lemonnier mai 2018 02 Les jeunes de 2ndes de l’Institut Lemonnier à Caen ont couronné leur année pastorale autour du thème : Science et foi. Autour d’une table ronde, étaient réunis des témoins de la foi des religions monothéistes présentes dans l’agglomération.

 

lemonnier mai 2018 01 Cette année, à l’Institut Lemonnier, le thème « Création, Créateur, créature – respect ! » a permis de réunir scientifiques et hommes et femmes de foi. Les élèves découvrent que les thèses se complètent. À la science de donner de nouvelles réponses à la question : que puis-je savoir ? Aux religions de poser et reposer sans cesse la question : que dois-je faire ?

« Création, Créateur, créature – respect ! »

Tout commence donc, devant un parterre d’environ 120 élèves pour chacune des deux séances, par un premier exposé – pointu – de Karine Gehanne, docteur ès sciences et professeur au lycée professionnel à l’institut : le commencement de l’univers, de la vie. Dans un deuxième exposé, tout aussi étonnant, Karine amène les élèves à la découverte des fabuleuses possibilités que nous offrent les sciences et techniques dans l’avenir qui commence déjà : lemonnier site biotechnologies, nanotechnologies, nouvelles sources d’énergies, neurosciences et informatique. Que de rêves… ou de cauchemars ! Et voici que la science, dont on s’attend toujours à ce qu’elle nous donne des réponses, pose des questions : jusqu’où et vers quoi l’humanité peut-elle aller ? Et qu’elle nous demande d’y répondre : votre génération va devoir faire des choix !

La science et les religions face à la question : que dois-je faire ?

Que dois-je faire ? Voici la question que tout homme se pose et pour laquelle, le croyant trouve un éclairage dans la révélation. Devant les choix que les sciences et techniques mettent devant nous, les religions ont des principes à proposer. « C’est cela être à l’image de Dieu », explique monsieur le rabbin Malka Meier. Le père Pierre, salésien, lui emboîte le pas :lemonnier facebook « La création nous est donnée. On ne se comporte pas de la même manière si on accueille le monde comme un cadeau de la part de quelqu’un qui nous aime ou si on pense qu’on doit se l’accaparer. » « En effet, notre rôle dans le monde est de recevoir et d’offrir » complète P. Jean de l’Eglise orthodoxe. C’est à Christiane Nyangono-Carpentier, pasteur, de souligner notre responsabilité : « Qu’as-tu fait ? » demande Dieu à Adam quand celui-ci s’est arrogé des droits sur la création qui n’étaient pas les siens.

Ce sens de responsabilité, précise Khalid Boulabdallaoui, le Coran l’exprime en appelant l’homme « lieutenant et vicaire de Dieu », c’est-à-dire, celui qui y tient lieu et est le représentant de Dieu sur terre – il doit donc agir lui aussi par pure bonté vis-à-vis de la création.

Bonté et responsabilité

Les questions sont très nombreuses. En voici quelques-unes :

  • « Pourquoi tant de religions ? » ;
  • « Comment on fera pour boire dans 130 ans ? » ;
  • « Pourquoi Dieu nous a fait à son image ? » ;
  • « Si le big-bang a eu lieu et que l’univers est en pleine expansion, est-ce que l’effet inverse pourrait se produire ? » ;
  • « Est-ce que, dans la religion, le vivant et le non-vivant sont à égalité ? » ;
  • « Créer la nouvelle technologie c’est bien, comme les robots et tout le reste. Mais est-ce qu’un jour, cela ne va pas couper toute la communication entre humains ? »…

Le temps a manqué pour répondre à toutes les questions !

Propos recueillis par Jan Pelan
Professeur de philosophie
Institut Lemonnier


Lourdes 2019

congres lourdes 2019 salesien don bosco

Toutes les informations sur le pèlerinage Lourdes 2019...

Mot du jour

52 paroles s1 e11

On pourrait reformuler ainsi la question : « Qui détestes-tu le plus ? » On a le plaisir de constater que beaucoup rejettent « détester » comme trop fort ou loin de leurs sentiments. Quand ce verbe s’applique, c’est à ceux qui ont souffert de la maltraitance ou de la trahison d’un de leur proche.

Nos interviewés n’aiment pas les racistes, les homophobes, ceux qui manquent d’ouverture d’esprit, les radins, les moqueurs mais surtout les prétentieux et les gens trop sûr d’eux. La liste n‘est pas exhaustive. Pourtant certains essaient de comprendre cette inimitié. Pour Maxime « Quelqu’un, il a forcément quelque chose de bon et du coup, si on cherche bien, on ne peut pas détester quelqu’un. »

Question : Avons-nous le souci d’aller au-delà de nos détestations ?

Voir le 11è épisode : Qu’est-ce que tu détestes le plus ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Comment sortir de la crise… des gilets jaunes ?

      don bosco Petitclerc gilets jaunes 2 Alors que nous venons de vivre l’acte 6 des gilets jaunes, Jean-Marie Petitclerc, salésien de Don Bosco et éducateur spécialisé, nous livre son point de vue.

      Lire la suite

    • Harcèlement au collège : comment on en arrive là, comment on s’en sort ?

      don bosco harcelement 04 Depuis quelques mois, la rentrée scolaire a eu lieu ; avec son lot de joies, d’habitudes, de retrouvailles, de nouveautés. Mais parfois, pour certains, c’est un moment d’appréhension, surtout lorsqu’on est victime de harcèlement. Basile, jeune lycéen aujourd’hui, a accepté de témoigner sur ces difficiles années de collège.

      Lire la suite

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite