don bosco marseille livre d or 01 L’année scolaire 2017-2018 s’achève et avec elle s’annonce le départ de nombreux jeunes et adultes. Ils ont laissé des empreintes visibles et invisibles au lycée Don Bosco de Marseille. Ils ont laissé des mots dans « un livre d’or » qui s’appelle : « Sans vous je ne peux rien faire ». Chaque année, les élèves volontaires transcrivent leurs sentiments vis-à-vis de l’établissement qu’ils quittent. Voici une des perles de ce cahier par le témoignage de Marie, accompagné de photos représentant des temps fort de l’année. Comme une maison, le lycée Don Bosco de Marseille éduque les jeunes… toujours et partout.

 

don bosco marseille livre d or 02

don bosco marseille livre d or 03

don bosco marseille livre d or 04

don bosco marseille livre d or 05

don bosco marseille livre d or 06

 

« On commence tous notre vie quelque part. Quand on arrive à son terme. On se demande où on a débuté. Le tournant de ma vie, celui qui a été décisif pour tout ce que j’ai entrepris a été à Don Bosco. Je suis passée d’une gamine trop sûre d’elle à une adulte trop sûre d’elle. J’ai fait ma troisième et je me suis retrouvée plus au moins contre mon gré en CAP Signalétique et décors graphiques à Don Bosco. C’était pour moi décevant d’y faire un CAP mais je voulais arrêter de me faire haïr de tous mes profs de chaque établissement où j’allais. Et ça a mal commencé à Don Bosco, mais les professeurs ici ne gardent pas de rancune et fort heureusement je me dis. Je passais du mouton noir dernière de la classe à la première. J’étais une glandeuse douée. A côté de ma vie de lycéenne qui s’épanouit, M. Janiec, adjoint en pastorale scolaire, fut pour moi quelqu’un d’exception qui m’apprit, sans pour autant le vouloir, le plaisir des choses simples. Dans cette simplicité, j’ai retrouvé l’envie de croire en l’éducation et aux professeurs. Ce fût une année où j’ai découvert que la religion ne résonnait pas toujours avec ennui, règles, interdictions ou étroitesse d’esprit. En seconde année de CAP, M. Janiec m’a proposé de participer aux JMJ (Journées Mondiale de la Jeunesse) qui avait lieu, cette année-là, en Pologne. Et j’y suis allée même si je n’étais pas pratiquante. C’était une expérience des plus folles. D’un point de vue spirituel, humain et même envers moi-même. Je me suis sentie grandir dans cette aventure.

M. Janiec m’a fait participer à tout. J’ai fait les célébrations, les chandeleurs, les Portes Ouvertes et je suis allée une fois à Lourdes ; j’ai participé aux fêtes de Don Bosco. J’ai adoré m’investir dans mon Lycée comme je ne l’avais jamais fait. Et ce fût une immense aventure pour moi et j’espère que le plaisir était partagé. Un mélange de remerciement, de respect, d’orgueil et d’amour. C’est Don Bosco qui m’a redonné foi en mon avenir. »


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite