internat pouille fabrique a souvenirs 001 Au Campus de Pouillé, 76 % des lycéens sont internes, soit près de 400 jeunes. Chaque soir de la semaine, la vie s’organise entre travail scolaire, entraide, détente et repos. 14 éducatrices et éducateurs veillent sur les jeunes. Quelques internes témoignent maintenant de leur quotidien.

Nolan Ouvrard, terminale : « Je garde des souvenirs inoubliables que je souhaite à tous de vivre »

Lorsque je me suis installé un lundi 2 septembre 2014 à l’internat de Pouillé, beaucoup d’appréhension me submergeait. C’est alors que j’ai découvert la vie en collectivité et en autonomie. Aujourd’hui mon seul regret n’est plus que de devoir quitter l’internat.

Entre moment de travail et de détente, les trois années d’internat resteront des souvenirs inoubliables que je souhaite à tous de vivre.

Alexandre Davy, terminale : « L’internat développe l’esprit de cohésion »

Les trois années d’internat m’ont apporté de l’autonomie. Elles m’ont appris l’entraide avec mes camarades de classe et aussi avec les STAV (section agriculture). L’internat développe l’esprit de cohésion.

Elles m’ont aussi permis de m’ouvrir aux autres, de renforcer les liens avec mes amis. De mes trois années d’internat, je retiens la convivialité, une bonne ambiance et de bons moments passés entre amis.

Mathilde MALECOT, terminale : « Cette année à l’internat restera à jamais gravée »

Depuis mon arrivée à Pouillé, je suis interne sur le campus. La première année, nous étions 6 dans la chambre. Je ne vous raconte pas les soirées inoubliables que nous avons vécues ! Passage en première validé. Je poursuis avec deux colocataires. Ma vie à l’internat : soirées rires, boulot et prises de têtes sont au rendez-vous… mais cela fait partie du jeu.

Dernière étape, la terminale. Cette fois, c’est toute seule, avec un lit, une armoire, une fenêtre, un lavabo et un bureau que je me retrouve. Ce n’est pas une prison non plus, car durant ces trois années, des liens d’amitié sont nés. Des amitiés qui je l’espère résisteront au temps et à la distance.

internat pouille fabrique a souvenirs 003

Cette vie à l’internat se termine cette année, mais elle restera à jamais gravée.

Antoine Gallard, seconde : « Il faut que je me prenne en main »

Au début de l’année, je ne connaissais pas tout le monde, j’étais discret et j’essayais d’apprendre à connaître les autres internes de mon hébergement. Aujourd’hui, je connais tout le monde.

Au début de l’année, il faut prendre le rythme. Il m’a fallu quelques semaines pour m’adapter aux horaires, aux règles. Je faisais très attention pour arriver toujours en avance. Aujourd’hui, je me suis habitué à tout cela et tout se passe très bien. Je fais des sorties, je participe à des animations…

En semaine, il faut que je me débrouille seul car je n’ai plus mes parents qui sont derrière moi. Il faut que je me prenne en main.

J’apprécie les temps d’étude le soir, qui m’obligent à travailler. J’aime aussi le fait d’être toujours avec mes copains. Il y a de vrais liens qui se créent. Même si supporter 24h/24h certaines personnes peut être difficile, l’ambiance générale est très bonne et conviviale.

internat pouille fabrique a souvenirs 002
(Antoine au centre de la photo)

La soirée « Don Bosco » c’était super. Vivement la prochaine. Je ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai trouvé super que les profs, les éducateurs, les copains fassent des sketchs et présentent leurs talents. Tout se passe dans la bonne humeur.

Philippe Devanne
Educateur Référent de l’Internat
Campus de Pouillé

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

Tu m’as suivi, cette semaine ? Je te proposais un itinéraire de la terre vers le ciel… Don Bosco ne faisait-il pas cela, à longueur de temps, auprès de ses jeunes : leur indiquer le ciel ? Il avait parcouru l’itinéraire pour lui-même et ne cessait de rêver et de se tuer à y entrainer ses jeunes, tous les jeunes, surtout les plus pauvres, les plus exposés, les plus fragiles, les plus blessés…

En partant de ce monde qu’il avait tant aimé pour « aller au ciel », il disait à tous ses jeunes : « Je vous attends en paradis ».

Qu’il nous aide tous, tous les jours, à marcher, ensemble, avec joie, sur ce chemin. C’est ce à quoi nous sommes tous promis. Bonne route !

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre

Multimédia

École de Vie Don Bosco - Interview de
Bérénice de Bar le Duc
Voir l'article

Le train de la mémoire : Vers Auschwitz
Interview d'Elie Benarroch
Voir l'article

Extrait de la web série "Clameur"
inspiré de Laudato si' : Reportage
sur une initiative du Valdocco

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...