ste marie bailleul projet ecole de musique 001 Comment (re)donner du sens au travail scolaire à des jeunes de lycée pro ? réponse à Sainte Marie de Bailleul, où les élèves travaillent ensemble sur le même projet durant un an. Il s’agit d’un vrai projet, répondant à une demande réelle de la mairie : transformer un ancien orphelinat en école de musique. Comment se déroule l’apprentissage ? Quels sont les impacts sur les jeunes ? L’équipe pédagogique témoigne de cette expérience innovante qui attire l’attention des centres de recherche pédagogique de la région.

 

En quoi consiste ce projet « école de musique » ?

L'objectif est de transformer un ancien orphelinat d'environ 800m² maintenant abandonné depuis une dizaine d'années en école de musique intercommunal. Nous proposons aux élèves dans le cadre de leur projet d’études de travailler sur la réhabilitation de la future école de musique de Bailleul avec, comme maître d'œuvre, la mairie de Bailleul. Ce projet sert de support pour l’évaluation des compétences professionnelles pour l’obtention du BEP « études du Bâtiment » et Bac pro « Technicien d’études du bâtiment ». Dans la classe, se met en place un fonctionnement de type bureau d’études. Et toutes les évaluations se font en situation de travail.

Pourquoi cette initiative ? Quel constat est à l’origine de cette action ?

A l’entrée en seconde, une classe de bac professionnel est composée d’élèves très différents : une majorité est en passe de décrochage scolaire pour divers raisons : handicaps, troubles de l’apprentissage, conflits éducatifs, démotivations scolaires... Ces élèves ont une relation conflictuelle avec l’école, un manque de confiance en soi et en l’adulte. Dans ce contexte, la mise en place d’une stratégie éducative et pédagogique globale, active, sur trois ans est indispensable : remobilisation, acquisition, immersion dans une situation d’apprentissage réelle. « L’autonomie que l’on nous accorde en classe est géniale » nous a dit Roman, 1ère. « Je m’entends bien avec mes profs, alors que cela n’a pas été toujours le cas ! ». Notre chance est de travailler avec la mairie de Bailleul qui nous offre des projets, pose ses exigences, et, en fin de parcours, expose les travaux des élèves dans la salle municipale.

ste marie bailleul projet ecole de musique 002 ste marie bailleul projet ecole de musique 003

 

Pouvez –vous nous en dire plus sur cette stratégie éducative et pédagogique ?

Une réflexion est menée, chaque année, pour permettre à nos intuitions éducatives et pédagogiques de devenir des intentions structurées. Cela permet ainsi de faire évoluer nos pratiques. Notre stratégie est le résultat de plus de dix années de travail. Elles sont en perpétuelle évolution.

Quelles sont les grandes lignes de votre progression ?

En seconde nous visons à installer une confiance mutuelle (élève/enseignant, élève/élève) pour aider l’adolescent à reprendre confiance en soi et en son avenir professionnel. C’est une phase clé. En classe de première, la relation de confiance installée va se transformer en un accompagnement, qui vise à autonomiser l’élève, pour atteindre petit à petit une posture professionnelle en lien avec le domaine étudié. C’est en terminale que la posture de l’enseignant change complètement. En effet l’enseignant va agir au milieu du groupe comme un collaborateur conseillant ses membres d’équipe en vue de la production d’un travail de niveau professionnel.

Comment se passe l’apprentissage, l’évaluation des compétences ?

ste marie bailleul projet ecole de musique 004 La structure et l’organisation du projet sont calquées sur le travail réalisé en bureau d’études de maitrise d’œuvre. Nous suivons ainsi toutes les étapes chronologiques d’un dossier type de conception d’ouvrage. Les élèves partent de la demande du client, la mairie de Bailleul et s’inscrivent dans les différentes étapes du projet. Ils constituent un dossier complet détaillant les solutions techniques retenues. Au cours de ces étapes, les élèves peuvent décider de valider certains travaux associés à une compétence professionnelle particulière pour la validation de leur diplôme (BEP études du bâtiment et Bac pro technicien d’études du bâtiment).

Ils présentent leur projet sur un portfolio numérique, un book professionnel mettant en avant les productions réussies.

Nous tenons à rendre possible l’évaluation au moment où le jeune se sent prêt. C’est lui qui décide d’être évalué, au moment où il le souhaite, pas au moment où nous le souhaitons. Un bilan de compétences est réalisé à chaque fin d’année scolaire lors d’un entretien individuel pour aider l’élève à se positionner sur ses acquis.

Quels sont les objectifs visés ?

Cette stratégie éducative et pédagogique globale vise à donner plus de sens aux enseignements Car elle propose une application concrète des cours professionnels et généraux. Cela permet aux élèves de s’inscrire dans une perspective concrète de poursuites d’études (BTS le plus souvent) et/ou d’entrée dans la vie active (dessinateur projeteur). En fin de terminale, la majorité des élèves arrivent à se positionner sur leurs acquis et sont capables de définir clairement leurs compétences professionnelles.

 Témoignages

Laurine, 1ère : « Le fait de travailler avec une vrai client nous donne une responsabilité. »

Léa, 1ère : « La méthode est bien car on prend confiance en nous »

Benjamin, 1ère : « Je me sens bien ici, on se croit plus en entreprise qu’au lycée et j’aime ça. »

Eva-Juliette, 1ère : « Je trouve que cette sensation d’être « Adulte responsable » est très enrichissante et motivante. »

Quels sont les effets recherchés pour les élèves ?

Pour les élèves, le projet vise à augmenter la motivation en donnant plus de sens aux enseignements dispensés. Il va également aider à renforcer la confiance en soi vis-à-vis de ses capacités, l’estime de soi dans un groupe. L’élève va acquérir une autonomie de travail sur projet et un regard critique sur ses productions professionnelles en fonction des attentes en entreprise. Le jeune peut ainsi mûrir un vrai projet professionnel et une poursuite d’études en accord avec ses désirs et ses possibilités.

Et au niveau de la classe, l’établissement ?

Pour la classe, le fonctionnement de type bureau d’études permet de renforcer les liens et l’esprit collaboratif dans la classe et entre les différents niveaux grâce aux travaux de groupe interclasses.

Pour l’école, la diffusion de cette façon de travailler auprès de toute l’équipe pédagogique (professionnelle et générale) des classes de Technicien d’études du bâtiment donne un sens global à tous les enseignements.

Quelle est la perspective de cette méthode de travail ?

Suite aux inspections académiques et réunions d’équipe pédagogique menées depuis décembre 2015, le projet fait l’objet d’une demande d’expérimentation auprès du service des innovations de l’Education Nationale. Le Laboratoire des Innovations Pédagogiques de l’Université du Littoral Côte d’Opale s’intéresse également à notre façon de travailler avec les élèves pour une réflexion d’application possible dans leurs cours.

L’équipe pédagogique professionnelle du lycée Ste Marie communique en détail sur sa stratégie pédagogique et éducative. En échange, la faculté joue le rôle de conseiller pour améliorer le travail existant et apporter de nouvelles idées ou outils (portfolio numérique par exemple).

La faculté à également mis en relation le lycée Ste Marie et des étudiants chercheurs en sciences de l’éducation pour que le projet fasse l’objet d’une recherche-action axée sur l’impact qu’il peut avoir sur le domaine conatif : motivation, confiance en soi, estime de soi.

 

L’équipe pédagogique du domaine professionnel du bâtiment :
Benoît Lemoine, Matthieu Nison, Pascal Pasquer, Jean-Noël Retaux, Jonathan Wyckaert


Mot du jour

Une note sur une feuille pour un devoir rendu. Une feuille exhibée sous les yeux de tous les autres. Une feuille tenue avec mépris entre deux doigts et puis jetée sur ma table, sous mes yeux. J’ai compris. J’ai eu « zéro ». C’est ce que je vaux. C’est ce que je suis. Un zéro. Un raté, un moins que rien. Le « zéro » n’a aucune réalité ; il n’existe même pas. En rouge, et souligné deux fois, avec un point d’exclamation juste après. Ce n’est même pas une humiliation, c’est une négation. Je suis du néant, perdu dans le néant. Alors, j’essaie de disparaître, de me fondre. J’ai envie qu’on m’oublie.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Pierre Favre, ancien chanteur des Garçons Bouchers
devenu bénévole au Secours Catholique
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview de Paul
Voir l'article

« On va tout faire pour »
par les élèves de Lyon-Pressin
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • International

    • Label salésien : Rebattre les cartes de la nutrition

      lappel nutrition tchad 004 Depuis trente ans, l’association Appel Durance œuvre pour lutter contre la malnutrition des enfants au Tchad, en partenariat avec les villageois. Cette association utilise la méthodologie des « Nutricartes » qui obtient de très bons résultats. Don Bosco Aujourd’hui a voulu en savoir plus et a interviewé sa présidente, Anne Vincent.

      Lire la suite

    • Salvador - Terre des Jeunes : une association pour les jeunes de la rue

      terre des jeunes 000 En 2011, dans le cadre de ses études en sociologie sur les enfants des rues, Simon-Pierre Escudero part au Salvador pour un travail recherche. À ce moment là, plus aucune institution ne travaille directement auprès de ces enfants. Depuis, il a fondé une association et il travaille dans les “quartiers chauds” avec Victoria, salésienne coopératrice, salvadorienne.

      Lire la suite

    • Congo : Comment soutenir l’emploi ?

      rdc via don bosco 001 La République Démocratique du Congo est le premier pays partenaire de VIA Don Bosco. Aujourd’hui, les relations avec le Congo sont toujours privilégiées. L’ONG soutient l’emploi des jeunes qui sortent des écoles de formation professionnelle du réseau Don Bosco.Logo video80

      Lire la suite

    • En Croatie, cicatrices de la guerre et espoirs salésiens

      don bosco croatie 004 Les Salésiens sont en Croatie depuis 1914. Le pays a connu de grands bouleversements depuis le début du siècle avec la dictature de Tito puis la guerre d’indépendance. Le témoignage du père Goran Antunovic, 32 ans, Salésien à Rijeka, donne un aperçu de la situation actuelle des religieux et de l’Eglise du pays.

      Lire la suite

  • Société

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite

    • Pour une écologie authentique

      ecologie authentique ressins 002 « Tout changement a besoin d’un chemin éducatif » plaide le Pape dans l’encyclique « Laudato Si’ ». Elèves en établissement agricole ou horticole, enseignants, mouvements de jeunesse, sont attentifs aux évolutions de l’écologie, mais il reste beaucoup à faire. Dans le réseau des établissements Don Bosco, on avance.

      Lire la suite