education cour bosco w 03 Les jeunes passent huit heures par jour dans leur établissement scolaire… mais leur lieu de vie, ce n’est pas la classe, c’est le hall d’entrée, le foyer, les lieux de passage. Le lycée Don Bosco de Wittenheim a mis en valeur l’atrium pour que adultes et jeunes en difficulté se rencontrent. Un « tiers lieu » est également mis en place. Francine Danner, enseignante, explique l’enjeu de ces différents lieux.

 

Un sourire, un regard, un appel

education cour bosco w 01 « Dès l’entrée du lycée Don Bosco Wittenheim, vous passez dans un atrium. Cet espace est un lieu de passage où les jeunes rangent leur sac dans leur casier. Ils y stationnent, mangent leur casse-croute, discutent. Quand je passe, je traverse les groupes de jeunes présents à cet endroit. Certains me font un sourire ou me regardent d’une certaine façon. Parfois, dans un bonjour indifférent, je sens un jeune qui se distingue. Il m’envoie le message qu’il a besoin d’aide. Il y a quelque chose qui passe. Cet échange de regard est une introduction à une relation de suivi que j’ai ensuite avec l’un ou l’autre.

Un tiers lieu pour une écoute spécifique

Je suis enseignante au lycée de Wittenheim, et responsable de MIJEC à mi-temps. Cette Mission d’Insertion des Jeunes de l’Enseignement Catholique (MIJEC) est une initiative spécifique pour créer des liens avec les élèves en difficultés : décrocheurs, démotivés, en rupture familiale, ou qui manifestent des signes de décrochages.

Engagée à mi-temps pour l’accompagnement de ces jeunes, je me suis laissée peu à peu débordée. Les demandes sont de plus en plus nombreuses. Il a été nécessaire, après trois ans de fonctionnement, de faire appel à une aide extérieure en fonction des besoins de certains jeunes : écoute, accompagnement... Après avoir essuyé de multiples refus auprès de nombreux partenaires sociaux, l’association laïque «TouJourLà », du diocèse de Strasbourg a accepté d’assurer un suivi tous les mardis après-midi, voire la journée, en coordination avec la mission MIJEC que j’assure depuis la rentrée 2014. Ce « Tiers-Lieu » d’écoute a pris place dans le Grand Salon de l’établissement. Il réconcilie les jeunes avec certaines valeurs, facilite la communication, devenue souvent difficile, avec leur environnement proche. Pour certains cas plus délicats, une orientation vers d’autres partenaires s’impose. Ce « tiers lieu » permet aux jeunes d’entendre un autre message et de nouer des relations sociales nouvelles par rapport à leur famille et leur école. »


Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Don Bosco Aujourd'hui pour la transmission de l'actualité salésienne. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à la promotion des activités de la famille salésienne. Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Salésiens de Don Bosco, 393 bis rue des Pyrénées, 75020 PARIS, France

j offre une messe
Défi Citoyenneté 2025

Campobosco
temoignages
Livre Le systeme preventif p

Multimédia

Florian Boucansaud, ex-footballeur pro
C’est quoi le bonheur ?
Voir l'article

Mgr Cristobal Lopez, archévêque de Rabat,
Aux jeunes et aux parents
Voir l'article

P. Xavier de Verchère, salésien et scout
"Sur la jeunesse"
Lire l'article

Toutes les vidéos sur la chaîne DBA...

  • Société

    • Un petit traité d’éducation à la paix : « La première fois que quelqu’un m’a souri »

      La premiere fois que quelqu un m a sourri couv La paix, n’est-ce qu’un joli mot, un concept noble, voire un idéal chimérique ? Absolument pas, écrit Jean-Marie Petitclerc, salesien de Don Bosco, dans un livre d’entretien qui vient d’être édité aux éditions des Scouts et Guides de France. La paix est « une tâche à effectuer », une construction de chaque jour. Voilà le rôle de l’éducateur : apprendre aux jeunes à bâtir un projet commun de paix dans toutes leurs actions et dans tous les domaines de leur vie.

      Lire la suite

    • Après la rentrée… mon fils n’a pas d’amis 

      question education amitie 01 « Quand notre fils n’a pas été invité à l’anniversaire où la majorité des enfants de la classe sont invités, on commence à s’inquiéter ». Que dire à l’enfant qui se sent exclu ? « Tu dois être gentil »... « tu devrais inviter untel mercredi et aller au cinéma ». « Il faut, tu dois... » Cela va mal avec l’amitié. Car il faudrait en avoir envie. Mais comment donner du désir ? « Vas-y ! Dépasse un peu ta timidité ». Ce n'est pas évident non plus : « Je ne vois pas l’intérêt. Je préfère rester avec vous. »

      Lire la suite

    • Question d'éducation : Etre gentil, pas facile à vivre ?

      Gentilesse Serdu 1 Apprendre la gentillesse à ses enfants, n’est-ce pas les envoyer comme des agneaux au milieu des loups ? La méchanceté est bien présente dans notre monde compétitif et dur où tous les coups semblent recommandables. Faut-il alors leur appendre le calcul, la recherche de son intérêt « bien compris » ? La réponse estnclaire : inutile d’en rajouter !

      Lire la suite

    • Quelle présence dans la cour virtuelle des réseaux sociaux ?

      cour viturelle et reseaux sociaux Les relations sociales se font sur la toile autant que sur le béton de la cour. Alors, allons sur les réseaux sociaux ! Mais jusqu’où ? Faut-il encourager la présence des adultes sur les réseaux ? Pourquoi faire ? Quelle présence assurer ? Est-ce une bonne - ou fausse - bonne idée ?

      Lire la suite