lemonnier plaidoiries jeunes Chaque année un « concours de plaidoiries » met à l’épreuve les élèves du lycée agricole de l’Institut Lemonnier à Caen. Ils y défendent devant plusieurs centaines de personnes des valeurs humaines et citoyennes sur les thèmes d’actualité : immigration, fin de vie, diktat de l’apparence.... Interview de Béatrice Aubrée, chef d’établissement du lycée agricole.Logo video80

 

« Après une année de travail, la qualité de leur argumentation et leur style oratoire ont « bluffé » les spectateurs. » Béatrice Aubrée

DBA : D’où est venue l’idée d’un concours de plaidoirie ?

Béatrice Aubrée : La direction du lycée agricole prend pour modèle le concours de plaidoiries qui a lieu tous les ans au Mémorial de Caen pour proposer le même challenge à ses élèves. Le concours au Mémorial concerne des étudiants en Droit ou qui se destinent au métier d’avocat. L’institut Lemonnier organise ce même concours à tous ses élèves de seconde de l’enseignement agricole. 40 élèves passent ainsi par groupe de deux ou trois sur des thèmes aussi divers que :

  • Le traitement des personnes âgées
  • Les immigrés
  • Les enfants soldats
  • L’apparence
  • L’esclavage moderne
  • Le diktat de l’apparence

Pourquoi organiser un concours de plaidoirie dans un lycée agricole ?

C’est une volonté de notre part de développer cette initiative : être capable de s’exprimer, de plaider. Il s’agit également de donner une fierté aux jeunes. C’est quelque chose qui est inscrit dans notre programme à l’Institut Lemonnier.

Comment organisez-vous l’apprentissage ?

Deux heures par semaine sont dédiées à la préparation de ce concours pour tous les élèves. Il y a tout un apprentissage de la gestuelle, de la prise parole. Quand ils arrivent ici, les élèves ne sont pas très surs d’eux, il faut tout retravailler. Les plaidoiries les obligent à se dépasser, dans la capacité à argumenter, à mémoriser un texte, à parler à un public. A la fin, nous sommes bluffés.

Comment les jeunes travaillent-ils le thème ?

Celui qui m’a marqué le plus est le thème de la maltraitance des personnes âgées, j’ai trouvé très fort qu’un jeune de 15 ans soit capable de dénoncer la maltraitance : « les personnes âgées c’est la mémoire de notre société ». Les arguments étaient très forts.

Quand présentent-ils leur plaidoirie ? Quel est le retour ?

Les élèves présentent leurs plaidoiries devant les secondes de collège filière générale et professionnelle. Puis devant les parents.

Après les avoir vus, souvent les parents disent : « On ne savait pas que notre fils était capable de faire cela ». Certains jeunes viennent de CAP, et arrivent en classe professionnelle complètement dévalorisés. Quand ils passent et qu’ils plaident les parents sont très fiers.

On a le « avant » plaidoirie et après. Avant, on des jeunes qui ont peur de passer et après, on a une fierté. Après avoir vécu cela il y a aussi une cohésion qui est formée dans la classe. On sent une complicité entre eux.

Y a-t-il une formation à la citoyenneté à travers cette plaidoirie ?

Bien sûr. Dans la vie de tous les jours on est toujours amené à prendre position, affirmer ses convictions.

Je dis aux jeunes : « Soyez fier de votre profession, soyez fier de ce que vous êtes et engagez-vous là où vous êtes ». Ici à l’Institut Lemonnier de nombreuses associations viennent au lycée pour intervenir et témoigner de leur parcours. Les jeunes rencontrent des personnes engagées, auprès des personnes en difficulté ou en insertion, dans le milieu du paysage ou de la vente.

Il y a ceux qui attendent, qui attendent le weekend, ou la retraite, et puis il y a ceux qui sont pleinement présent, pleinement heureux dans ce qu’ils font.
Je dis toujours que quelqu’un qui est bien dans sa peau, qui s’estime, apporte des valeurs citoyennes.


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite

    • Jean-Marie Petitclerc : « Peser sur la politique de la ville »

      Animation de rue 2 Les Salésiens de Don Bosco viennent de fédérer toutes leurs oeuvres d'action sociale au sein du réseau DBAS. Don Bosco Action Sociale compte 60 établissements et est coordonné par Jean-Marie Petitclerc.  Ce spécialiste des questions d'éducation et des banlieues, fondateur du Valdocco, connait bien les différents rouages de la politique de la ville menée, en France, depuis dix ans. Sœur Joëlle Drouin l’a interrogé.

      Lire la suite

    • Valoriser l’éducation informelle… Comment ? Ou comment éduquer « l’air de rien »

      education informelle 01 Les interventions éducatives des adultes sont formalisées dans des programmes, mais il restera toujours des espaces et des moments qui donnent du jeu pour la spontanéité. On parle alors de pédagogie informelle ou non-formelle. Dans les écoles salésiennes on parle de pédagogie « du patio » ou « de la cour de récré ». Don Bosco y était très sensible. Qu’est ce qui caractérise cette pédagogie non formelle ? Comment y être attentif ?

      Lire la suite

    • Culture Jeunes. Happy Time ! Des rencontres vécues différemment

      culture jeunes rencontres 02 Voyage scolaire, sortie de classe, cours de récréation, self, tous ces lieux où les jeunes sont… et où la rencontre avec un adulte peut se faire. Mais quelle rencontre ? Rencontre institutionnelle ou spontanée ? Comment percevez-vous la présence de l’adulte ? Votre sentiment relève du domaine de l’indifférence ou du rejet ? Autant de questions auxquelles quatre jeunes journalistes collégiens à Notre Dame des Minimes ont bien voulu répondre. Voici quelques tranches de vie.

      Lire la suite