font confiance : vous avez de l'importance pour eux », s’adressant à l’ensemble des délégués. Il y a Coralie, de Sainte-Marie, portée par le souci du collectif : « Pour que chacun tienne son rôle, il faut s’organiser, communiquer. On saura qui a telle responsabilité. Jefferson m’a marquée quand il a dit de ne pas abandonner même quand on est en bas. » Et puis, Léa, de Notre Dame d’Annay, qui se réjouit de la création d’un CVL (Conseil de vie lycéenne) dans son lycée pour casser la frontière prof-élève : « On fait des projets pour lancer des actions menées à la fois par des élèves et des professeurs ». Il y a enfin, Nassim et Sala, deux élèves de Woluwé Saint-Pierre, venus témoigner de leur rôle particulier au sein du Conseil de Citoyenneté. Créateurs d’une charte de droits et de devoirs, ils portent sur leurs épaules, avec l’ensemble du Conseil, les règles du vivre ensemble au sein de l’établissement : pour eux, les problèmes de discipline, harcèlement, etc... peuvent être réglés par les élèves parce qu’ils sont beaucoup plus conscients de ce qui se passe dans la cours que les adultes.

bailleu citoyennete eleves ouest 004 Marion, de l’ESTIC à St-Dizier, partage ses responsabilitésbailleu citoyennete eleves ouest 005 Sala (Woluwé St Pierre) présente le projet « école citoyenne »

 

Développer des compétences chez les élèves

bailleu citoyennete eleves ouest 001 Après le témoignage des jeunes, place aux ateliers de formation. Il s’agit d’outiller les élèves pour qu’ils travaillent sur leur savoir-être. Pour développer un leadership, il faut se débarrasser de toutes les représentations que chacun peut avoir. « Lui, il veut faire son chef !... Pourquoi ce serait « mal » de « vouloir faire le chef » si c’est pour aider les autres à l’être eux-mêmes », rappelle Xavier Ernst, animateur d’un atelier. Cette idée, de devenir chef pour motiver les autres, s’est concrétisée durant cette journée autour de trois ateliers :

  • Une charte de classe : les enjeux et les contenus autour du projet « Ecole citoyenne », présentés par Christophe Lejeune de Woluwé Saint-Pierre,
  • Une animation autour du “vivre ensemble” : des jeux coopératifs animés par Xavier pour découvrir les différents styles de leadership
  • Des techniques d’animation et d’expression : des mises en scènes reprises de situations réelles animées par Marion.

Pendant ce travail des jeunes, le Père Federspiel animait l’atelier avec les adultes : Comment accompagner les jeunes sans faire les projets à leur place ?

« Il y a tant d'énergies et de bonnes choses dans les classes du primaire : des mises en responsabilité des élèves, des espaces « jeux-libres », des rôles attribués... Or, au collège, tout cela est mis de côté, supprimé. On demande aux enfants de rentrer dans un système. Ce que je regrette, c’est l'uniformité des propositions. Est-ce qu’on aurait les moyens de créer des espaces, de valoriser la singularité des propositions, d’envisager positivement les initiatives ? »

En fin de journée, les délégués se sont réunis par établissement pour réfléchir, avec les adultes accompagnateurs, aux pistes à venir. Le Défi Citoyenneté prend évidemment tout son sens au moment des élections. Et le Père Daniel de lancer aux jeunes : « La société de demain, ce n'est pas vous qui allez la faire, mais ce n'est pas sans vous qu’elle se fera. »

 


Mot du jour

Une note sur une feuille pour un devoir rendu. Une feuille exhibée sous les yeux de tous les autres. Une feuille tenue avec mépris entre deux doigts et puis jetée sur ma table, sous mes yeux. J’ai compris. J’ai eu « zéro ». C’est ce que je vaux. C’est ce que je suis. Un zéro. Un raté, un moins que rien. Le « zéro » n’a aucune réalité ; il n’existe même pas. En rouge, et souligné deux fois, avec un point d’exclamation juste après. Ce n’est même pas une humiliation, c’est une négation. Je suis du néant, perdu dans le néant. Alors, j’essaie de disparaître, de me fondre. J’ai envie qu’on m’oublie.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite