ressins lourdes 2017 005 Ils étaient plus de 800 jeunes venus à Lourdes, du 29 mai au 3 juin, de tous les coins du diocèse de Lyon. Parmi eux, 16 jeunes de Ressins, reconnaissables à leurs bobs jaune et blanc, se sont mis au service de malades. C’est ce qu’ils retiendront d’abord, les contacts avec les personnes malades et âgées lors des services de brancardage : elles sont heureuses de rencontrer des jeunes et le disent.

 

A retenir aussi comme temps fort, la matinée avec le chemin de croix médité en grimpant sur la colline, suivi d’un temps de silence et de réflexion personnelle qui s’est terminé par un geste de réconciliation : rencontre avec un prêtre, ou geste de purification avec de l’eau.

Plusieurs ont été impressionnés par le bain aux piscines, moment de lâcher prise entre les mains de ceux qui vous plongent. Ils ont aimé aussi la procession aux flambeaux, les milliers de petites flammes dans le noir. Enfin, il y eut les rencontres et témoignages, avec Mgr Barbarin, Mgr Gobillard et Tim Guénard. Plusieurs jeunes ont raconté ou écrit leurs impressions.

ressins lourdes 2017 001 ressins lourdes 2017 002

Laure : mes émotions à Lourdes

« Emouvante la procession lorsque le soir tombe sur les porteurs des flambeaux, en voiturettes ou à pieds. Et qui prient tout haut ensemble. Pour moi, la prière c’est quelque chose d’intime. Mais là, les gens s’entraident pour faire leur prière, ils s’accompagnent, avec des formules.

Emouvantes les rencontres : les gens sont simples et agréables, ouverts, on se parle parce qu’on fait partie d’une même grande famille, qui porte le nom de Lourdes. Convivialité, respect entre tous. Il y a de la joie de vivre, on a envie de faire connaissance. Les Irlandais sont communicatifs, ils cherchent le contact.

On ne se juge pas les uns les autres. On découvre nos différences, on connaît mieux ceux qu’on côtoie. Et j’ai découvert aussi des choses sur moi, mais je les garde pour moi. Quand on rentrera, on aura tous quelque chose de plus.

Pourquoi venir à Lourdes ? Pas pour éviter les cours, non ! Pour se ressourcer. Pour trouver la paix ! »

ressins lourdes 2017 003 ressins lourdes 2017 004

Carla : une chouette mamy. Elle ne parle que de bonheur

« Elle a 80 ans, on l’appelle Mamy, et c’est une vraie Mamy ! Elle adore parler de ses petits-enfants.

Elle souffre de trois cancers, le sein, les intestins, le cerveau. Loin de se plaindre, elle n’arrête pas de sourire, elle ne parle que de bonheur. C’est normal, dit-elle, « J’aime beaucoup rigoler » avec tous. Mais encore plus avec des jeunes. Dans sa tête elle est encore un enfant. Elle a le don de s’émerveiller, envie de jouer. Mais elle a aussi une belle complicité avec les jeunes. C’est pour cela qu’elle a repéré le groupe de Ressins avec ses bobs jaune et blanc, et qu’elle les a réclamés le soir de la grande procession. »

Carla, s’est attachée à elle après l’avoir rencontrée toute souriante dans la rue, et elle lui a offert un bracelet. Mamy a demandé une photo souvenir ensemble : « Cela me fera penser à toi, et je la garderai toujours, tu es mon ange gardien ».

Mamy est allée brûler un cierge en faisant cette prière : « Maintenant, je peux mourir en paix ».

A lire aussi sur Don Bosco Aujourd'hui....


Mot du jour

A Rome, les Salésiens de Don Bosco ont en charge les Catacombes Saint Calixte. On peut y voir une copie, en marbre, du chef d’œuvre du sculpteur italien Stefano Maderno : le martyr de Ste Cécile. Au début du 3e siècle, la jeune Cécile, mariée à Valérien, fut, à la suite de celui-ci, condamnée à mort et décapitée, pour avoir refusé d’adorer les dieux romains. Comment cette jeune femme est-elle devenue la patronne des musiciens ? La légende autour de sa vie raconte que « pendant qu’on la martyrisait, Cécile chantait à Dieu dans son cœur ». Qu’importe qu’elle ait chanté ou non, depuis le XVe siècle, nombre de peintres ont représenté la sainte avec un instrument, très souvent un orgue portatif ; et plusieurs musiciens, comme Gounod (messe solennelle de Ste Cécile) ou Chausson (Légende de Ste Cécile), l’ont honorée de leurs compositions. De nos jours encore, nombreuses sont les Harmonies qui portent son nom et font leur fête en l’honneur de la sainte.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite