Bailleul clown espoir A vos marques, prêts ?... Solidarité ! Le collège Immaculée Conception de Bailleul a créé un vaste projet en lien avec les « clowns de l'espoir ». Il s’agit d’apporter de l'argent et soutenir leurs actions. Mais pas seulement ! Pour Isabelle Marcant, directrice de l’Immaculée Conception de Bailleul « le projet de solidarité n’aurait pas de sens si les jeunes n’étaient pas eux-mêmes capables de donner de la joie ». Les 780 élèves qui ont couru cette année ne l’ont pas fait uniquement pour recueillir de l’argent.

 

Les différentes étapes du projet d'année avec « les clowns de l'espoir » 

 

octobre : rencontre avec les délégués de classe afin de s'approprier le projet et de planifier les étapes

novembre : vente des nez rouges, aux récréations, avec prise de photos, vente de nez aux réunions de parents

décembre : décoration du sapin de Noël avec des guirlandes de nez rouge, lors de la célébration de Noël du collège

janvier : porte ouverte du collège sur le thème du cirque avec un chapiteau dans la cour de l'établissement

le même jour : célébration de Don Bosco. Nous avons porté à l'autel le logo salésien réalisé avec les photos des jeunes et des adultes du collège avec les nez rouges

avril : course de solidarité. Les élèves et adultes qui le souhaitaient se faisaient sponsoriser par tour de terrain, au profit de l'association « Les clowns de l'espoir » 

juin : remise du chèque à l'association Les clowns de l'espoir en présence du maire de Bailleul

Maïté Roth,
Responsable de la vie scolaire

La chef d'établissement de Bailleul, Isabelle Marcant, de l’Immaculé Conception, met l’accent sur le sens du projet. « Nous n’avons pas bâti un nouveau projet en tant tel pour le Défi Citoyenneté mais nous avons donné un autre caractère au projet existant. Cela a été très fort tout au long de l’année car nous avons cherché à donner du sens en travaillant sur un projet de solidarité « Les clowns de l’espoir».

« Nous sommes tous capables de donner un sourire »

Les représentants de l’association « Les clowns de l’espoir» sont venus dans l’établissement. Et nous nous sommes engagés à récolter des fonds pour l'association en organisant un rallye. Nous nous sommes vite rendu compte que cet objectif n'était pas citoyen : les jeunes demandaient de l’argent à leur parent. Le geste de solidarité avait un sens réduit au porte-monnaie.

Il a fallu opérer un déplacement sur la finalité du projet. Au lieu du montant d'argent à récolter, nous avons mis l'accent sur le message : « Nous sommes tous capables de donner un sourire. » Et nous avons donné aux élèves la possibilité de porter ce projet : ce sont les délégués de classe qui sont passés dans les classes pour transmettre le message. Ils ont réussi à mobiliser tous les jeunes dans une belle énergie. Au final, l'implication des jeunes a rejoint le but de l'association. Car ce que veut développer l’association auprès des enfants hospitalisés, c’est l’espoir et la joie, et cela… nous sommes tous capable de les donner ! « Le projet de solidarité n’aurait pas de sens si nous n’étions pas nous-mêmes capables de donner de la joie ».


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e12

Ce témoignage n’appelle pas de commentaire mais du respect, respect pour un témoignage courageux qui ne s’apitoie pas malgré les difficultés bien réelles de s’accepter et d’être accepté. William nous donne une belle leçon de tolérance.

« On est tous pareil, on a des différences physiques, ethniques, religieuses… on est tous pareil… ». Sans contradiction William nous dit encore : « On est tous différents et c’est comme ça, il nous faut faire avec… si on est sur terre, c’est pour faire quelque chose, on n’est pas là par hasard… on est entre frères et sœurs, on devrait s’accepter que l’on soit d’une religion, d’une sexualité différente, d’une ethnie différente… Ce serait bien que tout le monde célèbre nos ressemblances plutôt que de regarder nos différences. »

Question : Où en suis-je de mon acceptation de moi-même et de la différence des autres ?

Voir le 12è épisode : S’accepter ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite