ecole citoyenne wsp bruxelles 002 Depuis octobre 2016, l’institut Don Bosco Woluwe Saint-Pierre à Bruxelles s’est lancé dans une nouvelle expérience avec les classes du secondaire : donner aux jeunes de 14-15 ans le rôle de législateur et de juge. Christophe Lejeune, coordinateur du projet « Ecole citoyenne », nous en explique le fonctionnement.Logo video80 

 

L’école citoyenne est un programme inspiré d’une idée de Bruno Derbaix, enseignant en philosophie, qui a eu comme élève Najim Lachraoui, le terroriste de l’aéroport de Bruxelles. Comme Bruno Derbaix à la Sainte-Famille d’Helmet, nous travaillons, à Woluwe Saint-Pierre, depuis près d’un an sur le projet Ecole citoyenne fondée sur la loi, le contrat social et la participation des jeunes.

Les essentiels 

1. Travailler le rapport aux règles
2. Favoriser l’émergence du bien commun
3. Respecter le principe d’équité et de justice
4. Valoriser les comportements citoyens

Première étape : la création de la loi

Comment ça marche l’école citoyenne ? La première étape, c’est construire la loi ensemble. Au début de l’année, nous avons réuni tous les élèves pour poser une question : comment allons-nous faire pour vivre ensemble, dans le respect, cette année ? Qu’est-ce qu’il faut pour que nous soyons heureux de venir en classe ? On a fait une liste de proposition par classe et les rapporteurs ont fait la synthèse de ces règles sur une affiche. Une fois cette première étape terminée, l’école s’est rassemblée lors d’un après-midi festif afin que la loi soit présentée à tous.

Deuxième étape : l’installation du conseil 

Après avoir construit la loi, on passe à la seconde étape qui est de vivre ensemble avec la loi. Avec des représentants jeunes et adultes, on a élu le conseil de citoyenneté.
Les élèves qu’on appellera plus tard les ceintures noires et les représentants des adultes se réunissent. C’est la partie évidemment lourde du projet. En général, on se réunit une heure et demie à deux heures par semaine.

Troisième étape : le conseil en exercice

Que fait le conseil de citoyenneté ? Il applique la loi. Cela veut dire accueillir les personnes qui ne respectent pas la loi, chercher des solutions ensemble et décider des réparations. Il y a une idée de conscientisation, de prise de responsabilité par rapport aux faits. Si on n’arrive pas à trouver une solution, le préfet (le CPE) ou la conseillère en éducation prend le relai. Mais très souvent le conseil de citoyenneté aborde des sujets liés à la vie de l’établissement pour en améliorer le cadre de vie.

Quatrième étape : la remise des bracelets citoyens

ecole citoyenne wsp bruxelles 001 L’idée des bracelets est de valoriser les élèves qui se sont comportés de manière respectueuse. Le conseil de citoyenneté donne son avis et on remet à chaque élève un petit bracelet de couleur. Pourquoi féliciter ? En général, on félicite le bon élève pour ses notes et on réagit négativement au mauvais élève. L’élève qui n’est pas particulièrement brillant, mais qui est actif, discret ou pas et qui a un bon comportement, celui-là on le félicite rarement. Et c’est justement là le but des montées des bracelets de différentes couleurs. C’est donner à ces élèves une place particulière dans l’école. Respecter la règle demande un effort aux élèves. Cet effort appelle une récompense.

 

 


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e7

À entendre nos jeunes interviewés, la famille est au cœur de tous les apprentissages. Parfois contradictoires. Apprendre « à faire confiance aux gens », « à ne faire confiance qu’à soi-même. », « à toujours me méfier », « à ne jamais dépendre de quelqu’un.

Au-delà de ces divergences, il y a un socle commun de valeurs. Les parents, ce sont eux qui apprennent la vie résume simplement Tiphaine. L’apprentissage du respect revient souvent associé à celui des valeurs. «Mes parents m’ont tout appris… Ils ont fait ce que je suis, la femme que je suis » souligne Anaïs. « Ils m’ont appris à être heureux, à être quelqu’un de bien » (Nicolas).

Question : L’apprentissage semble aller de soi au sein de la famille mais prenons-nous assez le temps de réfléchir à ce compagnonnage primordial ?

Voir le 7è épisode : Qu’as-tu appris de tes parents ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite