polytechniciens animateurs 001 A l’école Polytechnique, les élèves commencent par une formation humaine pendant six mois qui peut être soit militaire, soit dans la société civile. Elyes et Valentin ont choisi de s’engager au Valdocco de Lyon. Impressions.

 

Des étonnements en arrivant au Valdocco ?

Le Valdocco 

Le Valdocco est un organisme à caractère social fondé sur les inspirations de la pédagogie de Don Bosco et dont les antennes se trouvent à Argenteuil, Nice, Lille, Lyon. Il fait partie du Réseau Don Bosco Action Sociale.

 

Le site : Le Valdocco

La page facebook du Valdocco

Elyes : Oui, la bonne ambiance au travail ! Même si je savais que j’étais dans le secteur de l’animation, je ne m’attendais pas à telle une ambiance décontractée. Les relations sont humaines et on travaille efficacement : un équilibre qui m’a surpris.

Valentin : Ma surprise a été plutôt du côté des jeunes accueillis à Laurenfance. C’est une sorte d’école adaptée : les jeunes sont placés là par la Justice ou l’Aide Social. Ils étaient dix jeunes de 13 à 17 ans. Pour le groupe des plus jeunes : on fait tout pour qu’ils réintègrent une formation, on essaye de leur donner envie d’apprendre, on les entraîne à respecter un cadre. On apprend aux 16-17 ans à faire un CV, une lettre de motivation, on les aide à passer leur permis moto.

Quelles découvertes avez-vous faites ?

Valentin : Nous avons découvert « la vie sans les parents » : le frigo vide, la lessive à faire, le ménage… Nous avons trouvé intéressant de connaître un peu plus ce qu’est la religion catholique. Je suis athée et, Elyes, est de religion musulmane,
polytechniciens animateurs 002

Et par rapport à Don Bosco, sa pédagogie ?

Elyes : J’ai lu sa biographie en arabe. Ce que j’apprécie chez Don Bosco, c’est le courage, la volonté d’aller là où ça va mal et où c’est difficile, et de ne pas avoir peur des rencontres, car c’est en ayant peur que ça devient difficile. Il va sur le terrain : on ne peut pas agir chez soi, à distance. Il faut se bouger vers ce qu’on veut changer et le changer par soi-même.

Valentin : Je ne peux pas faire de comparaison avec d’autres types d’approches pédagogiques, car c’est la première fois que je suis animateur. Mais la bienveillance chez Don Bosco m’a beaucoup plu.

« J’ai fait plus de rencontres pendant ces 6 mois
que pendant les 5 dernières années de ma vie. »

Que retenez-vous de ce stage pour votre vie ?

Elyes : J’encouragerai toutes les personnes à se déplacer et à faire des rencontres. J’ai fait plus de rencontres pendant ces 6 mois que pendant les 5 dernières années de ma vie. Chaque rencontre est un enrichissement, ça brise les préjugés, la peur, l’appréhension.

Valentin : Je n’avais pas les préjugés que l’on entend parfois dans les médias sur les « jeunes des banlieues ». Mais, au début, je pensais que les enfants seraient peut être assez durs, réticents et j’ai été surpris en animation de rue. Les enfants des banlieues, ce sont avant tout des enfants ; quand on leur propose un ballon, ils jouent. Ils demandent de l’affection. Même les jeunes de Laurenfance peuvent être par moments énervés, difficiles. Mais il y a plus de moments où ils sont super attachants et ça donne vraiment envie de les aider.

 


Mot du jour

Louez-le (Dieu) avec harpe et cithare ; Louez-le avec cordes et flûte ; Louez-le avec des cymbales sonores… Ps.150

Les instruments de musique ont été utilisés, dès les origines, pour soutenir la voix humaine ou pour rythmer les pas de danse. David dansait avec sa harpe devant l’arche d’Alliance. L’apparition des divers instruments est à mettre en parallèle avec l’évolution des technologies, jusqu’à nos jours où la musique de synthèse est omniprésente dans nos cités. Pourquoi une si grande diversité d’instruments ? Pour rompre la monotonie et pour enrichir la palette des sons. Car chaque instrument a son caractère, sa personnalité. C’est ce qui a inspiré Hector Berlioz pour l’écriture de son Traité d’Instrumentation et d’Orchestration, paru en 1844. On y découvre non seulement les caractéristiques des sons émis par chacun, mais aussi le rôle qu’il peut jouer dans l’expression des sentiments et des émotions. Pour que la vie soit belle, chacun de nous est invité à jouer sa partition.

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
edb pour le bien commun

Multimédia

Le train de la mémoire retour d'Auschwitz
Antoine, aumônerie d'Amboise.
Voir l'article

Sœur Pilar, Salésienne de Don Bosco témoingne
au week-end Don Bosco jeunes et familles
Voir l'article

Maud Fontenoy, marraine du 30è anniversaire de
l'association Diamond
Voir l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Les challenges sur internet sont-ils dangereux ?

      ice bucket challenge 001 Depuis de nombreux mois, les challenges ont pris une ampleur importante sur internet, sur les réseaux sociaux. On peut en trouver de tous types, du divertissant, à l’émouvant, en passant par le vulgaire ou le dangereux. Mais en quoi consiste un challenge ?

      Lire la suite

    • « J’ai peur que mon enfant se radicalise »

      radicalisation Contrairement à ce que croient beaucoup, les jeunes qui se radicalisent ne sont pas tous des maghrébins issus des quartiers sensibles de la banlieue, engoncés dans la délinquance, et qui voient dans l’adhésion à l’islam radical une manière de venger la déconsidération dont ils se sentent l’objet et de pouvoir ainsi acquérir une stature de héros.

      Lire la suite

    • « Apprends-moi la nature » en camp ou en classe

      apprends moi la nature 002 Jouer avec la nature est un chemin vers une pédagogie positive et bienveillante. L’objectif principal est de favoriser des moments de partage entre adultes et jeunes enfants autour de la découverte de la nature. L’idée est de percevoir la nature comme médiateur de jeux, de relations, de découvertes entre l’enfant et ses pairs. Les exemples sont nombreux : camp avec les scouts, classe verte ou classe d’intégration, comme à Farnières.

      Lire la suite

    • Le lien avec la nature chez Don Bosco, hier et aujourd’hui

      don bosco nature vignes 005 En visite à La Navarre où on faisait appel à lui pour reprendre un orphelinat, Don Bosco s’est penché pour prendre une motte de terre, la pétrir, la respirer, et déclarer : « c’est une bonne terre pour la vigne ». Don Bosco avait des réflexes de paysan travailleur de la terre. Aujourd’hui, le réseau international des écoles agricoles salésiennes est en pleine croissance et poursuit cette inspiration.

      Lire la suite