ste marie bailleul projet ecole de musique 001 Comment (re)donner du sens au travail scolaire à des jeunes de lycée pro ? réponse à Sainte Marie de Bailleul, où les élèves travaillent ensemble sur le même projet durant un an. Il s’agit d’un vrai projet, répondant à une demande réelle de la mairie : transformer un ancien orphelinat en école de musique. Comment se déroule l’apprentissage ? Quels sont les impacts sur les jeunes ? L’équipe pédagogique témoigne de cette expérience innovante qui attire l’attention des centres de recherche pédagogique de la région.

 

En quoi consiste ce projet « école de musique » ?

L'objectif est de transformer un ancien orphelinat d'environ 800m² maintenant abandonné depuis une dizaine d'années en école de musique intercommunal. Nous proposons aux élèves dans le cadre de leur projet d’études de travailler sur la réhabilitation de la future école de musique de Bailleul avec, comme maître d'œuvre, la mairie de Bailleul. Ce projet sert de support pour l’évaluation des compétences professionnelles pour l’obtention du BEP « études du Bâtiment » et Bac pro « Technicien d’études du bâtiment ». Dans la classe, se met en place un fonctionnement de type bureau d’études. Et toutes les évaluations se font en situation de travail.

Pourquoi cette initiative ? Quel constat est à l’origine de cette action ?

A l’entrée en seconde, une classe de bac professionnel est composée d’élèves très différents : une majorité est en passe de décrochage scolaire pour divers raisons : handicaps, troubles de l’apprentissage, conflits éducatifs, démotivations scolaires... Ces élèves ont une relation conflictuelle avec l’école, un manque de confiance en soi et en l’adulte. Dans ce contexte, la mise en place d’une stratégie éducative et pédagogique globale, active, sur trois ans est indispensable : remobilisation, acquisition, immersion dans une situation d’apprentissage réelle. « L’autonomie que l’on nous accorde en classe est géniale » nous a dit Roman, 1ère. « Je m’entends bien avec mes profs, alors que cela n’a pas été toujours le cas ! ». Notre chance est de travailler avec la mairie de Bailleul qui nous offre des projets, pose ses exigences, et, en fin de parcours, expose les travaux des élèves dans la salle municipale.

ste marie bailleul projet ecole de musique 002 ste marie bailleul projet ecole de musique 003

 

Pouvez –vous nous en dire plus sur cette stratégie éducative et pédagogique ?

Une réflexion est menée, chaque année, pour permettre à nos intuitions éducatives et pédagogiques de devenir des intentions structurées. Cela permet ainsi de faire évoluer nos pratiques. Notre stratégie est le résultat de plus de dix années de travail. Elles sont en perpétuelle évolution.

Quelles sont les grandes lignes de votre progression ?

En seconde nous visons à installer une confiance mutuelle (élève/enseignant, élève/élève) pour aider l’adolescent à reprendre confiance en soi et en son avenir professionnel. C’est une phase clé. En classe de première, la relation de confiance installée va se transformer en un accompagnement, qui vise à autonomiser l’élève, pour atteindre petit à petit une posture professionnelle en lien avec le domaine étudié. C’est en terminale que la posture de l’enseignant change complètement. En effet l’enseignant va agir au milieu du groupe comme un collaborateur conseillant ses membres d’équipe en vue de la production d’un travail de niveau professionnel.

Comment se passe l’apprentissage, l’évaluation des compétences ?

ste marie bailleul projet ecole de musique 004 La structure et l’organisation du projet sont calquées sur le travail réalisé en bureau d’études de maitrise d’œuvre. Nous suivons ainsi toutes les étapes chronologiques d’un dossier type de conception d’ouvrage. Les élèves partent de la demande du client, la mairie de Bailleul et s’inscrivent dans les différentes étapes du projet. Ils constituent un dossier complet détaillant les solutions techniques retenues. Au cours de ces étapes, les élèves peuvent décider de valider certains travaux associés à une compétence professionnelle particulière pour la validation de leur diplôme (BEP études du bâtiment et Bac pro technicien d’études du bâtiment).

Ils présentent leur projet sur un portfolio numérique, un book professionnel mettant en avant les productions réussies.

Nous tenons à rendre possible l’évaluation au moment où le jeune se sent prêt. C’est lui qui décide d’être évalué, au moment où il le souhaite, pas au moment où nous le souhaitons. Un bilan de compétences est réalisé à chaque fin d’année scolaire lors d’un entretien individuel pour aider l’élève à se positionner sur ses acquis.

Quels sont les objectifs visés ?

Cette stratégie éducative et pédagogique globale vise à donner plus de sens aux enseignements Car elle propose une application concrète des cours professionnels et généraux. Cela permet aux élèves de s’inscrire dans une perspective concrète de poursuites d’études (BTS le plus souvent) et/ou d’entrée dans la vie active (dessinateur projeteur). En fin de terminale, la majorité des élèves arrivent à se positionner sur leurs acquis et sont capables de définir clairement leurs compétences professionnelles.

 Témoignages

Laurine, 1ère : « Le fait de travailler avec une vrai client nous donne une responsabilité. »

Léa, 1ère : « La méthode est bien car on prend confiance en nous »

Benjamin, 1ère : « Je me sens bien ici, on se croit plus en entreprise qu’au lycée et j’aime ça. »

Eva-Juliette, 1ère : « Je trouve que cette sensation d’être « Adulte responsable » est très enrichissante et motivante. »

Quels sont les effets recherchés pour les élèves ?

Pour les élèves, le projet vise à augmenter la motivation en donnant plus de sens aux enseignements dispensés. Il va également aider à renforcer la confiance en soi vis-à-vis de ses capacités, l’estime de soi dans un groupe. L’élève va acquérir une autonomie de travail sur projet et un regard critique sur ses productions professionnelles en fonction des attentes en entreprise. Le jeune peut ainsi mûrir un vrai projet professionnel et une poursuite d’études en accord avec ses désirs et ses possibilités.

Et au niveau de la classe, l’établissement ?

Pour la classe, le fonctionnement de type bureau d’études permet de renforcer les liens et l’esprit collaboratif dans la classe et entre les différents niveaux grâce aux travaux de groupe interclasses.

Pour l’école, la diffusion de cette façon de travailler auprès de toute l’équipe pédagogique (professionnelle et générale) des classes de Technicien d’études du bâtiment donne un sens global à tous les enseignements.

Quelle est la perspective de cette méthode de travail ?

Suite aux inspections académiques et réunions d’équipe pédagogique menées depuis décembre 2015, le projet fait l’objet d’une demande d’expérimentation auprès du service des innovations de l’Education Nationale. Le Laboratoire des Innovations Pédagogiques de l’Université du Littoral Côte d’Opale s’intéresse également à notre façon de travailler avec les élèves pour une réflexion d’application possible dans leurs cours.

L’équipe pédagogique professionnelle du lycée Ste Marie communique en détail sur sa stratégie pédagogique et éducative. En échange, la faculté joue le rôle de conseiller pour améliorer le travail existant et apporter de nouvelles idées ou outils (portfolio numérique par exemple).

La faculté à également mis en relation le lycée Ste Marie et des étudiants chercheurs en sciences de l’éducation pour que le projet fasse l’objet d’une recherche-action axée sur l’impact qu’il peut avoir sur le domaine conatif : motivation, confiance en soi, estime de soi.

 

L’équipe pédagogique du domaine professionnel du bâtiment :
Benoît Lemoine, Matthieu Nison, Pascal Pasquer, Jean-Noël Retaux, Jonathan Wyckaert


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s2 e4

À la question : « Ce que je ne pourrais pas pardonner ? » la réponse fait quasiment l’unanimité : « la trahison ! ». Que ce soit en amitié ou en amour, c’est ce qui est pour les jeunes le plus difficilement pardonnable. « Quand tu me trahis, tu me plantes un couteau dans le dos. » nous dit Michelle

Maëva exprime bien que derrière cette immense déception de la trahison il y a la perte d’une importante valeur : la confiance. « Il n’y a pas de relation sans confiance. Une fois qu’elle est trahie, elle est très difficile à redonner. » Don Bosco a mis la confiance au cœur de son système éducatif. C’est dire son importance et la nécessité de la préserver dans la relation avec les jeunes.

Question : Les jeunes semblent nous dire que l’impardonnable est définitif. Cela pose pour nous la question de l’éducation au pardon et de sa dimension chrétienne. Voir le premier témoignage du film « Human » de Yann Arthus-Bertrand.

Voir le 4è épisode de la saison 2 : L’impardonnable ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Actualités

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite