don bosco paroisse vaulx en velin 2017 La communauté salésienne de Vaux-en-Velin, près de Lyon, a été créée en 2014 pour assurer l'animation de la paroisse. Ils sont quatre pères salésiens: Bernard Ringenbach, directeur, Frantisek Polak curé, Jean-Claude Mwema, responsable de l'aumônerie, et Charles Mwandundu, ordonné à Lyon en juin dernier, animateur d’un groupe paroissial : jeunes de lumière. Emmanuel Petit, salésien en formation, s’est joint à la communauté pour suivre les familles qui ont pris l'initiative du groupe des servants de messe dans la paroisse. Voici son témoignage.

 

Il était une fois, dans une cité de banlieue, et en un temps fort sécularisé, l’évangélisation de tout un groupe de familles qui s’unissent pour la foi de leurs enfants, grâce à l’intercession manifeste de Marie.

Les servants de messe, une renaissance à Vaux-en-Velin

Dans ce quartier qui, il y a trois ans encore, n'avait plus d'église, deux familles et un diacre permanent ont vaillamment tenté de relancer un groupe de servants. Ils sont maintenant une trentaine, avec une rencontre mensuelle à plus de 40 enfants (les frères et sœurs se joignent à la fête!). Pendant que les activités pour les plus petits battent leur plein, une dizaine de mères se réunissent pour prier et échanger ensemble, alors que les pères animent des activités sportives pour les ados. Ce qui pourrait être la banale histoire d'un groupe de copains dans un quartier tranquille est en fait assez remarquable: huit enfants ont fait leur baptême en janvier, deux familles ont retrouvé le chemin de la foi, une famille irakienne catholique immigrée nous a rejoints... Tout ça à Vaulx-en-Velin, la ville des émeutes de 1995.

Un groupe où vivre sa foi

Pour les parents, le groupe "est un espace où leurs enfants peuvent trouver, dans la liberté et la joie, un environnement où vivre leur foi". C’est important quand 45% de leurs copains à l'école ou au collège sont musulmans, et influencent nécessairement le comportement des autres. Nous organisons les pèlerinages à Fourvière (grand sanctuaire marial de Lyon), procession autour de l'église pour Marie, confessions régulières, animations de messe, mots du matin, bénédiction de Marie Auxiliatrice, du Saint Sacrement après chaque activité. Les plus grands demandent d'eux-mêmes à prendre en charge les plus petits lors des animations mensuelles du dimanche après-midi où les enfants viennent s'amuser. Ils partagent avec leur famille une éducation chrétienne... Vous aurez repéré au passage que tous les ingrédients spirituels des débuts du Valdocco sont présents... Mais XXIè siècle oblige, les parents se joignent aux salésiens et aux jeunes animateurs !

Le plus fabuleux, c'est que ce n'est pas nous qui avons organisé cette démarche : cela s'est dessiné sous nos yeux, sans qu'on ne le cherche même... Au début de chaque messe nous prions ensemble Marie, en fidélité à Don Bosco qui s'est toujours considéré comme un petit instrument dans ses mains. Nous croyons fermement que c'est ce "Je vous salue Marie" hebdomadaire qui est à l'origine de tous ces petits miracles, qui, mis bout à bout, font une superbe fleur !


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite