festiclip Chaque année depuis treize ans, la famille salésienne organise un festival de films courts, le Festiclip. Il a lieu cette année le 2 juin à Lyon. Les jeunes sont invités à présenter leur film devant un jury composé d’éducateurs. C’est une proposition qui les oblige à prendre de la distance avec leur monde. Et en même temps, ils adressent un message aux jeunes. Interview de Jacques Rey.

 

En quoi la réalisation vidéo permet de prendre du recul par rapport à la réalité de ce que vivent les jeunes ? 

FestiClip 2017 06 Jacques Rey : Aujourd’hui des outils très simples, tels que les smartphones, permettent de produire des vidéos. Souvent ils sont utilisés comme de simples blocs-notes. On flashe un moment de réalité, une émotion, que l’on envoie très vite pour passer à la séquence suivante. Ce type de vidéo permet rarement de prendre du recul, de se mettre à distance de la réalité pour mieux l’appréhender ou la critiquer. On est dans le partage-jetable d’émotions tristes, joyeuses, heureuses ou trashes… À l’inverse, la réalisation vidéo permet une prise de distance car elle n’est pas instantanée, elle fait appel à un langage structuré. Le point de vue suppose de prendre du recul par rapport à la réalité que l’on met en scène.

Qu'est ce qui touche les jeunes ? Quels sont les thèmes récurrents ? 

FestiClip 2017 34 Au fil des ans, il est un thème qui revient très souvent. C’est celui de l’exclusion. Ses formes sont multiples au sein de l’école. Exclusion parce qu’handicapé, exclusion du fait d’être une fille dans un milieu de garçon, exclusion parce que des ennuis personnels vous coupent du groupe (on peut s’auto-exclure), exclusion à cause de sa couleur de peau ou de sa religion. Des interviews que nous menons actuellement auprès des jeunes nous confirment qu’une de leur grande peur est celle de l’abandon, de l’exclusion.

355 248 blancOn trouve encore, une grossesse non désirée, la compassion, l’injustice, la haine, le respect de la nature, la résilience… le Festiclip a un point de vue positif. Il s’agit de comprendre.

Est-ce que les personnes du jury "notent" les éléments pertinents qui développent des idées "critiques" ?

Le jury critique au bon sens du terme sur la forme comme sur le fond. Il est à la fois composé de gens de la communication et de personnes en provenance de l’éducation car il est fondamental que chaque film puisse provoquer une réflexion éducative.

 

Le Festiclip 

 L’expérience du Festiclip est une proposition qui s’adresse à des jeunes de 15 à 20 ans. Il s’agit de réaliser un film de sept minutes dont le thème doit pouvoir susciter une réflexion auprès d’autres jeunes. Les petits films, qui ont reçu un prix, peuvent être visionnés sur www.festiclip.eu

Témoignage de Maxime 

 La réalisation d’un film « The power of Word » nous permet d’avoir un regard critique sur la réalité du monde. Comme le nom l’indique « Le pouvoir des mots », tout le film est une critique des films d’actions à la mode. Car les mots sont mieux que des supers pouvoirs. Le jeune règle les problèmes en parlant au lieu d’utiliser la violence (comme la plupart des films américains).

Dans notre film il y a une petite morale qui apparaît en filigrane : il faut mieux parler que frapper pour régler les problèmes entre jeunes.

Maxime GUESNON
1ère Brevet Métiers d’Art Ebénisterie
Institut Lemonnier, Caen

Pour aller plus loin

Le site du Festiclip

 


Mot du jour

En ces jours de rentrée, je rêve que les jeunes soient différents de l’année passée : « ah s’ils pouvaient courir pour rejoindre les cours,... pour rejoindre mon cours !!! » … Et je ne me lasse pas de leur exprimer : « arrêter de traîner les pieds ! » … J’oublie que le jeune rêve aussi que je sois différent de l’année passée : « ah si les adultes pouvaient prendre le temps de traverser la cour ». Très attaché à l’importance pour l’adulte de s’approcher des jeunes, de participer à leurs conversations, de s’intéresser à leurs passions, d’écouter leurs interrogations, Don Bosco lui-même a pleuré amèrement en constatant que ses éducateurs avaient tout simplement zappé cette posture éducative essentielle. Oser un bonjour. Tendre une main. Lâcher un sourire. Accueillir une question. Proposer un dialogue. Prendre le temps de traverser la cour de récré, ce lieu qui n’a pour seule frontière que le Ciel … et le cœur du jeune… Tout à l’heure, quand mon collègue m’invitera à me réfugier derrière un café dans la salle des profs, je lui répondrai simplement : « j’peux pas, j’ai cour ! ».

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

6e Congrès de l’éducation salésienne
Ce qu'en disent les participants
Voir l'article

Défi citoyenneté :
lancement du label
Voir l'article

« Ils nous ont bluffés ! » Concours de
plaidoirie à l’Institut Lemonnier
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Famille Salésienne

    • Week-end MSJ : c’est la rentrée !

      MSJ TRACT SEPT2018 Les 28-30 septembre c’est le premier rendez-vous du Mouvement Salésien des Jeunes de la rentrée ! Week-end de partage et de relecture d’expériences un peu particulier. Ils vivent un temps pour les jeunes organisés par les jeunes.

      Lire la suite

    • Camp jeunes : un séjour en « road trip » en Israël-Palestine

      pelerinage israel don bosco 01 Il y a deux ans, des jeunes de la paroisse d’Argenteuil, confiée aux salésiens de Don Bosco, voulaient partir en « road trip » en Israël pour retrouver l’origine du christianisme… Un projet un peu fou pour des jeunes adultes étudiants ou au tout début de leur vie active ! Ils demandent à la province si un salésien peut les accompagner spirituellement. Eté 2018, ce projet se réalise !

      Lire la suite

    • Campobosco : ils ont bien dé-collé !

      Campobosco 2018 02 Du 26 au 30 Août, plus de 250 jeunes, issus de notre réseau ou d’ailleurs, et une soixantaine d’adultes de la famille salésienne se sont retrouvés au Colle Don Bosco pour vivre la 14ème édition du Campobosco, sur le thème « Prêt à de-colle(r) ». Quatre jours, du dimanche 26 août au jeudi 30 août 2018, pour vivre un R.A.P. (Réflexions, Activités, Prières). 5 journées bien remplies pour recharger les batteries avant la rentrée scolaire !

      Lire la suite

    • A 29 ans, Tantely s’engage définitivement chez les Salésiens

      Don Bosco Madagascar voeux 05 Les liens entre les provinces salésiennes de Madagascar et de France-Belgique sont profonds et nourris. Plusieurs jeunes frères sont venus en France ces dernières années, dans le cadre de leurs études. Parmi eux, Tantely Randrianantenaina, 29 ans, arrivé en France d’abord à Ressins en 2015, puis à Lyon pour suivre des études de théologie à l’université catholique. Tantely était notamment accompagnateur auprès du MSJ Rhône-Alpes. Il a prononcé ses vœux définitifs le 2 septembre à Madagascar. Lionel Touron a fait partie de la délégation française, emmenée par le père provincial. Il témoigne.

      Lire la suite

    • Le MSJ, membre de Don Bosco Youth-Net : une ouverture sur le monde

      msj don bosco youth net 02 Depuis mars 2018, le Mouvement Salésien des Jeunes (MSJ) fait partie du réseau Don Bosco Youth-Net (DBYN). Convaincue de la pertinence de goûter à l’animation salésienne au sein d’autres réalités européennes, Anne-Florence Perras, présidente du MSJ, nous en donne les raisons et opportunités.

      Lire la suite

    • Don Bosco et l’abbé Rosmini

      Antonio Rosmini et Don Bosco Don Bosco a vécu entouré de saints et d’hommes de grande qualité. Parmi eux l’abbé Rosmini, brillant intellectuel de son siècle, et curieusement peu connu hors d’Italie. Don Bosco et lui se rejoignaient dans le but assigné à l’éducation : le salut des âmes, par la morale et la religion catholique.

      Lire la suite